NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Des salariés de Sanofi pistés par des puces électroniques

On n’arrête pas le progrès. Surtout s’il peut servir à mieux contrôler les salarié-es pour tenter les rendre plus dociles et encore plus rentables.
Des puces électroniques ont été distribuées la semaine dernière aux 3000 salariés de Sanofi travaillant sur le site de Gentilly (Val-de-Marne). Fixées sur les porte-badges, elles permettent de suivre à la trace celles et ceux qui en sont équipés.

Il faut dire que le cadre de Gentilly, déjà particulièrement inhumain, se prête bien à ce genre d’expérimentation. Imaginez un immense campus, inauguré en juin dernier : personne n’y a de bureau attitré. On y trouve des « clusters », des « bulles », des salles de réunion ou autres lieux pour travailler. Fini, le bureau personnel avec la photo de famille, la tasse à café, l’agenda et le bloc-notes personnel. Raison officielle: faciliter la collaboration et les échanges entre les salariés… Si, si…

Et, donc, cet immense lieu anonyme, il faut bien vérifier qu’il est correctement occupé, de manière rentable. D’où cette invasion de puces. Et puis, ça peut toujours servir à fliquer, surtout qu’on a aussi des caméras de surveillance.
Élémentaire, mon cher PDG.

Tant de froideur, de cynisme dans l’exploitation du travail humain,
voila qui donne envie de rester Debout la Nuit,
à faire la fête en discutant d’un autre monde possible…
…et des moyens d’y parvenir !

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 18 avril 2016 par dans anticapitalisme.