NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Pas de Noël pour les jeunes exclus de l’Aide Sociale à l’Enfance

Appel à manifester

Samedi 20 Décembre 2014, départ à 15 h, place de Loire à Orléans

jeunes majeurs

Saviez-vous que le Conseil Général du Loiret verse une allocation de Noël à tous les enfants qui sont sous sa protection?

Tous, SAUF les mineurs isolés étrangers.

Si la discrimination dont ils font l’objet s’arrêtait ici cela paraîtrait bien dérisoire, mais c’est l’ensemble des droits définis par la Convention Internationale des Droits de l’Enfant qui leur sont déniés.

Devenus majeurs, leur situation empire puisque c’est aussi le droit au séjour qui leur est refusé.

Les jeunes français-es sous protection de l’enfance les ont rejoints dans leur misère depuis la suppression des Accueils Provisoires Jeunes Majeurs le 30 juin dernier.

Qui seront les prochaines victimes de cette politique qui abandonne les plus vulnérables?

A l’occasion de la journée internationale des migrants manifestons pour la défense des droits des jeunes mineurs et majeurs étrangers isolés nous lançons un appel à manifester:

 Samedi 20 Décembre 2014,

départ à 15 h,

place de Loire à Orléans

 

Les mineurs isolés étrangers viennent d’Afrique, d’Europe de l’Est, du Moyen-Orient, etc… Ils arrivent dans un pays qui leur est inconnu, sans un adulte référent pour assurer leur protection.

Ils sont en situation de grande vulnérabilité et pourtant leurs droits au logement, à la santé ou encore à l’éducation garantis par la Convention Internationale des Droits de l’Enfant sont bafoués par ceux qui doivent en assurer la protection, comme l’État et le Conseil Général du Loiret.

À leur majorité, leur situation empire car la préfecture leur refuse souvent le droit au séjour ou ne leur délivre que des titres précaires « au rabais ».

Pour tous, mineurs ou majeurs, c’est :

– La rue ou une prise en charge à minima avec une chambre d’hôtel et un repas par jour.

– L’absence d’information sur leurs droits, les empêchant d’accéder à un avocat, d’exercer les voies de recours et surtout de solliciter eux-mêmes une mesure de protection en saisissant directement un juge.

– Une mise en doute permanente de leur âge et leur identité, par les juges, la police et la préfecture, allant jusqu’à des poursuites au tribunal.

– Une discrimination en termes d’accès à l’éducation.

Les décisions politiques qui touchent ces jeunes étrangers représentent l’avant-garde de ce qui se profile pour les plus fragiles de la population française

Ainsi dans le Loiret, des dizaines de jeunes Français-es ont rejoint dans leur misère les jeunes isolés étrangers quand le Conseil Général a décidé de supprimer en juin 2014 les Accueils Provisoires Jeunes Majeurs. Ce dispositif du Code d’Action Sociale et des Familles, permettait aux jeunes de 18 à 21 ans d’être pris en charge et accompagnés jusqu’à leur insertion professionnelle.

Défendre les droits des étrangers, c’est aussi défendre les nôtres, ceux des jeunes et ceux des plus vulnérables.

Exigeons pour tous les droits à la protection, à l’hébergement, à l’éducation, à la justice et au séjour.

Le Comité de Défense des APJM du Loiret  et le Collectif MIE

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 16 décembre 2014 par dans Actualités des luttes, anticapitalisme, expulsions, idées, local, logement, services publics.