NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Plus un hôpital est petit, plus le taux d’absentéisme serait important !

Interviewé par Le Figaro – Le courtier en assurance Sofaxis – qui se spécialise souvent dans les attaques contre la fonction publique et ses salariéEs –  publie une étude qui met en évidence une corrélation entre les absences des agents et la taille des structures et l’exploitation et la carrière des salarièEs. À l’inverse, dans les collectivités territoriales, ce sont les plus grandes d’entre elles qui connaissent l’absentéisme le plus important…..En parti lié à l’application de la RGPP ?

On « savait » (sic !) que l’absentéisme était en augmentation. La note de conjoncture du courtier en assurance Sofaxis, publiée mercredi, confirme cette tendance. Le document, chiffres à l’appui, va plus loin et met en lumière un nouvel élément: une corrélation entre la taille des établissements de la fonction publique et hospitalière et les absences des agents. L’influence du volume des effectifs n’est cependant pas la même partout. Pierre Souchon, directeur du département ingénierie service de Sofaxis, décrypte ce phénomène.

LE FIGARO. – Que révèle votre nouvelle étude sur les absences dans les collectivités et les hôpitaux?

 

Pierre SOUCHON. – Dans les hôpitaux, en 2015, le taux d’absentéisme est plus important dans les petits établissements. Il est de 14,8% dans les structures de moins de 50 agents contre 11,2% dans celles de 100 agents et plus. À l’inverse, dans les petites collectivités territoriales, il y a moins d’arrêts que dans les grandes. Le taux d’absentéisme est de 7,5% dans les collectivités de moins de 10 agents contre 10,4% dans celles de 350 agents et plus.

Globalement, les arrêts de travail concernent plus d’agents (+18%), sont plus nombreux, et leur durée est plus longue (+25%). Cette augmentation se confirme sur la période 2014-2015 mais traduit une tendance beaucoup plus ancienne, sensible depuis 2007. Entre 2012 et 2013, on a observé cependant une inflexion avec la mise en place du jour de carence. Surtout, on observe que plus la taille de la collectivité augmente, plus les agents sont nombreux à s’arrêter, plus ils s’arrêtent souvent, mais moins ils s’arrêtent longtemps. Dans une petite collectivité, l’agent type n’est jamais en arrêt, mais quand il s’arrête, c’est pour plus longtemps.

Comment expliquer que par exemple dans une grosse mairie le taux d’absentéisme soit élevé et qu’il soit bas au contraire dans un hôpital important?

Dans les grandes collectivités, il y a une distribution des métiers. Ce qui n’est pas le cas dans les petites collectivités, où les agents de voirie, d’espace vert ne s’arrêtent jamais, y compris lorsqu’ils auraient intérêt à s’arrêter pour se soigner. Car il n’y a parfois personne pour les remplacer. L’agent travaillera même s’il est malade. Dans le monde hospitalier, les petits établissements sont souvent des EHPAD (Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes, ndlr), des structures où on a peu de turn-over, une productivité forte, et c’est là qu’on trouve les plus hauts niveaux d’absentéisme. Dans les EHPAD, les personnes font souvent toute leur carrière au même endroit, sans possibilité d’évolution. C’est psychologiquement et physiquement difficile. Ce niveau d’absence s’estompe dans les hopitaux locaux parce qu’on peut avoir plus de polyvalence, d’évolution des métiers, ce qui n’est pas le cas dans les EHPAD.

La réforme territoriale, qui a fait fusionner certaines régions et élargir des métropoles, ne risque-t-elle pas d’amplifier un peu plus l’absentéisme?

L’histoire n’est pas écrite. Cela dépendra du sens que l’on va donner aux réformes, qui va être essentiel pour la qualité de travail des agents et pour neutraliser les arrêts. Les arrêts longs ou très longs pèsent sur les exécutifs. Les gros accidents du travail, les congés longue maladie, les congés longue durée ne concernent pas forcément un nombre important d’agents mais ce sont eux qui grossissent les chiffres. Les plus petits arrêts ont un impact sur l’organisation ou la désorganisation des services. La personne qui n’est pas là pour une journée implique parfois qu’il faille redistribuer les tâches, réorganiser les services. Le rétablissement du jour de carence peut corriger cela à la marge. Les petits jours d’absence sont extrêmement problématiques. Pour corriger le taux d’absentéisme, il faut réussir le défi du retour à l’emploi, du maintien dans l’emploi sachant que l’âge de départ à la retraite recule. L’accident de travail a beaucoup augmenté sous l’angle de la maladie professionnelle, qui tire vers le haut la gravité des absences. De plus en plus de maladies professionnelles sont reconnues alors qu’il n’y a pas plus d’accidents de travail aujourd’hui.

 

Pour consulter le document le lien ci-dessous :

 

 

https://www.sofaxis.com/sites/default/files/publications/pdfs/regard_sur_tend2015_hospitalier_r2555.pdf

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 23 juin 2016 par dans anticapitalisme.