NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

En Grèce, «encore un effort» pour satisfaire les créanciers !

 

Alors que se tenait ce lundi un Eurogroupe consacré à la Grèce, le Premier ministre Aléxis Tsípras a fait voter la veille plusieurs réformes pour satisfaire les créanciers. Non sans provoquer le mécontentement populaire exacerbé par six ans d’austérité stérile.

Regarder la télévision grecque ces derniers jours ressemble assez à l’expérience hypnotisante qu’on ressent parfois devant une machine à sous : les chiffres défilent en cascade, et il faut être très rapide pour les retenir avant d’évaluer à l’aide d’une calculette les pertes (les gains sont illusoires) à venir suite aux nouvelles réformes votées au forceps par le gouvernement grec d’Aléxis Tsípras à la Vouli (le Parlement grec) dans la nuit de dimanche.

Au final, il en ressort qu’un futur retraité grec quel que soit sa volonté de «gagner plus» pendant sa vie professionnelle ne pourra pas espérer, pour ses vieux jours, plus de 2372 euros mensuels, le plafond maximum fixé par les nouvelles réformes adoptées. Un couple avec deux enfants qui se serraient déjà la ceinture avec seulement 950 euros cumulés par mois, ne sera plus exempté d’impôts (seuls les couples avec trois enfants sont désormais exemptés s’ils gagnent moins de 9545 euros par an), la nouvelle limite de l’exemption étant abaissée à 8636 euros par an, soit…719 euros mensuels. Et tout ça, sans compter la hausse des cotisations de 0,5% pour les employeurs mais aussi les employés, ou encore l’augmentation du taux d’imposition sur les bénéfices des petites entreprises (majoritaires en Grèce) qui passe de 26 à 29%.

Et ensuite ? «C’est loin d’être fini, il y aura d’autres mesures», prévenait en substance ce lundi matin le quotidien grec Ta Nea, en affichant à sa une, les mines dépitées et vaguement inquiètes d’une brochette de Grecs aux tempes grisonnantes sous un titre implacable : «Otages de l’austérité de Syriza».

Banque centrale greque.jpg

Le feu à la Banque Centrale Grecque aprés la greve générale de la semaine dernière 

Gages

Syriza, c’est bien sûr le parti de Tsípras élu en janvier 2015 sur la promesse d’une rupture totale avec l’austérité qui n’a fait qu’appauvrir la Grèce depuis six ans. On connaît la suite : après un bras de fer qui a tenu l’Europe en haleine pendant six mois, Tsípras a dû capituler face aux créanciers qui lui ont imposé un nouveau programme d’austérité assorti d’une mesure encore plus contraignante, interdisant au gouvernement grec de faire voter des lois sur tous les domaines concernés par la crise (donc tout ce qui compte) sans leur accord préalable. Bref les décisions sur l’avenir de la Grèce ne se prennent plus à Athènes mais à Bruxelles. C’est d’ailleurs un peu le sens de l’Eurogroupe qui s’est tenu lundi : décider si la Grèce peut enfin obtenir un peu d’aide ou «doit encore donner des gages», c’est à dire adopter des réformes, imposées par d’autres. Et c’est pour arriver à ce sommet en meilleure position pour négocier l’avenir de son pays que Tsípras a fait adopter en urgence les réformes sur les retraites et les hausses d’impôts.

Certes il a réussi à imposer une unification certainement nécessaire des caisses de retraites et surtout à limiter les hausses d’impôts aux revenus supérieures et moyens. Le problème, c’est qu’on sait de moins en moins à quoi servent tous ces plans de sauvetage qui se sont succédé depuis 2010. La semaine dernière, c’est un journal allemand Handelsblatt qui se faisait l’écho d’une étude menée par l’European School of Management and Technology (ESMT). Précisément sur l’aide apportée à la Grèce. Il en ressortait que 95% des 220 milliards d’euros accordés au nom des fameux plans de sauvetage avaient.. échappé à l’Etat grec. Ils ont servi en réalité à rembourser des dettes, payer les intérêts de la dette souveraine et recapitaliser les banques grecques à hauteur de 37,3 milliards d’euros. «Les packages d’aide ont été utilisés en priorité pour sauver les banques européennes», explique ainsi Jörg Rocholl, le président de l’ESMT qui ajoute : «Les contribuables européens ont renfloué les investisseurs privés.»

Donc l’aide à la Grèce ne profite pas au pays qui doit pourtant payer les intérêts des nouvelles dettes ainsi contractées et même faire de nouveaux efforts. Les contribuables grecs ont effectivement de quoi s’inquiéter. Pourtant, Tsípras avait réussi il y a quelques jours à décrocher une médaille : on apprenait en effet que la Grèce avait malgré tout réussi à dégager un excédent budgétaire primaire de 0,7% en 2015. Supérieur donc à l’objectif de 0,2% que ces créanciers lui avaient assigné. Les mesures adoptées dimanche soir à Athènes permettront en outre d’engranger 3,6 milliards d’euros d’économies jusqu’en 2018. Mais les créanciers réclament encore des mesures supplémentaires, et même «préventives» pour s’assurer que la Grèce atteindra bien les 3,5% d’excédent budgétaire primaire qu’elle s’est engagé à atteindre en 2018. «Le médicament est tellement efficace que le malade est mort guéri» est devenu la boutade favorite des Grecs en ces années d’austérité sans fin.

«Contre-productif»

Vendredi, pourtant, même la patronne du FMI a jugé l’objectif de 3,5% «contre-productif» dans une lettre adressée aux 19 ministres des Finances de l’Eurogroupe réuni ce lundi. Et elle plaidait également en faveur de l’ouverture de négociations sur le rééchelonnement de la dette, question cruciale pour Tsípras mais qui divise les Européens. Avec en tête de file des «contre», le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble.

Le temps est en tout cas compté : pendant que les négociations continuent en faveur d’un nouveau plan «d’aide», les finances grecques s’assèchent. Le 20 juillet, il faudra pourtant bien trouver le moyen de rembourser 2,3 milliards d’euros à la banque centrale européenne (BCE) et 400 millions au FMI. A Bruxelles, Jean-Claude Juncker et Pierre Moscovici multipliaient dimanche les déclarations rassurantes. En Grèce, à l’issue d’une week-end de grève qui a paralysé le pays, une permanence de Syriza était en feu à Thessalonique, la grande ville du nord.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 10 mai 2016 par dans anticapitalisme.