NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Émeutes à Mayotte, la France aveugle

Capture d’écran 2015-11-14 à 15.07.43
5ème jour de gréve générale

Des violences ont éclaté le 12 novembre en marge d’une grève générale à Mayotte où les tensions dues à un chômage galopant, un système de santé plombé et une faible protection sociale s’intensifient.

La visite de Mme Pau-Angevin, ministre de l’outre mer a profondément déçu l’inter syndicale et mis le feu aux poudres. Fin octobre, les médecins du Centre Hospitalier de Mamoudzou,et tous les syndicats du personnel hospitalier ont entamé une grève des soins (avec réquisition de tout le monde bien sûr) pour dénoncer le manque cruel d’effectifs qui empêche totalement d’assurer la continuité des soins.

« Avalanche d’urgences »

Par exemple, seules les urgences vitales sont opérées et la chirurgie programmée supprimée. Les cas les plus graves (cancers) sont évacués à La Réunion, les autres sont en stand by. Il n’y a que 5 salles d’opération alors qu’il en faudrait 10 et surtout le manque d’équipes infirmières obligent à stopper l’activité à 15 heures, alors qu’elles pourraient tourner jusqu’à 18h, et le reste se fait sur «la garde» avec une seule équipe. Lorsqu’on connait l’avalanche d’urgences «historiques» que le flot continu de clandestins fait pleuvoir sur le CHM, on voit bien le problème. La «crise» ralentit le réajustement financier, mais l’état dépense à Mayotte le quart du budget santé par habitant de ce qui est dépensé en Métropole ou dans les autres DOM.

La préfecture annonce 20.000 reconduites à la frontière par an et pourtant la population augmente de 20% par an. Il y a actuellement à Mayotte 212.000 citoyens et une estimation de plus de 150.000 clandestins. Ces gens viennent en pirogue à moteur ou en zodiac (les Kwassa-kwassas) surtout d’Anjouan, poussés par la misère et l’absence de soins médicaux. On estime que 20.000 personnes en 10 ans se sont noyées dans le Canal du Mozambique.

La tension est de plus en plus vive entre les deux communautés et de violents affrontements ont lieu depuis hier dans le Nord entre citoyens français (mahorais) et sans papiers comoriens. Pourquoi dans le Nord? parce que c’est là (surtout à M’tsamboro) qu’arrivent les pirogues.

Mayotte, hors des écrans radar

Depuis le 12 se multiplient les barrages routiers, les opérations escargot, les caillassages de voitures et de policiers. L’activité économique est arrêtée, les administrations fermées, la distribution alimentaire perturbée. La principale entreprise de pêche, Captain Alandor, annonce qu’elle va devoir jeter une tonne ou deux de poissons qui seront impropres à la consommation, s’ils ne peuvent être distribués.

Une bombe artisanale a explosé le matin du 12 tôt dans un collège, et la préfecture a ordonné le maintien à domicile de tous les écoliers. Il a fallu 4 heures de combat pour que les forces de police dégagent le rond point du Baobab, qui commande l’entrée sud de la ville de Mamoudzou. Pour l’instant c’est pavés contre grenades lacrymogènes, mais la crainte de voir sortir les machettes et les armes à feu grandit d’heure en heure.

Ces infos,totalement ignorées par la presse métropolitaine, sont disponibles sur les sites internet du quotidien Journal de Mayotte, de Mayotte Hebdo presse écrite et de Télé Kwézi. Laisser pourrir cette situation va mener tout droit et très vite à une guerre civile redoutable.

Migrants Comoriens

Ne pas oublier que le point de départ de cette immigration clandestine catastrophique est l’instauration du Visa Balladur (2ème cohabitation) qui a coupé la circulation naturelle entre Mayotte et l’archipel des Comores. Auparavant les Comoriens pouvaient venir se faire soigner, repartir, revenir librement, etc. Maintenant ils doivent risquer leur vie et payer les passeurs, ils restent donc et se cachent. Sans droit au travail, il leur reste la délinquance pour trouver de quoi manger, et les plus paumés sont les « mineurs isolés » plusieurs milliers d’enfants que leurs parents expulsés n’ont pas déclarés à la police et abandonnés derrière eux. Qui aura le courage d’abroger ce visa criminel qui a déjà noyé 20.000 êtres humains?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s