NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

UNE ATTAQUE PATRONALE CONTRE NOTRE SANTÉ !

L’Assurance maladie veut favoriser la « pertinence » d’arrêts de travail dans les critères de la prime donnée aux médecins pour « améliorer leurs pratiques ».

La proposition, présentée le 28 avril lors de la séance des négociations sur la convention médicale entre les praticiens libéraux et la Sécurité sociale, prévoit notamment la création d’un « malus » pour les médecins qui ne respecteraient pas les objectifs.

Les médecins sont par exemple invités à prescrire maximum 5 jours d’arrêt de travail pour une grippe saisonnière, 3 pour une angine ou 21 jours pour une entorse grave et seulement si le patient effectue « un travail physique lourd » !

La mesure s’inscrit dans un plan plus global d’action de la Caisse nationale d’assurance maladie (CNAM) pour « stopper la hausse des dépenses liées aux arrêts maladie » : renforcement de l’accompagnement des médecins prescrivant trop d’arrêts, meilleur ciblage des contrôles, contrôles renforcés etc. En 2015, près de 90 000 médecins ont perçu 4 500 euros en moyenne de primes pour avoir respecté les critères de prescription existants. En clair, on gratifie les médecins qui ne prescrivent pas, ou seulement dans certaines limites, les arrêts de travail ! Pendant qu’on prétend que les caisses sont vides.

De l’autre côté, quelques jours plus tôt, en pleine affaire Panama Papers, la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) a déjà annoncé le contrôle renforcé des comptes bancaires… des bénéficiaires de couverture maladie universelle (CMU).

Tout en stigmatisant les plus précaires parmi nous, contrôlant celles et ceux qui souffrent ou tombent malades, en les faisant travailler même souffrant-es, en nous poussant au bout, le patronat et l’État à son service veulent réaliser des économies et des bénéfices sur notre dos, au détriment de notre santé.

 

Aux médecins qui ont toujours  eu « la peur du rouge » à la moindre poussée à gauche et qui craignent que « la dictature bolchevique » réglemente leur profession; les diverses obligations imposées par le système capitaliste et l’état PS-MEDEF, en particulier autour du contrôle des malades sont une mise au pas sévère et sans concession qui déplace la mèdecine de soins vers une mèdecine de rafistolage ….le tout avec l’aval de l’Ordre carcan on ne peut plus catégoriel et rétrograde ! Il est temps que nous prescrivions un arrêt définitif à la dictature patronale et que l’on reprenne notre vie et notre santé entre nos mains !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 7 mai 2016 par dans anticapitalisme.