NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

« Appel des 100 » : 2017 comme unique horizon !

<!–

En pleine mobilisation contre la loi travail, « gauche du PS », membres de l’ex-Front de gauche (PCF et Ensemble), d’EÉLV, syndicalistes et associatifs, lancent sous forme d’un appel une nouvelle initiative intitulée « 1er Mai, l’appel des 100 ». Cet appel se veut une alternative au PS… avec un seul objectif : les élections de l’année prochaine.

Ce texte se veut la base d’une alternative de gauche au PS en vue de la présidentielle et des législatives de 2017. Le but est d’aboutir à un socle programmatique commun et à des « mesures d’urgences » rompant avec la politique menée par Hollande. Ces mesures « constitueraient notre bien commun pour mener une campagne et construire des candidatures d’unité lors de ces échéances électorales ». De plus, ce texte servirait de base pour tenir des réunions dans toutes les régions dans les semaines à venir.
Avec cet appel, alors que la candidature de Hollande s’affirme, c’est bien la fin de la primaire de la gauche qui est actée, mais aussi le refus de voir en Mélenchon le candidat naturel de l’alternative de gauche, ce qui scelle la mort du Front de gauche.

Mélenchon et le PG d’un côté, le PCF de l’autre qui navigue entre alliance avec le PS (texte majoritaire au dernier congrés) et indépendance (à noter que Pierre Laurent n’a pas signer le texte) et les divers courants qui se voulaient, comme ceux issus du NPA,un lien entre PC et PG le FRONT de GAUCHE mis à mal lors des dernières régionales explose avec cette nouvelle dérive !

1er mai : Appel des 100

Ensemble, favoriser l’irruption citoyenne pour construire l’alternative

Nous vivons une situation inédite : un capitalisme en crise et pourtant présenté dans le discours dominant comme seul système viable ; une Europe basée sur le libéralisme et éloignée des citoyens ; une crise écologique qui ne trouve pas de solutions à la hauteur ; le développement des tensions internationales et de politiques migratoires mortifères ; une crise globale de la vie politique marquée notamment par la forte montée de l’extrême droite… Cette situation appelle des réponses nouvelles, le refus de tout fatalisme. Nous sommes convaincus de la disponibilité de nombreuses forces et énergies citoyennes pour construire d’autres possibles par la mobilisation populaire.

Nous voulons contribuer à la transformation de notre société, par la remise en cause du productivisme et du consumérisme, par la redistribution des richesses mises au service du progrès social, y compris au plan international et européen, à rebours des politiques menées actuellement et sous les quinquennats précédents, sous l’aiguillon des organisations patronales et plus particulièrement du Medef, des marchés financiers et des institutions européennes.

Nous refusons les logiques de « guerre au terrorisme » et du tout sécuritaire, le recul des droits et libertés publiques, la recherche de boucs émissaires qui stigmatise des pans entiers de la population.

Nous considérons que l’indispensable transformation de notre société passe par la mobilisation la plus large aux plans politique et social, par des modes d’intervention politique novateurs qui favorisent l’intervention citoyenne et la participation de toutes et tous aux décisions qui les concernent. La puissante mobilisation contre le projet de loi Travail et la mise en échec de la constitutionnalisation de la déchéance de nationalité démontrent la profondeur de l’aspiration à une autre politique et les importantes disponibilités pour l’engagement citoyen.

Il y a débat à gauche sur la stratégie à l’orée des présidentielles, certains pensent que la réponse est dans une primaire, d’autres font d’autres choix : candidature déclarée, recherches de modalités nouvelles…Quel que soit le choix de chacun aujourd’hui il faut de toutes façons un démarche qui permette de débattre largement et sans exclusive et de sortir du fonctionnement politique habituel afin de mettre dans le paysage des propositions d’urgence susceptibles de rassembler et de redonner de l’espoir.

Nous pensons que le rassemblement des forces de progrès, dans les domaines politique, syndical, associatif, culturel et intellectuel est indispensable pour créer les conditions de la mobilisation populaire. Nous affirmons donc notre volonté commune d’œuvrer à ce rassemblement, pour l’inscrire dans la durée et favoriser l’irruption citoyenne dans le débat public.

Dans ce sens, nous voulons co-organiser des débats en territoire, ouvert à toutes et à tous sans exclusive, pour construire et adopter un corpus de propositions de mesures d’urgences qui contribueraient à améliorer significativement et rapidement les conditions de vie de toutes et tous.

Ces mesures d’urgences devraient être pleinement intégrées dans les propositions des candidat-e-s aux élections présidentielles et législatives de 2017.

Elles constitueraient notre bien commun pour mener une campagne et construire des candidatures d’unité lors de ces échéances électorales. »

Cet appel « Ensemble, favoriser l’irruption citoyenne pour construire l’alternative » est signé par des universitaires, des artistes, des syndicalistes, des militant-e-s associatif(ve)s et citoyen-ne-s, des élu-e-s et responsables politiques (socialistes, écologistes, communistes, Ensemble, République et socialisme,  Front de gauche, …) ».

Premiers signataires :

  1. Christophe Aguiton, altermondialiste,
  2. Nils Anderson, ancien éditeur,
  3. Marie-Christine Aragon, conseillère générale – PS-64,
  4. Gérard Aschieri, syndicaliste,
  5. Isabelle Attard, députée,
  6. Clémentine Autain, porte-parole – Ensemble !
  7. Marinette Bache, conseillère de Paris – R&S,
  8. Bertrand Badie, professeur des universités,
  9. Guillaume Balas, député européen – PS,
  10. Francine Bavay, Ecologie sociale,
  11. Julien Bayou, porte-parole – EELV,
  12. Roland Benarous,  directeur de recherche scientifique,
  13. Sophie Beroud, politiste,
  14. Antoine Blocier, écrivain,
  15. Jacques Boutault, maire du 2ème arrondissement de Paris – EELV,
  16. Jean-Claude Branchereau, syndicaliste,
  17. Patrick Brody, syndicaliste,
  18. Ian Brossat, adjoint à la maire de Paris – PCF/ FdG,
  19. Eric Cabanis, syndicaliste,
  20. Jean-Marc Canon, syndicaliste,
  21. Fanélie Carrey-Conte, députée – PS,
  22. Françoise Castex, ancienne députée européenne,
  23. Jean-Claude Chailley, secrétaire général – Résistance sociale,
  24. Martine Chantecaille, conseillère municipale – La Roche sur Yon – PS,
  25. Guy Chapouillié, professeur des universités, réalisateur
  26. Tuncay Cilgi, syndicaliste, co-animateur – Collectif Stop 3 CDD,
  27. Sergio Coronado, député – EELV,
  28. Annick Coupé, syndicaliste,
  29. Alexis Cukier, philosophe,
  30. Cécile Cukierman, sénatrice – PCF/FdG, conseillère régionale Rhône-Alpes/Auvergne,
  31. Olivier Dartigolles, porte-parole – PCF,
  32. Caroline de Haas, féministe,
  33. Christophe Delecourt, syndicaliste,
  34. Karima Delli, députée européenne – EELV,
  35. Héléne Derrien, militante santé,
  36. Lina Desanti, syndicaliste,
  37. Pascal Dessaint, écrivain,
  38. Jean Pierre Dubois, militant droits de l’Homme,
  39. Michel Duffour, ancien ministre – PCF,
  40. Patrick Farbiaz, Ecologie sociale,
  41. Gérard Filoche, Bureau national – PS,
  42. Esther Fouchier, militante féministe
  43. Jean-Pierre Fourré, porte-parole – R&S, ancien vice-président de l’Assemblée nationale,
  44. Nadine Garcia, syndicaliste
  45. Bertrand Geay, sociologue et militant associatif,
  46. Karl Ghazi, syndicaliste,
  47. Jean Luc Gibelin, vice-président Midi-Pyrénées/Languedoc Roussillon – PCF/FdG,
  48. Magali Giorgetti, syndicaliste,
  49. Roland Gori, psychanalyste,
  50. Pierre-Henri Gouyon, universitaire,
  51. Sylvie Guinand, syndicaliste,
  52. Jean-Marie Harribey, économiste, conseil scientifique – Attac,
  53. Timini Hocine, acteur des quartiers,
  54. Michel Jallamion, responsable – Convergence services publics,
  55. Dominique Jobard, syndicaliste,
  56. Marianne Journiac, Secrétaire nationale – R&S,
  57. Pierre Khalfa, Fondation Copernic,
  58. Abdessalam Kleiche, co-responsable de la commission transnationale – EELV,
  59. Daniel Labouret, responsable régional – R&S – Aquitaine-Limousin/Poitou-Charentes,
  60. Annie Lahmer, conseillère régionale – EELV,
  61. Didier Lassauzay, syndicaliste,
  62. Ben Lefetey, militant écologiste et altermondialiste,
  63. Didier Le Reste, maire-adjoint 10ème arrondissement – Paris – PCF/FdG,
  64. Thierry Lescant, syndicaliste
  65. Isabelle Lorand, chirurgienne, exécutif national – PCF,
  66. Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice, bureau national – PS,
  67. Nöel Mamère, député écologiste,
  68. Jean-Claude Mamet, Ensemble !
  69. Marc Mangenot, Fondation Copernic,
  70. Bénédicte Manville De Cecco, conseillère régionale Ile de France – EELV,
  71. Philippe Marlière, politiste,
  72. Claude Martin, syndicaliste,
  73. Myriam Martin, porte-parole – Ensemble !,
  74. Christiane Marty, féministe,
  75. Gus Massiah, altermondialiste,
  76. Pierre Ménard, responsable – Convergence nationale Rail,
  77. Roland Merieux, Ensemble !,
  78. Btissam Mnari, animatrice collectif Stop 3 CDD
  79. Ricardo Montserrat, auteur dramatique, scénariste,
  80. René Monzat, journaliste, Espace Marx,
  81. Gérard Mordillat, auteur, cinéaste,
  82. Marie-Thèrése Mutin, éditrice, ancienne députée européenne,
  83. Dominique Noguères, avocate, militante des droits de l’Homme,
  84. Willy Pelletier, Fondation Copernic,
  85. Jean-François Pellissier, porte-parole – Ensemble !
  86. Loïc Pen, urgentiste, comité de défense de l’hôpital,
  87. Nathalie Perrin-Gilbert, maire du 1er arrondissement – Lyon
  88. Jean-Claude Petit, compositeur, chef d’orchestre,
  89. Claire Pessin Garric, militante associative de l’éducation populaire,
  90. Serge Regourd, professeur des universités,
  91. Jean-Michel Sala, syndicaliste,
  92. Nicolas Sansu, député-maire de Vierzon – PCF/FdG,
  93. Pierre Santini, comédien,
  94. Baptiste Talbot, syndicaliste,
  95. Eric Thouzeau, conseiller régional Pays de Loire – PS,
  96. Claude Touchefeu, conseillère municipale Toulouse – PS,
  97. Stéphanie Treillet, Ensemble !
  98. Maryse Tripier, sociologue de l’immigration
  99. Guy Tresallet, syndicaliste,
  100. Aurélie Trouvé, économiste, conseil scientifique – ATTAC,
  101. Raymond Vacheron, syndicaliste,
  102. Marie-Christine Vergiat, députée européenne – Front de Gauche,
  103. Marie Pierre Vieu, éditrice, exécutif national – PCF,
  104. Emmanuel Vire, syndicaliste.
  105. Anne Weber, directrice de recherche émérite – CNRS,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 17 mai 2016 par dans anticapitalisme.