NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

PALESTINE : Violations israéliennes des droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés du 04 au 10 novembre 2021

  • L’occupation israélienne émet un ordre militaire classant 6 organisations de la société civile palestinienne comme « associations interdites »
  • La surveillance des logiciels espions cible les défenseurs palestiniens des droits de l’homme
  • Les FIF tuent un enfant à Naplouse
  • Les FIF tirent et blessent 5 Palestiniens, dont 2 enfants, dans un usage excessif de la force en Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est occupée
  • 4 fusillades des FIF signalées contre des bateaux de pêche dans l’ouest de la bande de Gaza
  • En 98 incursions des FIF en Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est occupée : 56 civils arrêtés, dont 4 enfants
  • 7 dnumns de terres rasées lors d’une incursion limitée des FIF dans le sud de la bande de Gaza
  • 5 maisons, poulaillers et autres propriétés démolies en Cisjordanie
  • Les OIF ont établi 37 points de contrôle militaires temporaires en Cisjordanie et arrêté 4 Palestiniens sur ces points de contrôle

Résumé                                                                                        

Les forces d’occupation israéliennes (FIF) ont continué de commettre des crimes et des violations à plusieurs niveaux contre les civils palestiniens et leurs biens, y compris des raids dans les villes palestiniennes qui se caractérisent par un usage excessif de la force, des agressions, des abus et des attaques contre des civils, transformant la Cisjordanie en blocs de terre isolés.

Les travaux d’expansion des colonies israéliennes se sont poursuivis sur les terres et les propriétés palestiniennes. Pendant ce temps, la bande de Gaza entre dans sa 15e année sous bouclage, exacerbant les difficultés humanitaires à travers le territoire.

Persécution des organisations de la société civile palestinienne et des défenseurs des droits de l’homme

Le commandant militaire israélien du TPO a émis un ordre militaire classant 6 ONG palestiniennes comme « associations interdites » conformément au Règlement sur la défense (d’urgence) de 1945 qui a été publié sous le mandat britannique. Le nouvel ordre permet à l’occupation israélienne d’attaquer les organisations, d’adopter des mesures punitives contre elles, y compris la fermeture de bureaux, la confiscation et l’entrave des ressources financières, et l’agression / poursuite des membres du personnel.

Il a également été découvert que l’occupation israélienne avait mené une campagne de surveillance systémique et confidentielle ciblant les téléphones portables des défenseurs des droits humains et des avocats palestiniens, portant gravement atteinte à leur vie privée et à celle des victimes avec lesquelles ils travaillent.

Fusillade de l’OIF et violation du droit à l’intégrité corporelle :

Un enfant a été tué et 5 autres Palestiniens ont été blessés dans l’usage excessif de la force par les FIF en Cisjordanie. Le 5 novembre, les FIF ont tué Mohammed Dadas (13 ans) après lui avoir tiré une balle dans l’abdomen près du village de Deir Hatab, dans l’est de Naplouse. Un autre civil a été blessé lors d’affrontements sur le mont Sobeih à Naplouse; 3 autres personnes, dont 2 enfants, ont été blessées dans 2 incidents distincts à Ramallah ; un cinquième a été blessé à Bethléem

Dans la bande de Gaza, le PCHR a documenté 4 tirs d’OIF sur des bateaux de pêche dans la mer de Gaza.

Incursions des FIF et arrestations de civils palestiniens : Les OIF ont effectué 98 incursions en Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est occupée. Ces incursions comprenaient des raids sur des maisons civiles et des fusillades, attisant la peur parmi les civils et attaquant beaucoup d’entre eux. Au cours des incursions de cette semaine, 56 Palestiniens ont été arrêtés, dont 4 enfants.

Démolitions:

Le PCHR a documenté 9 incidents :

  • Jérusalem-Est occupée : 10 familles ont reçu des avis d’évacuation visant leur immeuble d’appartements dans le quartier d’al-Tur ; un Palestinien a été forcé d’auto-démolir son immeuble à Beit Hanina, et un autre a dû faire de même avec sa maison à Jabel al-Mukaber. Les OIF ont également démoli un balcon à Beit Safafa et des murs intérieurs à l’intérieur d’une maison à Wadi al-Joz.
  • Naplouse: chaînes en pierre et maison de campagne démolies; plus de 60 oliviers déracinés; puits d’eau enterré, et un avis de rasage donné contre une rue du village de Douma.
  • Hébron: bergerie et mobil-home démolis dans l’est de l’Ethna.
  • Bethléem: pesticides utilisés sur des dizaines de plants d’oliviers à Battir; 2 maisons démolies à al-Walaja.

Attaques de colons : 

  • Hébron : des fermiers agressés à Surif ; aire de jeux pour enfants agressée à Susiya; et des civils agressés à Khrbet Sadet-a-Thala.
  • Bethléem : des agriculteurs agressés dans l’est du Tuqu.

Politique de bouclage israélienne et restrictions à la liberté de circulation :

Les autorités d’occupation israéliennes ont continué d’interdire l’entrée de dizaines de marchandises, y compris de matériaux de construction, dans le cadre de mesures de punition collective contre la bande de Gaza alors que le bouclage israélien imposé au territoire entrait dans ses 15ième année, provoquant une crise humanitaire croissante impliquant tous les aspects de la vie sur le territoire.

Pendant ce temps, les FIF ont continué à diviser la Cisjordanie en cantons séparés avec des routes clés bloquées par l’occupation israélienne depuis la deuxième Intifada de 2000 – toujours fermés à cette date – et avec des points de contrôle temporaires et permanents, où la circulation des civils est restreinte, et ils sont susceptibles d’être arrêtés, en particulier au passage frontalier d’al-Karama, le long de la frontière palestino-jordanienne.

Persécution des organisations de la société civile palestinienne et des défenseurs des droits de l’homme

Le dimanche 7 novembre 2021, le commandant militaire israélien du TPO a émis un ordre militaire classant 6 ONG palestiniennes comme « associations interdites » conformément au Règlement sur la défense (urgence) de 1945 qui a été publié sous le mandat britannique. Le nouvel ordre, qui faisait suite à la décision du ministre israélien de l’Armée le 19 octobre 2021, de classer 6 organisations de la société civile palestinienne comme organisations terroristes conformément à la loi israélienne antiterroriste de 2016.

Le nouvel ordre permet à l’occupation israélienne d’attaquer les organisations, d’adopter des mesures punitives contre elles, y compris la fermeture de bureaux, la confiscation et l’entrave des ressources financières, et l’agression / poursuite des membres du personnel. Les organisations comprennent: Addameer Prisoner Support and Human Rights Association, Al-Haq Law in the Service of Man, Bisan Center for Research and Development, Defense for Children International-Palestine, l’Union des comités de travail agricole et l’Union des comités de femmes palestiniennes.

Le lundi 8 novembre 2021, Front Line Defenders a révélé une campagne systématique et confidentielle visant à pirater et à surveiller les défenseurs des droits humains et les avocats palestiniens avec des logiciels espions. Al-Haq a publié un communiqué de presse dans lequel il a précisé qu’ils avaient contacté FLD le 16 octobre 2021 pour des soupçons de piratage de l’iPhone d’un de ses employés. Les enquêtes techniques de FLD ont révélé que l’iPhone présumé est mis sur le point d’être mis sur le point de vue du logiciel espion Pegasus du groupe NSO depuis juillet 2021.

Al-Haq a révélé que Citizen Lab et le Security Lab d’Amnesty International ont chacun confirmé l’analyse de FLD, et que sur au moins 75 iPhones appartenant à des défenseurs des droits humains et à des membres du personnel des OSC, il y a 5 autres téléphones piratés, y compris ceux appartenant à Ghassan Halaika : chercheur sur le terrain et défenseur des droits humains travaillant pour Al-Haq ; Ubai Al-Aboudi: Directeur exécutif du Centre bisan de recherche et de développement; et Salah Hammouri: avocat et chercheur sur le terrain à Addameer Prisoner Support and Human Rights Association basée à Jérusalem.

Fusillade et autres violations du droit à la vie et à l’intégrité corporelle

  • Vers 12h20 vendredi, les FIF stationnées sur le mont Subeih à Bita, dans le sud-est de Naplouse, ont attaqué une manifestation palestinienne contre les colonies israéliennes et la confiscation des terres palestiniennes. Les FIF ont pourchassé les manifestants au milieu d’affrontements, où les soldats ont tiré des balles recouvertes de caoutchouc, des grenades assourdissantes et des grenades lacrymogènes. Un Palestinien de 20 ans a été blessé par balle de caoutchouc à l’œil gauche; son état a été jugé critique par des sources médicales à l’hôpital al-Najah de Naplouse. Des dizaines de personnes ont suffoqué à cause de l’inhalation de gaz lacrymogène et ont été traitées sur le terrain. Le travailleur de terrain du PCHR a noté que les FIF avaient agi avant la manifestation en fermant et en rasant les routes, interdisant ainsi aux ambulances l’accès à la zone.
  • Vendredi également, un enfant palestinien est mort après avoir été abattu par les FIF dans le village de Deir al-Hatab, à l’est de Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie. Selon les enquêtes menées par le Centre palestinien pour les droits de l’homme (PCHR), il n’y avait pas de menace ou de danger imminent pour la vie des soldats au moment où l’enfant a été pris pour cible. Ce crime prouve une fois de plus que les FCI sont des normes de tir indulgentes injustifiables au mépris de la vie des civils palestiniens, augmentant ainsi le nombre de morts cette année. Depuis le début de l’année, le nombre de morts s’est élevé à 32, dont 8 enfants, lors de manifestations et d’affrontements avec les FIF à travers la Cisjordanie.

Selon les enquêtes du PCHR, vers 16h50 le vendredi 5 novembre 2021, les FIF ont tiré plusieurs balles sur un groupe d’enfants qui tentaient de jeter des pierres sur la route de contournement, où se trouve l’entrée de la colonie « Elon Moreh » et le camp des FIF à l’entrée du village de Deir al-Hatab, à l’est de Naplouse. En conséquence, Mohammed Amjad Da’adas (13 ans) a été touché d’une balle dans l’abdomen et est tombé au sol. Les enfants l’ont transporté à environ 400 mètres dans les oliviers, puis il a été emmené par un véhicule civil à l’hôpital Rafidia à Naplouse. Une ambulance les a accueillis sur le chemin et a emmené l’enfant blessé à l’hôpital, où sa mort a été officiellement déclarée. L’enfant tué était un élève du lycée Mohammed Amin al-Sa’di et vit dans le camp de réfugiés d’Askar al-Jadeed, au nord-est de Naplouse.

Un témoin oculaire a déclaré au travailleur sur le terrain du PCHR que depuis le début de la saison de la récolte des olives il y a des semaines, les civils qui récoltent des olives sont quotidiennement harcelés par les FIF tandis que les enfants et les jeunes se rassemblent pour jeter des pierres sur la route de contournement utilisée par les FOI et les colons. Une patrouille des FIF vient généralement et tire des grenades lacrymogènes sur les enfants pour les disperser à une distance de plusieurs dizaines de mètres.

Cependant, ce jour-là, les FIF ont tiré de graves balles sur 4 enfants, qui se sont approchés de la route pour jeter des pierres, tuant l’un d’eux après l’avoir blessé à l’abdomen.

Les enquêtes du PCHR soulignent que les enfants ne représentaient aucune menace ou danger imminent pour la vie des soldats, et que ces derniers ont ouvert le feu de manière injustifiée sur eux en faisant un usage excessif de la force.

  • Vers 19h00, une manifestation pacifique a eu lieu à Hébron en solidarité avec les Palestiniens détenus administrativement dans les prisons israéliennes, qui sont en grève de la faim depuis des mois. Alors que les manifestants défilaient, les FIF étaient positionnées à l’entrée nord d’Hébron ; les manifestants se jettent dans des pierres sur les véhicules blindés de l’armée israélienne. Les soldats israéliens se sont déployés dans la région et ont tiré des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes sur les manifestants et les lanceurs de pierres. En conséquence, plusieurs participants ont suffoqué en raison de l’inhalation de gaz lacrymogène et ont été traités sur le terrain. Les affrontements se sont poursuivis jusqu’à 21h00 ; aucune arrestation n’a été signalée.
  • Vers 19 h 20, les OIF stationnés sur les terres de la Burqa, à l’est de Naplouse, ont arrêté deux enfants lors d’affrontements dans la région, notamment l’utilisation par les OIF de balles recouvertes de caoutchouc, de gaz lacrymogènes et de grenades assourdissantes. Des dizaines de personnes ont suffoqué à cause de l’inhalation de gaz lacrymogène.
  • Vers 20h00 vendredi, les OIF, soutenues par plusieurs SUV militaires, se sont installées à al-Bireh, dans le nord de Ramallah. Ils ont stationné dans la région de Jabel al-Tawil et se sont déployés entre des maisons civiles alors qu’ils patrouillaient dans les rues, attisant la peur et la terreur parmi la communauté locale. Les soldats ont monté les toits de trois immeubles d’habitation et ont perquisitionné plusieurs magasins, confisquant également les enregistrements de leurs systèmes de surveillance. Pendant ce temps, un groupe de Palestiniens a protesté et a jeté des pierres et des bouteilles vides sur les FIF et leurs SUV. Les FIF ont tiré des balles recouvertes de caoutchouc, des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes sur des Palestiniens, blessant un homme de 22 ans au bras gauche; il a été emmené à l’hôpital pour y être soigné.
  • Vers 17 h 45 le samedi 6 novembre, des canonnières des FIF dans le nord de la mer de Gaza ont poursuivi des bateaux de pêche palestiniens naviguant à 2 milles marins, leur ont pompé de l’eau et ont ouvert un feu nourri sur eux, suscitant la peur parmi les pêcheurs et les forçant à fuir. Les OIF ont également tiré des bombes légères dans le ciel. Aucune victime n’a été signalée.
  • Vers 21h00 samedi, des dizaines de Palestiniens se sont rassemblés à l’entrée du camp de réfugiés d’al-Fawwar, dans le sud d’Hébron, où les FIF entretiennent une tour de guet militaire. Les manifestants ont jeté des pierres sur la tour de guet et ont mis le feu à l’entrée du camp qui se connecte à la route de contournement (60). Les soldats se sont déployés sur la route de contournement et tirent arbitrairement des grenades lacrymogènes, provoquant l’étouffement de plusieurs lanceurs de pierres. Aucune arrestation n’a été signalée.
  • Vers 02h30 le dimanche 7 novembre 2021, les OIF, soutenus par plusieurs SUV militaires, se sont installés à al-Bireh, dans le nord de Ramallah. Ils ont stationné dans la zone industrielle, dans le centre d’al-Bireh, et ont attaqué des maisons civiles, les fouillant et les saccageant. Au cours du raid, des dizaines de Palestiniens ont protesté et jeté des pierres et des bouteilles vides sur les FIF et leurs SUV. Les OIF ont ouvert le feu sur eux, blessant deux enfants : deux jeunes de 16 ans avec des balles en caoutchouc dans la tête. Ils ont été emmenés au complexe médical palestinien pour y être soignés.
  • Vers 02h00 le lundi 8 novembre, les OIF se sont installés à Beit ‘Anan, a occupé Jérusalem-Est, a perquisitionné la maison de Mohammed Hussein Rabie (24 ans) et l’a arrêté. Les OIF ont également remis à Ahmed Baker Rabie (21 ans) une convocation à ses services de renseignement à la prison d’Ofer, dans l’ouest de Ramallah. Des dizaines de Palestiniens se sont rassemblés dans la région pendant le raid, ont jeté des pierres et des bouteilles vides sur les soldats et leurs véhicules militaires. Les OIF ont immédiatement tiré des balles réelles et des grenades lacrymogènes sur des maisons, dans un quartier résidentiel.
  • Vers 07h00, les canonnières des FIF dans le nord de la mer de Gaza ont poursuivi des bateaux de pêche palestiniens naviguant à 2 milles marins, leur ont pompé de l’eau et ont ouvert un feu nourri sur eux, suscitant la peur parmi les pêcheurs et les forçant à fuir. Aucune victime n’a été signalée.
  • Vers 8h00, des canonnières des FIF dans le sud de la mer de Gaza ont poursuivi des bateaux de pêche palestiniens naviguant à 6 milles marins, leur ont pompé de l’eau et ont ouvert un feu nourri sur eux, suscitant la peur parmi les pêcheurs et les forçant à fuir. Aucune victime n’a été signalée.
  • Vers 14h00, un groupe de Palestiniens s’est rassemblé dans la région de Bab al-Zawiya à Hébron, où les OIF maintiennent un poste de contrôle militaire à l’entrée de la rue fermée Shuhadaa. Les manifestants ont mis le feu à des pneus et jeté des pierres sur le poste de contrôle militaire. Les soldats des FIF se sont déployés sur les toits de la région et ont tiré des grenades lacrymogènes et des bombes sonnantes sur les manifestants. Plusieurs manifestants ont suffoqué à cause de l’inhalation de gaz lacrymogène. Les affrontements se sont poursuivis jusqu’à 20h00 et les civils ont été contraints de fermer leurs magasins.
  • Vers 11 h 30 le mardi 9 novembre, des canonnières des FIF dans le nord de la mer de Gaza ont poursuivi des bateaux de pêche palestiniens naviguant à 3 milles marins, leur ont pompé de l’eau et ont ouvert un feu nourri sur eux, suscitant la peur parmi les pêcheurs et les forçant à fuir. Aucune victime n’a été signalée.
  • Vers 22h00, les OIF stationnés à l’entrée est du village de Husan, à l’ouest de Bethléem, ont tiré sur un groupe de Palestiniens lors d’affrontements dans la région, blessant 1 homme avec une balle réelle à la cuisse et en arrêtant un autre – il a été emmené vers une destination inconnue.

Selon Mohammed Sbaitan, président du conseil du village de Husan, les affrontements ont éclaté à l’entrée est du village où les FIF ont tiré à balles réelles et en caoutchouc, des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes sur les manifestants. En conséquence, Moataz Mohammed Hamamra, 18 ans, a reçu une balle dans la cuisse et a été emmené à l’hôpital pour y être soigné. Sbaitan a ajouté que les FIF avaient arrêté Mohammed Jamal Hamamra, 16 ans, après avoir embuscade un groupe de jeunes du village qui se dirigeaient vers la zone des affrontements. Les affrontements se sont produits alors que les FIF attaquaient une manifestation contre l’expansion des colonies dans la région. Sbaitan a également déclaré que les FIF avaient tenté d’arrêter Hamamra, mais qu’il avait été secouru par d’autres Palestiniens qui l’avaient retiré des soldats israéliens et avaient réussi à le transporter à l’hôpital.

Incursions et arrestations

Jeudi, 04 Novembre 2021:

  • Vers 1h00, les FIF ont arrêté Huthaifa Mohammed Ghuneimat (33 ans) et Mohammed Ali Ehzayin (39 ans), après avoir perquisitionné et fouillé leurs maisons dans le village d’Idhna, à l’ouest d’Hébron.
  • Vers 1h30, les OIF ont arrêté Mohammed As’ad Obaidat (42 ans), après avoir perquisitionné et fouillé sa maison dans le village d’Abu Dis, à l’est de Jérusalem-Est occupée.
  • Vers 2h00, les FIF ont arrêté Jawdat Mohammed al-Fakhouri (44 ans), après avoir perquisitionné et fouillé sa maison dans la vieille ville occupée de Jérusalem-Est.
  • Vers 6h30, les OIF ont arrêté Mohammed Owda Humeid (23 ans), après avoir perquisitionné et fouillé sa maison dans le village de Beit ‘Anan, au nord-ouest de Jérusalem-Est occupée.
  • Vers 13 h 30, les FIF ont arrêté Mohammed Wajeeh Thawabtah (20 ans), du village de Bayt Fajar, au sud de Bethléem, alors qu’il traversait le poste de contrôle militaire d’al-Container, au nord-est de la ville.
  • Vers 17 h 30, les FOF ont arrêté Fadi Hani Abu Hammoud (34 ans), après avoir perquisitionné et fouillé sa maison dans le village d’al-Jib, au nord-ouest de Jérusalem-Est occupée.
  • Vers 18 h 30, les FIF ont arrêté Mohammed Fawwaz Mashayikh (24 ans), après avoir perquisitionné et fouillé sa maison dans la région d’al-Jadawil, dans le village de Bayt Jala, à l’ouest du gouvernorat de Bethléem.
  • Vers 22 h 25, les FIF ont arrêté Huthaifa Anwar Shehada (21 ans), après avoir perquisitionné et fouillé sa maison dans le village d’Urif, à l’est de Naplouse.
  • Les OIF ont effectué (5) des incursions à Safran, au sud-est de Tulkarem; Villages de Sarra et de Douma à Naplouse; Villages Kufeirat et Faqqua à Jénine. Aucune arrestation n’a été signalée.

Vendredi, 05 Novembre 2021:

  • Vers 2h00, les OIF ont déménagé dans le village de Methlon, au sud-est de Jénine. Ils ont perquisitionné et fouillé la maison de Mohammed Jamal Rabay’a et lui ont remis une convocation pour se référer aux services de renseignement israéliens, puis ils ont attaqué physiquement son frère, Mahmoud Jamal Rabay’a, qui a subi de graves ecchymoses sur tout le corps. Aucune arrestation n’a été signalée.
  • Vers 18 h 30, les FIF ont arrêté (4) civils du village de Bayt Furik à Naplouse, alors qu’ils étaient présents à Jérusalem-Est occupée. Les personnes arrêtées sont : Osaid Hamouda Hanani, Mo’taz Hamouda Hanani, Najeh Rahbi Mallitat et Dawoud Zuhair Mallitat.
  • Vers 20h00, les FIF ont arrêté Khaled Ali Redwan, du village d’al-Nabi Elias à Qalqilya, alors qu’il était présent dans la vieille ville occupée de Jérusalem-Est.
  • Les OIF ont effectué (2) des incursions à Dayr al-Ghusun, au nord de Tulkarem; et Beita, à l’est de Naplouse. Aucune arrestation n’a été signalée.

Samedi, 06 Novembre 2021:

  • Vers 18 h 50, les FIF stationnés à un poste de contrôle militaire temporaire, au nord-est de Jénine, ont arrêté trois civils du village de Deir Abu Da’if, à l’est de Jénine, et les ont emmenés vers des destinations inconnues. Les personnes arrêtées sont Mohammed Mo’ayad Yasin (29 ans), Helal Haydar Yasin (23 ans) et Salem Eyad Yasin (24 ans).
  • Vers 19h00, les FIF ont arrêté Yousef Mohammed Shamasnah (28 ans), du village de Qatanna, au nord-est de Jérusalem-Est occupée, alors qu’il passait par un poste de contrôle militaire temporaire établi à l’entrée du village de Bidu.

Dimanche, 07 Novembre 2021:

  • Vers 2h00, les FIF ont arrêté Emad Mohammed Shahine (30 ans), l’un des membres de la police palestinienne, après avoir perquisitionné et fouillé sa maison dans le village de Sa’ir, au nord d’Hébron.
  • Vers 2 h 50, les FIF ont arrêté (5) civils après avoir perquisitionné et fouillé leurs maisons dans le village de Hable, au sud de Qalqilya. Les personnes arrêtées sont Ahmed Omar Owda (48 ans), Mujahed Hamdallah Merwadi (27 ans), Hamza Mustafa Merwadi (36 ans), Ali Ahmed al-Jada’ (42 ans) et Anas Hussain Suliman (30 ans).
  • Vers 5h00, les FIF ont arrêté Yousef Bassam Abu Nab (16 ans), après avoir perquisitionné et fouillé sa maison à Silwan, au sud de la vieille ville occupée de Jérusalem-Est.
  • Vers 11h00, les OIF ont remis à Ahmed Mohammed al-Joulani (17 ans) et Mousa Mohammed Owda (58 ans), membre du Comité de défense des terres de Silwan, des convocations pour les référer aux services de renseignement israéliens du centre d’enquête al-Maskobiya, après avoir perquisitionnée et fouillé leurs maisons à Silwan, au sud de la vieille ville occupée de Jérusalem-Est.
  • Vers 16h00, les FIF ont arrêté Naseem Mohammed Hijazi (11 ans), alors qu’il était présent devant sa maison dans le quartier d’Ein al-Lawza à Silwan, au sud de la vieille ville occupée de Jérusalem-Est.
  • Les OIF ont effectué une incursion dans le village de Bayt Kahil à Hébron. Aucune arrestation n’a été signalée.

Lundi, 08 Novembre 2021:

  • Vers 1h00, les FIF ont arrêté Suliman Faisal al-‘Arouj (26 ans), après avoir perquisitionné et fouillé sa maison dans le village de Jannata, à l’est de Bethléem.
  • Vers 2 h 30, les FNI ont arrêté Qassam Basem Younis al-Masalmah (27 ans), après avoir perquisitionné et fouillé sa maison à Bayt Awa, au sud-ouest de Dura, au sud-ouest du gouvernorat d’Hébron.
  • À peu près au même moment, les FIF ont arrêté Hussain Helmi Abu Shanab (27 ans) après avoir perquisitionné et fouillé sa maison à Tulkarem.
  • Vers 3 h 50, les FIF ont arrêté Abdul Rahman Othman Safi (26 ans) et Eisa Ahmed Safi (34 ans), après avoir perquisitionné et fouillé leurs maisons dans le camp de réfugiés d’al-Jalazone, au nord d’al-Bireh.
  • À peu près au même moment, les FIF ont arrêté l’ancien prisonnier, Mo’taz Sameeh Wahdan (39 ans), après avoir perquisitionné et fouillé sa maison dans le village de Rantis, à l’ouest de Ramallah.
  • Vers 4h30, les FIF ont arrêté Jebril Saher al-Atrash (24 ans), après avoir perquisitionné et fouillé son maison à Hébron.
  • À peu près au même moment, les FIF ont arrêté Shamekh Mohammed Hashash (28 ans), après avoir perquisitionné et fouillé sa maison dans le camp de réfugiés de Balata à Naplouse.
  • Vers 7h00, les FIF ont arrêté Yousef Samed Hammad (25 ans), après avoir perquisitionné et fouillé sa maison à Silwad, au nord-est de Ramallah.
  • Les FNI ont fait (6) incursions à Ni’lin, à l’ouest de Ramallah; Le quartier d’Ein Munjid à Ramallah; Les villages de Sa’ir, al-Karmel, Halhul et al-Hadab à Hébron. Aucune arrestation n’a été signalée.

Mardi 9 novembre 2021:

  • Vers 1h00, les FIF ont arrêté Abed Basem Hamamera (21 ans) et Mahmoud Tayseer Hamamera (23 ans), après avoir perquisitionné et fouillé leurs maisons dans le village de Husan, à l’ouest de Bethléem.
  • Vers 8h30, les OIF renforcées par plusieurs véhicules militaires se sont déplacées de 100 mètres à l’est du village d’Abasan al-Jadida, à l’est de Khan Yunis. Ils ont niveler et peigné une zone qui contient un étang d’égouts, ce qui a fait que les eaux usées se sont envolées vers les terres agricoles voisines. Ils ont continué à niveler et à peigner les terres adjacentes à la clôture frontalière en direction du nord. En outre, les FIF ont rasé 7 dunums plantés appartenant à Mohammed Khaled al-Astal et Shehada Ahmed al-Emawi, situés à l’est d’al-Qarara, avant qu’ils ne se déploient à nouveau vers 14h00.
  • Vers 8 h 15, les FIF ont arrêté Hamza Mohammed Abu Bakr (20 ans), de Ya’bad, au sud-ouest de Jénine, alors qu’il traversait un poste de contrôle militaire temporaire établi près de l’école Izz al-Din al-Qassam à Jénine, en direction de l’Université al-Khadoorie à Tulkarem.

Mercredi 10 novembre 2021 :

  • Vers 00h00, les FIF ont arrêté Mohammed Abed al-Khadour (24 ans), après avoir perquisitionné et fouillé sa maison dans le village de Bidu, au nord-ouest de Jérusalem-Est occupée.
  • Vers 1h00, les FIF ont arrêté Ghassan Jehad Amro (38 ans) et Ayoub Hussain al-‘Awaweda (40 ans), après avoir perquisitionné et fouillé leurs maisons à Dura, au sud-ouest du gouvernorat d’Hébron.
  • Vers 3h00, les FIF ont arrêté Jamal Jaber Hamamera (55 ans), après avoir perquisitionné et fouillé sa maison dans le village de Husan, à l’ouest de Bethléem. Il est à noter que mardi, les FIF ont arrêté son fils, Mohammed (16 ans), ainsi que ses amis, alors qu’il était présent à l’entrée du village.
  • À peu près au même moment, les FIF ont arrêté Mahmoud Hasan Abu Warda (44 ans), après avoir perquisitionné et fouillé sa maison dans le camp de réfugiés d’al-Fawwar, au sud d’Hébron.
  • Vers 7h00, les FIF ont arrêté Mahdi Nabil al-‘As’as (23 ans), après avoir perquisitionné et fouillé sa maison dans le quartier d’al-Fawaghera à Bethléem.
  • Vers 7h10, les FIF ont arrêté (4) civils après avoir perquisitionné et fouillé leurs maisons à al-Bireh, au nord du gouvernorat de Ramallah. Les personnes arrêtées sont : Salama Fathi Matariya (19 ans), Kamal Sameer Matariya (23 ans), Ibrahim Jamil Matariya (24 ans) et Ra’ed Mohammed Matariya (20 ans).
  • Vers 7h50, les FIF ont arrêté Ahmed Mohammed Khamis (23 ans) et Mohammed Khamis Suliman (24 ans), après avoir perquisitionné et fouillé leurs maisons dans le village de Beit your al-Tahta, à l’ouest de Ramallah.
  • Vers 13h00, les FIF ont arrêté Haitham Ragheb al-Jo’ba (39 ans), de la vieille ville occupée de Jérusalem-Est, alors qu’il travaillait dans la ville.

Expansion des colonies et violence des colons en Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est occupée

Rasage de terrains, démolitions et avis :

Vers 03h00, les FIF, soutenues par de nombreux véhicules militaires, se sont déplacées dans l’est du village de Doma, en particulier dans le quartier d’al-Shakarah, et ont commencé à démolir une salle de prière pour les habitants du quartier, qui est une communauté bédouine de 60 personnes. Les OIF ont également déménagé dans la zone sud et démoli une maison agricole de 2 pièces construites en briques et couvertes de fer-blanc appartenant à Tariq Sedawi. Les OIF se sont ensuite déplacés vers la zone ouest et ont démoli des chaînes de pierre et déraciné plus de 60 oliviers ainsi que remblayé le puits d’eau. En outre, les OIF ont notifié le remblayage d’une rue récemment créée et nommée al-Nahdah. Ensuite, les OIF se sont dirigés vers une maison en construction de 3 étages pour la démolir, mais les résidents ont fabriqué un bouclier humain pour empêcher sa démolition. Les FIF les ont aspergés de poivre et se sont retirés plus tard.

Soliman Dawabashah, chef du conseil du village de Doma, a déclaré :

« Vers 03h00, j’ai reçu un appel de certains me disant qu’une importante force des OIF s’était déplacée dans le village. Je me suis précipité dans la région et j’ai trouvé une force de 5 véhicules de construction, 2 voitures de l’administration civile et 15 VUS militaires entourant le village des 3 côtés. Ils se sont dirigés vers la salle de prière du quartier d’al-Shakarah et l’ont démolie. Ensuite, ils se sont dirigés vers une maison agricole appartenant à un investisseur jérusalémite et l’ont démolie ainsi que sur un terrain appartenant à un autre investisseur de Jérusalem et l’ont complètement rasée. Ils ont également remis un avis de démolition d’une rue qui était prête à être asphaltée. Ensuite, ils se sont dirigés vers une maison de 3 étages appartenant à ‘Abdel Majeed ‘Abdel Hafeez Dawabsheh, alors j’ai immédiatement rassemblé un groupe de jeunes hommes et me suis dirigé vers la maison pour fabriquer un bouclier humain et le protéger de la démolition. Les soldats n’aimaient pas cela et nous ont aspergés de poivre. Je suis resté inconscient pendant 15 minutes à cause du spray au poivre et ils nous ont ensuite avertis à nouveau pendant plus de 7 jours et se sont retirés. Maintenant, nous avons préparé tous les plans nécessaires pour intenter des poursuites judiciaires afin d’empêcher la démolition de la propriété dans le village, qui est de 18 000 dunums; 17 500 sont situés dans la zone C. »

Jeudi après-midi, 04 novembre 2021, la municipalité israélienne a remis à 10 familles vivant dans un immeuble résidentiel dans le quartier d’al-Hardoub dans le quartier d’al-Tour, à l’est de la vieille ville de Jérusalem-Est, des avis finaux pour évacuer leurs maisons, pour démolir la maison en quelques jours sous prétexte de construction sans licence.

Senan al-Khalafawi, l’un des propriétaires des maisons de l’immeuble menacé de confiscation, a déclaré que chaque étage abrite 2 appartements résidentiels; chacune d’entre elles est de 135 m² et comprend 4 chambres, une cuisine et une salle de bains. Al-Khalafawi a déclaré qu’environ 70 personnes vivent dans le bâtiment de 10 familles: sa famille de 6 personnes, dont 4 enfants, la famille de son frère, Sa’id al-Khalafawi, de 10, dont 6 enfants, la famille Wael Bader de 6, dont 2 enfants, la famille Ibrahim Joudah de 5 enfants, dont 3 enfants, la famille Mousa Abu al-Halawah de 5, dont 3 enfants, la famille al-Ghoj de 11, dont 2 enfants, et mustafa ‘AShour famille de 7 personnes, dont 5 enfants, ainsi que les familles de Ziyad Abu Sbeitan, Akram ‘Ashour et Mahmoud Abu Sbeitan. Al-Kalafawi a ajouté que les propriétaires des appartements ont souffert pendant 9 ans des amendes et des ordres de démolition car la municipalité israélienne a imposé une amende de 75 000 shekels à chaque propriétaire pour la construction sans permis en plus de 83 000 shekels en tant que taxe foncière, que tous les propriétaires des appartements paient toujours.

En outre, ils paient des dizaines de milliers de shekels pour les honoraires des ingénieurs et des avocats dans leur tentative d’autoriser la construction et de reporter les décisions de démolition devant les tribunaux israéliens. Al-Khalafawi a déclaré que le tribunal israélien avait rendu jeudi une décision finale d’évacuer les résidents de leurs maisons pour démolir le bâtiment, leur donnant le choix de l’auto-démolir immédiatement ou les équipes de la municipalité le feront et infligeront une amende de 2 millions de shekels aux propriétaires des appartements. Al-Khalafi a ajouté que l’auto-démolition du bâtiment est très difficile et coûteuse et nécessite des véhicules de démolition spéciaux. Si cela était fait avec les outils normaux, cela prendrait beaucoup de temps et coûterait à chaque propriétaire plus de 50 000 shekels. Al-Ghazawi a déclaré que l’avocat des familles de Hussein Ghanayem avait fait appel lundi 8 novembre devant le tribunal de district contre la décision de démolition. Cependant, les autorités israéliennes ont rendu 2 décisions: l’une oblige les résidents à payer 200 000 shekels dans le box judiciaire dans les 2 jours afin de donner aux propriétaires des appartements jusqu’à la fin du mois pour effectuer la démolition tandis que la seconde dit que si les familles n’ont pas payé l’argent dans les 2 jours, les véhicules de la municipalité effectueront la démolition dès que possible, obligeant les familles à payer l’amende, qui est d’environ 2 millions de shekels.

Vers 09h00 le lundi 8 novembre 2021, les FIF, soutenues par des véhicules militaires et accompagnées du véhicule de l’Administration civile israélienne et d’un bulldozer, se sont déplacées dans la région de Fer’ah, à l’est du village d’Ethna, à l’ouest d’Hébron. Les soldats se sont déployés dans la région et le bulldozer a démoli une bergerie de 120 m² et une caravane en fer blanc de 20 m² ainsi qu’une salle de bain de 1,5 m² appartenant à Khalil Isma’il Tneinah. La démolition s’est fait sous prétexte de construction sans permis.

Vers 10h00 le mardi 9 novembre 2021, Hani Soliman a auto-démoli son immeuble dans le quartier de Beit Hanina, au nord de Jérusalem-Est occupée, conformément à la décision de la municipalité israélienne sous prétexte de restriction non agréée.

Ahed al-Nashashibi, qui loue au propriétaire de l’immeuble, a déclaré que le bâtiment de 3 étages avait été créé il y a 10 ans sur une superficie de 250 m², abritant 10 membres. Al-Nashashibi a ajouté qu’il avait loué le deuxième étage il y a 4 ans pour vivre avec sa famille, puis loué le premier étage et payé 100 000 shekels pour terminer sa construction et le préparer de l’intérieur afin que son frère aîné y vive. Al-Nashashibi a déclaré que le propriétaire du bâtiment, Hani Soliman, avait essayé d’autoriser le bâtiment à plusieurs reprises, mais que la municipalité israélienne avait refusé sous prétexte qu’il était adjacent à un autre bâtiment, qui répondait à la zone nécessaire. Il a souligné que le tribunal a rejeté tous les appels que Soliman a déposés contre la décision de démolition tandis que la municipalité lui a imposé une amende de construction et l’a menacé s’il n’auto-démolissait pas le bâtiment, il sera condamné à une amende de 150 000 shekels pour les coûts de démolition des équipes municipales.

Le même matin, Ali ‘Aziz’Aweisat a auto-démoli sa maison dans le village de Jabal al-Mukaber, au sud-est de Jérusalem-Est occupée, conformément à la décision de la municipalité israélienne sous prétexte de construction sans licence.

Aweisat a déclaré qu’il avait construit une maison au troisième étage de la maison de 2 étages de son père. Aweisat a déclaré que la maison de son père est légale et autorisée et qu’il a essayé d’obtenir un permis de construction, mais il est presque impossible d’en obtenir un et nécessite beaucoup de temps et d’argent qui dépasse 1 400 000 shekels. Aweisat a ajouté qu’il vit dans la maison de 85 m² avec sa femme et ses 2 filles. Aweisat a ajouté que la municipalité israélienne le hante depuis un an et lui a imposé une amende de 32 000 shekels pour construction sans licence. Il a déclaré que le tribunal avait rendu une décision à l’époque de démolir la maison et que le 24 octobre, le tribunal avait vérifié la décision et lui avait donné 21 jours pour l’auto-démolir ou les équipes de la municipalité le feraient et lui infligeraient une amende de 100 000 shekels pour les coûts de démolition, le forçant à s’auto-démolir.

Vers 13h00, les OIF ont pulvérisé des produits chimiques sur des dizaines de plants d’olives dans des terres agricoles du village de Battir, à l’ouest de Bethléem, et les ont endommagés.

Le maire de Batir, Taysir Qatoush, a déclaré que les FIF avaient pulvérisé des produits chimiques sur les cultures sur des terres plantées de plants d’oliviers sur une zone de 3 dunums à Marah Madour dans le village. En conséquence, 70 plants d’olive appartenant à Ghassan ‘Aweinah ont été endommagés, sous prétexte de les planter sur les terres israéliennes.

Vers 18h00, les FIF ont démoli 2 maisons à ‘Ein al-Jweizah dans le village d’al-Walaja, à l’ouest de Bethléem, sous prétexte de construction sans licence.

Mohammed Hussein Abu al-Teen a déclaré qu’il avait été surpris dans la matinée avec plus de 7 jeeps militaires accompagnées de véhicules de démolition se déplaçant à proximité des maisons familiales dans la région de ‘Ein Jweizah. Ils ont commencé à démolir sa maison et la maison de son neveu, Tariq Naser Abu al-Teen, en plus d’une grande tente appartenant à son neveu, Ahmed Abu al-Teen. Mohammed Abu al-Teen a déclaré que les FIF avaient démoli la maison de son neveu il y a 2 mois et qu’il l’avait reconstruite avec l’aide des villageois. Cependant, l’OIF ne lui a pas permis d’y rester longtemps. Abu al-Teen a déclaré que chaque maison fait 70 m² et que la maison de son neveu abrite 8 personnes alors qu’il vit avec sa femme, ses 2 filles, son fils et sa femme. Abu al-Teen a déclaré que la démolition avait été effectuée soudainement alors qu’il faisait appel devant le tribunal israélien contre la décision de démolition, mais n’avait reçu aucune décision ou notification à cet égard. Abu al-Teen a déclaré que sa famille a beaucoup souffert de l’oppression des FIF alors qu’ils ont démoli plus de 4 maisons pour la famille à ‘Ein al-Jweizah plus de 3 fois au cours des dernières années. Abu al-Teen a déclaré que la famille ne possède ce terrain que dans la région, où les FIF interdisent la construction.

Vers 18h00 le mercredi 10 novembre 2021, des bulldozers de la municipalité israélienne ont démoli un balcon d’une maison appartenant à Mohammed Hussein Salman dans le village de Beit Safafa, au sud de Jérusalem-Est occupée.

Mohammed Salman a déclaré que les FIF avaient déménagé dans la région d’al-Safeh à Beit Safafa et fermé les routes menant à sa maison. Ils ont démoli le balcon de 40 m² de la maison. Il a déclaré que les FIF avaient démoli le 17 août la partie extérieure du jardin d’enfants dont il était propriétaire et qui est adjacente à sa maison sous prétexte de construction sans permis.

Vers 8h00, les équipes de la municipalité israélienne ont détruit les murs intérieurs d’une maison appartenant à Mahmoud Jaber dans le quartier de Wadi al-Joz, à l’est de la vieille ville de Jérusalem-Est occupée, sous prétexte de construction sans licence.

Aydah Jaber a déclaré que les OIF avaient perquisitionné la maison le matin sans avertissement préalable et expulsé le locataire de la maison, As’ad Dweik, et sa famille de 8 membres. Ils ont démoli les murs intérieurs et détruit le contenu. Jaber a déclaré que la maison appartient à son fils, Mahmoud Jaber, qui est prisonnier à la prison de Beersheba et condamné à 32 mois. Elle a ajouté que la famille avait construit la maison il y a 20 ans sur une superficie de 90 m² et que son fils avait l’intention d’y vivre après avoir été libéré. Jaber a ajouté que l’OIF ne lui avait pas remis de décision de démolition ou d’avis d’évacuation de la maison et elle a demandé aux agents municipaux de lui donner le temps de démolir la maison au lieu de payer les coûts de démolition municipaux de 100 000 shekels.

As’ad Dweik, le locataire, a déclaré que les FIF avaient perquisitionné la maison alors qu’il dînait. Il a été surpris qu’ils frappent à la porte et lui parlent de la décision de démolition. Les agents de la municipalité ont coupé l’électricité et l’eau de la maison et ont sorti les meubles dans les 10 minutes. Ils ont démoli les murs intérieurs et détruit la cuisine et les salles de bains avec des outils à main car les véhicules ne pouvaient pas atteindre la maison. Dweik a ajouté qu’il a vécu dans la maison avec sa famille de 8 personnes pendant un an et qu’en raison de la décision soudaine de démolition, il a perdu beaucoup de meubles. Il a déclaré que les FIF avaient donné à la famille Jaber jusqu’au 17 novembre pour auto-démolir complètement la maison ou qu’ils enverraient à nouveau leurs équipes pour procéder à la démolition.

Attaques des setters contre les civils palestiniens et leurs biens :

Vers 10h00 le jeudi 04 novembre 2021, un groupe de colons de la colonie « Beit ‘Ein » établie sur les terres palestiniennes confisquées dans le nord du village de Sorif, à l’ouest d’Hébron, a jeté des pierres sur les agriculteurs, qui se trouvaient sur leurs terres près de la colonie pour récolter des olives, et l’a insulté, les forçant à quitter leurs terres de peur d’être blessés. Les terres près de la colonie « Beit ‘Ein » sont témoins d’attaques presque quotidiennes de colons dans une tentative de s’emparer des terres afin de les annexer à la colonie.

Vers 10h00 le samedi 6 novembre 2021, un groupe de colons de la colonie « Susya » établie sur les terres palestiniennes confisquées à Kherbet Susya, sous la protection intensive des FIF, a attaqué un parc pour enfants créé par l’organisation Action contre la Faim pour le divertissement des enfants. Les colons ont endommagé la porte principale du parc et ont essayé de briser les jeux des enfants pendant que les villageois intervenaient et empêchaient les colons de le faire. En conséquence, les FIF ont forcé les villageois à partir et ont déclaré la zone zone militaire fermée. Il est à noter que les colons ont attaqué le parc pour la deuxième fois en deux semaines.

Vers 13h00, un groupe de colons sous la protection des FOI s’est déplacé vers des terres agricoles dans l’est du village de Teqoa, à l’est de Bethléem, et a attaqué les Palestiniens, qui récoltaient des olives à l’intérieur, essayant de les expulser de la terre.

Le directeur du village de Teqoa, Taysir Abu Mefreh, a déclaré que les colons sous la protection des FIF ont attaqué les Palestiniens qui récoltaient des olives sur leurs terres dans l’est de Teqoa et ont tenté de les expulser par la force. Abu Mefreh a déclaré que la zone est située dans la zone « A » et loin des colonies environnantes. Il a déclaré que les civils avaient affronté les FIF et les colons et avaient réussi à les expulser. Abu Mefreh a mentionné que cette attaque n’était pas la première du genre pour les colons et les FIF contre les agriculteurs pendant la saison de la récolte des olives. Il y a trois jours, avec la présence de l’ambassadeur d’Afrique du Sud auprès de l’Ap, les OIF ont attaqué des dizaines de volontaires et d’agriculteurs alors qu’ils récoltaient des olives dans les terres villageoises près de la colonie de Tekwa’a. Les OIF ont arrêté Monther ‘Amirah, chef du Comité de coordination pour faire face à la colonisation et à l’occupation en Cisjordanie et coordinateur de la campagne Faz’ah pour soutenir les agriculteurs dans la récolte des olives. Ils ont également détenu le photojournaliste Akram al-‘Amour et l’activiste Mousa Abu Mefreh pendant un certain temps.

Vers 08h30 le dimanche 07 novembre 2021, un groupe de colons du poste de colonie « Havat Man » établi sur les terres palestiniennes de la zone occidentale de Sada al-Tha’lab a attaqué avec des pierres et collé les reisdents de Kherbet Sada tout en défendant leurs terres et en faisant face aux colons pour qu’ils n’emmènent leurs moutons dans le puits d’eau utilisé par les habitants pour leurs besoins quotidiens. En conséquence, Yousif Hammad Makhamrah (40 ans) a subi une fracture de la main gauche tandis que sa femme Na’imah (34 ans) a subi une fracture de la racine des cheveux au nez.

Yousif Makhamrah a dit au travailleur de terrain du PCHR que :

Trois colons accompagnés de leurs moutons et dirigés par le colon Yitzhak Sahaz Man, propriétaire de la ferme « Havat Man » près de l’avant-poste de la colonie « Havat Ma’on », ont pris d’assaut la zone près de Khirbet Sada al-Tha’lab, où vivent 11 familles palestiniennes, pour se rendre dans un puits d’eau utilisé par les habitants pour leurs besoins quotidiens. Dès que je suis arrivé avec un groupe d’habitants et de militants, nous avons été attaqués par des colons avec des pierres et des bâtons. Ils m’ont frappé à la main, et ma femme et d’autres militants ont également été blessés. Les FIF sont arrivées dans la zone et ont déclaré la zone comme une zone militaire fermée, et ont permis aux colons d’abreux leurs moutons du puits. Ma femme et moi avons été emmenés à l’hôpital gouvernemental de Yatta par une ambulance palestinienne qui est arrivée dans la région.

Politique de fermeture et restrictions à la libre circulation des personnes et des marchandises:

La bande de Gaza :

Les autorités israéliennes ont continué d’imposer des punitions collectives à la population de la bande de Gaza, notamment des restrictions renforcées sur les importations et les exportations, ce qui a gravement détérioré la jouissance par les Palestiniens de leurs droits économiques et culturels.

La Cisjordanie :

En plus des 108 points de contrôle permanents et des routes fermées, cette semaine a vu la mise en place de 37 points de contrôle temporaires qui restreignent la circulation des biens et des individus, où les FOI ont fouillé les véhicules des Palestiniens, vérifié leurs images d’origine et arrêté 4 d’entre eux. Les FIF ont renforcé leurs restrictions à la liberté de mouvement des civils à leurs postes de contrôle permanents en Cisjordanie et ont fermé certains points de contrôle pendant plusieurs heures à plusieurs reprises.

Voici la documentation du PCHR sur les restrictions à la liberté de mouvement et les points de contrôle temporaires établis par les FIF à travers la Cisjordanie cette semaine :

Jérusalem:

  • Jeudi 4 novembre, les OIF ont renforcé les restrictions sur le poste de contrôle militaire de Jaba.
  • Le dimanche 7 novembre 2021, les OIF ont établi un poste de contrôle militaire près de l’entrée du village de Bidu, au nord-ouest de Jérusalem-Est.

Bethléem:

  • Le jeudi 4 novembre 2021, les FIF ont établi deux postes de contrôle militaires près de l’entrée de Tuqu et De Marah Rabah.
  • Le vendredi 5 novembre, les OIF ont établi 4 postes de contrôle militaires près des entrées de Wadi Fukin, Janata, Jorat al-Sham’a et Aqbat Hassna.
  • Le samedi 6 novembre, les OIF ont établi un poste de contrôle militaire à l’entrée de Tuqu.
  • Le dimanche 7 novembre, les OIF ont établi 3 postes de contrôle militaires aux entrées de Tuqu, Wadi Fukin et Fureidis.
  • Lundi 8 novembre, les OIF ont renforcé les restrictions sur le poste de contrôle militaire d’al-Container. Deux autres points de contrôle ont été établis près des entrées d’Aqbat Hassna et de Husan.
  • Le mardi 9 novembre, les OIF ont établi 2 postes de contrôle militaires aux entrées de Husan et d’al-Khas.
  • Le mercredi 10 novembre, les OIF ont établi 3 postes de contrôle militaires près des entrées de Beit Jala, d’Aqbat Haasna et du village d’Al-Khader.

Naplouse:

  • Le dimanche 7 novembre, les FIF ont établi 2 postes de contrôle militaires près de Beita et d’al-Badhan.

Hébron:

  • Le jeudi 4 novembre, l’OIF a établi 4 points de contrôle près des entances de Beit Ummar, Saair, Bayt Awa et al-Mwareq.
  • Le vendredi 5 novembre 2021, les OIF ont établi 3 points de contrôle militaires près des entrées d’al-Shyoukh, de l’entrée sud d’Hébron et de Yatta.
  • Le mardi 9 novembre, les OIF ont établi 4 points de contrôle militaires près de l’entrée nord d’Hébron, Dura, al-Kharsa Mothalath et Tarrama.

Qalqilya:

  • Le jeudi 4 novembre, les OIF ont établi 2 points de contrôle militaires, l’un entre Azzoun et Jayous, et l’autre entre Qalqilya et Hable.

Salfit:

  • Le samedi 6 novembre, les OIF ont établi deux postes de contrôle militaires près des entrées de Kafel Haris et de Deir Ballout.
  • Le dimanche 7 novembre, les FIF ont établi 2 points de contrôle près des entrées de Rafat et Deir Ballout.
  • PCHR fieldworker takes Mohammed al-Astal’s testimony after IOF razed his land in eastern Khan YounisUn travailleur de terrain du PCHR prend le témoignage de Mohammed al-Astal après que les FIF ont rasé ses terres dans l’est de Khan Younis

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 11 novembre 2021 par dans ANTIDEMOCRATIQUE, APARTHEID, COLONIALISME, GAZA, ISRAEL, Palestine.
%d blogueurs aiment cette page :