NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Barcelone : deux nuits de violences « jamais vues » dans le quartier de Gracia

Du jamais vu pour les Mossos d’Esquadra, pourtant rompus aux interventions musclées. Pour la deuxième nuit consécutive à Barcelone, de violents affrontements ont transformé le quartier de Gracia en véritable champ de bataille mettant les policiers anti-émeute aux prises avec quelque 500 manifestants. Certains allant, selon la presse catalane, jusqu’à arroser un camion de la brigade mobile catalane de liquide solvant avant de le viser avec des projectiles pyrotechniques

A l’origine de la grogne, l’évacuation ce lundi de la Banc Expropriat, une ancienne succursale de la CatalunyaCaixa, muée en squat depuis 2011. A l’issue d’une longue procédure entamée par la mairie, les forces de l’ordre ont procédé à l’évacuation des occupants des lieux ce lundi. Une opération qui a duré de longues heures car certains s’étaient réfugiés dans l’ancien coffre-fort de la banque.

Mais alors qu’ils pensaient en avoir fini, les Mossos ont dû faire face dans la soirée à la colère de centaines de personnes venues protester contre cette utilisation de la force pour déloger les occupants d’un local inexploité. Munis de casseroles, les manifestants ont défilé dans les rues dans un désordre relativement classique.

Mais tout a dégénéré un peu plus tard dans la soirée, alors que seuls restaient environ 200 personnes.

Les ruelles du quartier ont été barricadées au moyen de conteneurs poubelles. Cachés derrière des lunettes noires ou des casques de moto, et armés notamment de marteaux et de pavés, les casseurs s’en sont violemment pris aux vitrines et aux balcons, surlesquels, selon le récit de lavanguardia.com,  ils lançaient des projectiles incendiaires (des allume-barbecue notamment) en se protégeant avec des gants. Ce qui fait dire aux policiers qui ont qui ont assisté à ces faits que les émeutiers étaient organisés « comme de vrais professionnels ». « Nous n’avons jamais été attaqués comme ça« , confie même aux journalistes un agent des Mossos.

Les événements se sont soldés par une trentaine de blessés (quinze de part et d’autre) et une arrestation. Mardi matin, à l’issue de la première soirée sous haute tension, la maire de Barcelone Ada Colau avait vivement condamné ces émeutes, en prônant la voie du dialogue. A en juger par la suite donnée la nuit dernière, l’élue n’a pas encore été entendue…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 30 mai 2016 par dans anticapitalisme.