NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Bénin : Grève des enseignants.

Deux jours de sensibilisation et de menaces n’ont pas suffi pour obliger les enseignants du système éducatif public à reprendre le chemin des classes.
Dans les établissements de Cotonou et environs montre que la grève continue toujours. Les forces de l’ordre massivement tassées à l’entrée de la Bourse du Travail ont presque entièrement disparu, de même que la plupart des policiers en faction à l’entrée des écoles.
Le gouvernement vient donc ainsi de subir un revers qui traduit la détermination des syndicats des enseignants d’aller jusqu’au bout des revendications. Le chef de l’Etat, alterne menaces et appels à la raison, a reçu des responsables des organisations syndicales dans la nuit de ce mardi à mercredi. Rien de nouveau n’est sorti de cette rencontre.
Le président Yayi Boni s’est tout simplement contenté de dire une fois encore que l’Etat n’a plus les moyens d’augmenter les salaires. Un discours maintes fois répété et repris par les ministres qui terminent ce mercredi une tournée nationale destinée à mettre en place des comités pour contrôler la présence effective des enseignants à leurs postes.
Les syndicats des enseignements maternel, primaire, secondaire et technique réclament le relèvement de leur coefficient indiciaire à 1.5%, ce qui dans les faits se traduirait à une augmentation salariale de 25%, conformément à ce qui a déjà été accordé aux autres fonctionnaires.
Pour le gouvernement, les enseignants ne devraient plus exiger une telle augmentation de salaire puisqu’ils ont bénéficié d’une mesure similaire. Le gouvernement met aussi en avant ses engagements à ne pas utiliser plus de 35% des recettes de l’Etats pour payer les salaires d’une part et de l’autre les menaces des partenaires financiers (FMI et autre Banque Mondiale, etc) qui trouvent déraisonnables les revendications des fonctionnaires béninois.
Les représentants des syndicats ont tenté au cours de la dernière rencontre, de convaincre le chef de l’Etat de ce que l’augmentation dont il est question est en fait la prime d’incitation à la fonction enseignante, une prime spéciale pour encourager les jeunes à embrasser cette carrière.
La lutte continue donc pour les enseignants.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 9 mars 2012 par dans Actualités des luttes, anticapitalisme, international, services publics.