NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Edito 4

Le ministre de l’Education Nationale, Vincent Peillon, était jeudi à Orléans dans le cadre de la « Refondation de l’Ecole ». Le thème local était la « prévention du décrochage scolaire ». 120.000 jeunes sortent chaque année du système éducatif sans diplôme ni qualification, c’est le cas de 4% des jeunes en Région Centre. Le ministre a souhaité diminuer de moitié le nombre des décrocheurs en mettant l’accent sur l’école primaire et l’insertion professionnelle des élèves. Il a dénoncé « une orientation subie et non choisie », source de la majorité des décrochages et « l’importance déterminante de l’insertion professionnelle ». C’est beau !

 

Il faut savoir que la droite avait institué le «socle commun», base minimale de savoir pour les élèves, qui ensuite étaient dirigés selon leurs « profils » soit vers les structures professionnelles, soit vers des études longues. Pour l’instant nous n’avons pas entendu parler de l’abandon de cette politique du « socle commun », moyen de sélection permettant d’éjecter des milliers d’enfants du système scolaire vers les stages bidons et les pôles emplois…. qui viennent de voir s’accroître les demandes de plus de 11% alors que les offres d’emplois diminuent !

 

Les médias n’ont retenu de son passage à Orléans que la seule tirade sur « l’inadmissible violence faite aux enseignants ». Violence condamnable mais contre laquelle le député UMP du Loiret C. de Ganay propose comme unique solution de sanctionner les parents et leurs enfants en leurs supprimant les allocations! Ce monsieur n’a sûrement pas besoin des allocs pour vivre!

 

Pour la « refondation de l’Ecole », il va rester beaucoup à faire et on peut craindre le pire…

 Il faut insister encore et encore sur les effectifs, sur la diminution du nombre d’enfants par classe, surtout en primaire et maternelle. Il manque toujours les 60.000 postes détruits par Sarko, il manque aussi la réouverture des IUFM, le recrutement d’enseignants en RASED, la fin des collèges CLAIR (instaurés par Sarko en 2010 à l’issu des Etats Généraux de la Sécurité à l’Ecole et qui donne aux Principaux toute latitude pour choisir leurs enseignants en leur imposant leurs missions….), la pérennisation de tous les emplois précaires dans l’Education Nationale, etc, etc … La liste est longue !

 

 Alors pour que le changement ne soit pas pour demain, il faut se battre pour l’imposer maintenant !   

 

A. Rodriguez  Orléans le 14 Septembre 2012

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 15 septembre 2012 par dans édito.