NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits!

Assassinats ciblés: « vengeance » française contre les attentats ou aveu de faiblesse ?

Depuis janvier 2016, plusieurs opérations « Homo » – des assassinats ciblés ordonnés par les plus hautes autorités françaises envers des « ennemis d’Etat », viseraient en priorité les djihadistes impliqués dans les attentats commis sur le sol français. Parmi eux, plusieurs ressortissants français ralliés à l’organisation Etat islamique, en Syrie.

Les derniers assassinats ciblés ordonnés par les plus hautes autorités françaises envers ces « ennemis »  visent en priorité « les commanditaires et les planificateurs des attentats de Paris, qui se trouvent en Syrie », confie à la presse un expert en sécurité de premier plan. Dans le livre Un président ne devrait pas dire ça…(Stock), publié la semaine dernière, François Hollande reconnaît avoir décidé, avant octobre 2015, « quatre au moins » de ces opérations « Homo » (homicide).

drone-predator_and_hellfire

Ces exécutions sont menées par la Direction générale des opérations extérieures (DGSE) ou les services d’un pays allié, Etats-Unis en tête. Notre expert poursuit: « Depuis janvier 2016, l’élimination ciblée des djihadistes responsables des massacres du 13 novembre et des autres actions terroristes commises sur le sol national est devenue systématique. Il s’agit à la fois d’une vengeance assumée par la France et d’un signal envoyé à tous les individus impliqués.

« Parmi ces derniers, se trouvent plusieurs djihadistes français. Ainsi, le 7 octobre, Macreme Abrougui – qui aurait joué un rôle dans l’affaire de l’attentat manqué de Villejuif, en avril 2015 – a été tué par une frappe française sur Raqqa, bastion de l’Etat islamique en Syrie.

Au regard du droit international, ces « opérations » s’apparentent à des exécutions extrajudiciaires bref à des assassinats ! Elles n’ont aucune base légale, qu’elles visent les membres d’une organisation terroriste ou les soldats d’un état belligérant ! Même si la guerre est stupide elle doit tenir compte d’un certain nombre de règles internationales telles que le respect des soignants, des hôpitaux, ne pas employer d’armes mises au banc des nations telles l’emploi d’armes chimiques, de gaz, de lance flammes, etc ….

Tout d’abord, elle est une tautologie, l’assassinat étant par définition ciblé. Par ailleurs, elle porte une dimension péjorative. En effet, l’assassinat est illégal en droit international humanitaire. Dans ce cadre, il désigne le meurtre perfide, trompant la bonne foi de l’ennemi. Par exemple, l’article 23 (b) de la Convention (IV) concernant les lois et coutumes de la guerre sur terre de la Haye du 18 octobre 1907 interdit « de tuer ou de blesser par trahison des individus appartenant à la nation ou à l’armée ennemie ». L’utilisation massive de drones par l’armée française va intensifier ces méthodes qui vont rendre anodin les « bavures » ou « victimes colatérales » .

Il devient urgent que les restes de forces de l’ONU contraignent les présidents en exercice à stopper ces pratiques sous peines de poursuites à la Cour Pénale Internationale de La Haye !

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 22 octobre 2016 par dans anticapitalisme.