NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Les cars Macron ont des répercutions sur le trafic à la S NCF !

D’après l’Autorité de régulation du rail et de la route, les cars longue distance libéralisés l’an dernier représentent peu de doublons avec les services régionaux.

Les «autocars Macron», ces lignes d’autocar libéralisées depuis août 2015, n’ont pas fait d’ombre aux services TER effectués en car ou en train, estime l’Arafer, le régulateur des activités ferroviaires et routières. En revanche, ils sont en concurrence frontale avec les trains Intercités, selon le rapport annuel sur le marché du transport par autocar publié lundi par l’Arafer.

Seulement 41 liaisons sont effectuées à la fois par des «services régionaux conventionnés», c’est-à-dire bénéficiant de subventions des collectivités, et par des «services librement organisés», autrement dit les autocars Macron. Cela représente 3,7% de l’offre libéralisée et 0,2% de l’offre conventionnée, estime l’Arafer. Par ailleurs les distances parcourues en moyenne par ces services sont sensiblement différentes: 28 kilomètres pour les services conventionnés contre 238 kilomètres pour les «autocars Macron». Le régulateur a aussi comparé l’offre d’autocars libéralisée avec les services ferroviaires en TER. Sur 45.000 liaisons ferroviaires desservies par des trains régionaux, 160 sont également reliées par des cars Macron.

223 liaisons communes en car et en TGV

En revanche, la concurrence est plus vive entre les services d’autocars libéralisés et les lignes ferroviaires Intercités ou même TGV. Au total, 174 liaisons, dont la distance moyenne est de 220 kilomètres, sont exploitées à la fois en car et en train Corail, et 223 liaisons sont effectuées en autocar et en TGV avec une longueur moyenne de 340 kilomètres.

Globalement, l’Arafer note que l’offre des opérateurs d’autocars s’est rationnalisée un an après la libéralisation. La création de nouvelles lignes est limitée, les fréquences et les dessertes ont aussi été revues à la baisse. Cela a eu pour effet d’améliorer le taux de remplissage qui passe de 30 à 40% et d’augmenter les tarifs et donc les recettes commerciales: la recette moyenne au 100 kilomètres par passager passe de 3,4 à 3,7 euros hors taxe.

Bernard Roman, le nouveau président de l’Arafer, souligne que selon les chiffres de la Fédération nationale des transports de voyageurs (FNTV), plus de 5 millions de passagers ont été transportés en autocars depuis l’entrée en vigueur de la loi.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 8 novembre 2016 par dans anticapitalisme.