NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Un été meurtrier pour l’emploi…

(d’après « la Dépèche »)
Sanofi: 640 postes menacés
Chaque jeudi de l’été, les salariés de Sanofi manifestent et parodient le Haka pour effrayer la direction.
Au cœur de l’été, de nombreuses entreprises de l’agglomération toulousaine annoncent des plans sociaux. Une vague qui devrait coûter des centaines d’ emplois directs. Les syndicats locaux exhortent le gouvernement à stopper l’hémorragie causée par les divers plans sociaux annoncés sur la ville rose dans les derniers mois. «A plus forte raison quand l’entreprise bénéficie d’aides de l’Etat comme Sanofi.»
Le 5 juillet , malgré les 9 milliards d’euros de profits réalisés par le groupe pharmaceutique, la direction de Sanofi annonçait son possible «désengagement» du site de recherche de Toulouse. Autrement dit sa fermeture.
A Toulouse, le site emploie plus de 600 personnes, essentiellement dans la recherche. Le verdict est attendu fin septembre. Dans l’attente, entre 150 et 300 salariés, selon les congés d’été, manifestent chaque jeudi.Freescale: 400 licenciements
Le 10 août, 400 salariés de l’unité de production doivent recevoir leur lettre de licenciement. Suivront dans les prochains mois, la centaine de personnes maintenue en poste pour démonter l’usine (!) et les représentants syndicaux.

Fram: 46 emplois en danger
Le 13 juillet, la direction des Voyages Fram a annoncé la mise en place d’un plan social visant à supprimer 46 emplois sur 279 CDI. Elle a déjà fait partir une cinquantaine de salariés en CDI en l’espace de 3 ans

Air France: au moins 100 personnes
Selon la CGT, 459 personnes travaillent actuellement sur le centre toulousain, spécialisé dans la maintenance des A320. La direction a décidé de délocaliser une partie de son activité à Casablanca au Maroc.
Et devrait dégraisser 22% de ses effectifs toulousains.

La Pyrénéenne: 87 ouvriers sans emploi
Suite à un conflit financier avec Réseau ferré de France, l’entreprise de BTP basée à Villeneuve-les-Bouloc a été liquidée à la mi-juillet. Plus de 80 ouvriers se retrouvent sur le carreau.
On les chiffre à 200 en comptant les sous-traitants.

Thalès: peur chez 130 salariés
La direction a pour projet de vendre une partie des activités de services informatiques de la division «Business Solutions» (130 salariés sur le site de Toulouse) à l’entreprise sous traitante GFI. Les salariés craignent d’être vendus à une société qui se chargera ensuite de les licencier à moindre coût.

NeoSécurity: 131 gardiens retiennent leur souffle
La société de gardiennage Neo Security devrait être reprise par Fiducial, groupe d’expertise-comptable et de services aux entreprises, seul candidat encore en lice, que le Tribunal de Commerce de Paris pourrait autoriser aujourd’hui.
A Toulouse, 131 gardiens travaillent pour cette entreprise.

Imérys: pour les syndicats, juste un sursi
La direction du groupe Imérys TC a décidé de stopper la procédure de fermeture de la tuilerie. Pour les syndicats, elle revoit sa stratégie concernant le site de Blajan qui emploie une quarantaine de personnes.

Que dire?
Le gouvernement accompagne le système libéral, ne propose aucune solution concrète pour les salariés et oublie de demander le remboursement des aides publiques aux entreprises concernées…
Face à cette immobilité, le NPA appelle tous les salariés concernés (et ceux qui sont solidaires) à unir leurs forces dans des collectifs.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s