NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Alma : solide appui aux syndiqués en lock-out de Rio Tinto Alcan.

Près de 7000 personnes ont répondu à l’invitation des syndiqués en lock-out de Rio Tinto Alcan et se sont rassemblées à Alma, pour une grande marche de solidarité visant à souligner les trois mois du conflit de travail à l’aluminerie Alma.

Les 780 travailleurs de l’aluminerie Alma de Rio Tinto Alcan sont en lock-out depuis le 1er janvier dernier. La production d’aluminium a été réduite des deux tiers dès le début du conflit de travail. Les syndiqués veulent mettre un frein à la sous-traitance et réclament la mise en place d’un plancher d’emploi.

Des syndiqués de partout au Québec, du Canada et d’une dizaine de pays où se trouvent des usines de Rio Tinto se sont présentés à Alma.

« On est ici pour démontrer à Rio Tinto qu’on est en train de mobiliser la classe ouvrière sur la planète et j’ai un remerciement spécial. Merci beaucoup Rio Tinto, vous venez de réveiller un géant. » — Guy Farrell, adjoint au directeur québécois des Métallos.

Le président de la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ), Michel Arsenault, a pour sa part réclamé une intervention du gouvernement du Québec en coupant les vivres de Rio Tinto Alcan. Il est clair, selon lui, que l’échange d’électricité entre RTA et Hydro-Québec finance le lock-out.

Le directeur québécois des Métallos, Daniel Roy, a également dénoncé le fait que le lock-out soit financé par les fonds publics en raison de l’entente secrète entre le gouvernement, Hydro-Québec et RTA. « En plus des prêts sans intérêt sur 30 ans, des subventions, de l’électricité presque gratuite, le gouvernement verse à la compagnie 15 millions par mois pour acheter ses surplus d’électricité dont les Québécois n’ont même pas besoin »

Près de 300 étudiants, réunis à Alma pour participer au congrès de la Coalition des associations pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE), se sont joints aux syndiqués en lock-out. Leur porte-parole, Gabriel Nadeau-Dubois, établit un lien entre la lutte des étudiants contre la hausse des droits de scolarité et celle des travailleurs.

« Non seulement il faut permettre à la population d’aller à l’université, mais une fois sortis des universités, il faut s’assurer que ces gens-là aient des emplois de qualité et c’est exactement la lutte que les gens mènent à Alma. »

Les travailleurs en lock-out ont décidé de manifester, malgré la reprise des négociations, mardi. Le président du syndicat affirme que la pression sera maintenue sur Rio Tinto Alcan tant qu’il n’y aura pas d’offre sur la table.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 10 avril 2012 par dans Actualités des luttes, anticapitalisme, international, syndicats.
%d blogueurs aiment cette page :