NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits!

La colère en couleurs

SKOPJE – Cela fait presque deux mois que les manifestations contre « le pouvoir non-démocratique » se succèdent en Macédoine. Au début, elles se résumaient à des marches dans le centre-ville de Skopje, accompagnées de beaucoup de sifflets et de slogans anti-gouvernementaux. Puis les manifestants ont commencé à lancer sur les bâtiments des institutions des œufs et des ballons remplis de peinture, et le mouvement est devenu une « révolution de couleur ».

Anti-riot police officers stand guard in front of the Ministry of Culture in Skopje on April 15, 2016, during a protest against the president's shock decision to halt probes into more than fifty public figures embroiled in a wire-tapping scandal.Manifestation devant le ministère de la Culture à Skopje, le 15 avril (AFP / Robert Atanasovski)

Au tout début du phénomène, les manifestants manquaient de précision et de la peinture atterrissait régulièrement sur mes habits et sur mes appareils photo. Je les ai nettoyés à une vingtaine de reprises, avant de renoncer. Quand on veut une bonne photo, on doit être prêt à tout. Quand je pars couvrir une manif, je me fais une raison et je me dis qu’il y a de fortes chances pour que de la peinture éclabousse mes vêtements ou mes équipements. Beaucoup des miens sont désormais multicolores.

A protester wearing a Guy Fawkes mask, sprays paint with toy water gun on the facade of the Macedonia's Public Revenue Office headquarters on May 10, 2016 in SkopjeSiège du Fisc macédonien, 10 mai 2016 (AFP / Robert Atanasovski)

Chaque jour, les manifestants maculent les bâtiments officiels à l’aide de pistolets à peinture et, depuis peu, de catapultes à l’aide desquelles ils propulsent des ballons remplis de couleurs. Leurs cibles préférées sont les monuments érigés à grands frais sous l’impulsion de l’homme fort de la Macédoine, le chef du parti au pouvoir Nikola Gruevski, qui règne sans partage sur le pays depuis près de dix ans et dont l’esthétique néoclassique divise la population. L’arc de triomphe, ou encore la monumentale statue équestre d’Alexandre-le-Grand, sont particulièrement visés.

Protestors wearing masks use water guns to spray coloured paint on The Alexander the Great Fountain during an anti-government protest in Skopje on June 3, 2016, in a series of protests dubbed Colourful RevolutionMonument à Alexandre-le-Grand, 3 juin (AFP / Robert Atanasovski)

« La peinture ça s’enlève, la honte non », argumentent les manifestants qui assurent que les politiciens devraient « avoir honte de leur comportement ». Après avoir obtenu le report des élections législatives anticipées, ils exigent la démission du président de la République Gjorge Ivanov et le retrait d’une amnistie de responsables impliqués dans un gigantesque scandale de malversations et d’écoutes illégales de journalistes, politiciens et responsables religieux.

A hooded protestor uses an improvised slingshot to throw a balloon with colored paint on the Parliament building while others hold colored smoke cartridges, during an anti-government protest in Skopje on May 27, 2016Devant le Parlement, le 27 mai (AFP / Robert Atanasovski)

Jusqu’à présent, en dehors de leur amour pour la peinture, les manifestants sont plutôt paisibles. Ils se retrouvent dans l’après-midi et font preuve de beaucoup d’imagination. Les slogans et les mots d’ordre du jour sont diffusés sur Facebook. Une fois la protestation achevée, ils rentrent chez-eux jusqu’au lendemain. Tout se déroule dans une atmosphère bon enfant.

A protestor use an improvised slingshot to throw color paint filled balloons towards the Parliament building, during an anti-government protest in Skopje on May 18, 2016Devant le Parlement, le 18 mai (AFP / Robert Atanasovski)

Ils sont devenus très habiles avec le temps et les tireurs font désormais preuve d’une précision exceptionnelle. Chaque ballon de peinture qui touche sa cible provoque des applaudissements frénétiques. C’est devenu un rituel, dont le déroulement et l’atmosphère rappellent fortement le jeu « Angry Birds ».

Protestors use an improvised slingshot to throw balloons filled with colored paint toward the Parliament building, during an anti-government protest in Skopje on May 16, 2016Devant le Parlement, le 16 mai (AFP / Robert Atanasovski)

En plus des inconditionnels de la catapulte, un groupe qui s’est baptisé « les commandos » s’est spécialisé dans l’attaque au pistolet à eau rempli de peinture et fait des ravages sur les murs de la capitale. Et depuis peu, une nouvelle forme de protestation s’est mise en place : à la mi-journée, des groupes de manifestants bloquent pendant une demi-heure les principales artères de Skopje et provoquent des embouteillages monstres. Mais le weekend, tout le monde se repose.

A protester wearing a Guy Fawkes mask, sprays paint with toy water gun on the facade of the Macedonia's Public Revenue Office headquarters on May 10, 2016 in SkopjeDevant le siège du fisc macédonien, le 10 mai (AFP / Robert Atanasovski)

Malgré les efforts colorés des manifestants, le parti de Nikola Gruevski (le VMOR-DPMNE, droite conservatrice) jouit toujours d’un grand soutien populaire : environ 30 pourcent selon les derniers sondages, contre 11 pourcent seulement au principal parti de l’opposition de gauche, le SDSM. Et une grande partie de ceux qui soutiennent les protestataires, surtout les citoyens les plus âgés, n’approuvent pas pour autant la manière dont ils vandalisent la capitale.

Protestors wearing masks use water guns to spray coloured paint on the public office of President Gjorge Ivanov during an anti-government protest in Skopje on May 31, 2016,Devant le bureau du président de la République Gjorge Ivanov, le 31 mai (AFP / Robert Atanasovski)

Près de deux mois après son début, le mouvement de protestation ne s’essouffle pas, mais il a l’air dans l’impasse. Il n’a jamais réussi à attirer plus de quelques milliers de personnes. Le début des vacances scolaires et universitaires, en juin, pourrait lui porter un coup fatal.

(Cet article a été écrit avec Jovan Matic à Belgrade).

Protesters raise their hands in front of the Parliament  in Skopje on April 18, 2016Devant le Parlement, le 18 avril (AFP / Robert Atanasovski)

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 9 juin 2016 par dans anticapitalisme.