NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Crise agricole : distribution et industrie dédouanées

L’Observatoire des prix et des marges souligne l’absence de lien entre prix agricoles et prix aux consommateurs.

Après trois ans de guerre des prix entre les enseignes de la grande distribution et alors que l’agriculture française est à bout de souffle, tous les acteurs se renvoient la responsabilité de la crise actuelle. La fin des négociations annuelles entre les distributeurs et leurs fournisseurs n’a fait qu’aviver les tensions. Les travaux de l’Observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires – qui a remis ce lundi son 5e rapport annuel – confirment que la situation est complexe. «C’est trop facile de toujours accuser la grande distribution ou les industriels. Arrêtons!», lance Philippe Chalmin, président de l’Observatoire.

Premier constat: «Il y a une décorrélation entre les prix agricoles et les prix alimentaires», constate Philippe Chalmin, qui passe au crible les filières les plus sensibles comme celles de la viande, des produits laitiers ou du blé. Après une période de fortes tensions sur les cours, l’année 2015 a, en effet, été marquée par la baisse des prix des matières premières agricoles qui ont reculé de 2,4%.

La filière laitière affectée

Si cette baisse est moins marquée qu’en 2014 (-5,3%), elle n’épargne que quelques produits (fruits et légumes, œufs) et affecte tout particulièrement la filière laitière (- 15%). «C’est la première année où nous avons une pareille convergence sur les grandes productions, végétales ou animales», détaille Philippe Chalmin.

Ce spécialiste des matières premières l’explique par l’instabilité liée à la fin de la politique agricole commune, une «révolution culturelle pour le monde agricole», et à la surproduction de vaches laitières. À cela s’ajoutent pour la filière carnée les conséquences de l’embargo russe et la baisse de la demande intérieure. Il n’empêche, cette grande instabilité en amont de la filière contraste avec la stabilité de l’aval. Pour les produits alimentaires de base, les prix payés par les consommateurs sont, en effet, restés quasiment stables (- 0,5 %) l’an passé et n’ont que légèrement progressé sur trois ans.

«Le gagnant, c’est le consommateur»

Deuxième constat: les marges de la grande distribution se sont limitées à 1,2% en 2014. Certains rayons sont même chroniquement déficitaires: la poissonnerie (- 8,3% de marge nette), la boucherie (- 2,1%) et la boulangerie-pâtisserie (- 1,1%). Des rayons «vitrines» pour lesquels les distributeurs font le choix de la modération des prix et du sacrifice des marges afin d’attirer le chaland. Troisième constat: le client final n’a pas conscience de la stabilité des prix. «Sur la longue période, le gagnant, c’est le consommateur, estime Philippe Chalmin. Le paradoxe, c’est qu’il ne s’en rend pas compte». Et pour cause, les Français ont eu tendance à faire monter en gamme leurs achats, n’hésitant pas à acheter «moins, mais mieux».

Si Philippe Chalmin se félicite que l’Observatoire soit «l’un des rares espaces de dialogue» entre les différents acteurs, il n’a pas vocation, selon lui, à «réguler» les relations industrie-commerce…Tout reste à faire et la crise de surproduction des viandes de porc, de boeuf et de volailles va continuer à en trainer des faillites de petits paysans et des révoltes sporadiques du milieu agricole que les gouvernements calment par l’injection de liquidités ou des remises d’impôts ! C’est une impasse pour la petite paysannerie ! Les grands éleveurs quant à eux peuvent patienter une « reprise » du marché extérieur en savourant les faillites qui vont leur permettre d s’agrandir

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 13 avril 2016 par dans anticapitalisme.