NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

L’hôpital d’Orléans, un « modèle »mais pas pour les personnels et les usagers !

L’hôpital d’Orléans a été inauguré ce lundi 2 janvier 2017, 14 mois après la fin de l’emménagement, par le Premier ministre Bernard Cazeneuve et la ministre de la Santé Marisol Touraine. Les deux ministres ont effectué une visite express à la rencontre des patients et des hospitaliers triéEs sur le volet, avant de dévoiler une plaque. Plusieurs officiels se sont succédé à la tribune avant le discours du chef du gouvernement.

 

L’hôpital d’Orléans,  un « modèle » 
Dans son discours, le Premier ministre a décrit l’hôpital d’Orléans comme un « modèle », une « remarquable réussite »………Aboutissement du projet de  3 “ex”, l’ancien maire d’Orléans, l’ancien directeur du CHR et l’ancien directeur de l’ARH. Et personne d’autre.

 

Parmi les louanges attribuées au CHRO, il a également salué « l’aboutissement d’un projet ambitieux », parlé d’un établissement avec « des équipements les plus modernes », dotés des « dernières technologies logistiques » et vanté la « préservation de l’environnement », allusion à sa certification « haute qualité environnementale ».

« Leur objectif n’était pas vraiment le bien être des hospitaliers (et des patients ?) mais la possibilités de faire des économies « d’échelle » par le regroupement d’HPM et de La Source. Pour eux la survie d’un hôpital public sur l’agglomération, face à la concurrence largement subventionnée des cliniques privées lucratives regroupées dans Oréliance avec la bénédiction des élus de tous bords politiques du Nord de la Loire, passait par ce projet.

Ni les ministres anciens et actuels, ni la direction actuelle n’ont vraiment approuvé cette reconstruction jugée pharaonique. Au contraire ce sont des tentatives de sabotage permanentes auxquelles nous avons assisté pour faire échouer cette réalisation. Ils auraient été partants pour les économies mais sans les dépenses… Alors aujourd’hui, question économies, ils mettent le turbo. Il faut compenser les dépenses. » A l’abri d’un mur de palissades et de policiers, gestionnaires et élus, toujours aussi hypocrites, vont se pavaner, se congratuler, se féliciter et se goinfrer. Comme d’habitude.

Ils vont fêter l’inauguration d’un établissement qu’ils ne voulaient pas ! Surréaliste !

 

Et aujourd’hui c’est encore plus choquant. Notre hôpital est en déficit de plus de 13 millions d’euros et ces messieurs dames font comme si de rien n’était.  Viva la fiesta ! C’est tellement bon de brûler des mensualités de remplacement pour se faire mousser dans les médias. Tout le monde sera là à se bousculer devant les caméras, les élections approchent. Il ne manquera personne à l’appel.

(extrait du discours de SUD)

 
Des revendications sans réponse 

 

Aux antipodes de ce discours, environ 100 manifestantEs se sont regroupés devant la grille de l’hôpital pour attendre l’arrivée des deux ministres en début d’après-midi.  Sous les drapeaux de Sud solidaires, de la CGT ou de FO, ils protestaient contre les conditions d’exercice de plus en plus tendues pour le personnel hospitalier du CHRO.

Une dizaine de représentants des manifestants ont été admis dans l’hôpital, où ils espéraient rencontrer au moins l’un des deux ministres. Ils ont dû se contenter d’un technicien du ministère de la Santé, et ne cachaient pas leur colère, au sortir de la réunion, d’avoir été négligés par les représentants du gouvernement.

« Car c’est bien l’emploi le problème majeur du NHO. Le projet de départ, bien loin maintenant, prévoyait 1000 créations de postes. La capacité augmentant de plus de 300 lits c’est le calcul fait par la direction de l’époque et pas des délires syndicaux !

Mais nous savions que ce serait mission quasi impossible d’arriver à un tel chiffre et que l’emploi serait le véritable enjeu de cet hôpital.

 

Nous y sommes et nous mesurons avec effroi les difficultés. Quasi aucune création d’emploi non médical pour ce beau NHO et maintenant on nous annonce qu’on va en supprimer. 100, 200, 300 ?

Pourtant les équipes sont au taquet. Nous travaillons en flux tendu et quelles tensions. Les collègues dans les soins, (services d’hospitalisation, blocs, Urgences…) mais aussi dans les services médico-techniques, les secrétariats, la logistique, la stérilisation, la cuisine, la blanchisserie sont en grande souffrance. Elles sont tiraillées entre leur charge de travail qui a fortement augmentée, afin d’assurer comme elles le peuvent la qualité et la sécurité des soins, et le sentiment de ne pas y arriver, et bien pire, d’être abandonnées.

 

Heures supplémentaires par centaines de milliers, congés bousculés, casse des collectifs de travail (ressenti d’être seul, isolé), suppression des pauses, absence de reconnaissance de notre travail, mépris de la direction face aux appels au secours, un cocktail explosif est en place :

Suicides, dépressions, absentéisme, accidents de travail, fuites vers d’autres cieux, c’est l’apparition des premiers symptômes. Avant que le navire coule pour de bon ? Serait-ce le but, les efforts de sabotage du projet ayant échoué ? » (extrait du discours SUD)

 

 

« Du travail à la chaîne »

 

Marie Capdeville (Déléguée sud solidaire)

À la fin du discours de Bernard Cazeneuve, Marie Capdeville, une infirmière et déléguée du personnel, du syndicat Sud solidaire, a également interpellé les ministres : « Ce n’est plus une politique de santé. On est dans une course à l’activité qui n’est pas en faveur de la qualité des soins. C’est du travail à la chaîne. On a un bel outil, il faut du personnel ! » Pour seule réponse, Marisol Touraine, ministre de la Santé, lui a affirmé qu’un « hôpital qui se transforme est soumis à des contraintes. La réponse ne réside pas toujours en la création de postes ou de moyens supplémentaires. »

Le bilan de François Hollande en matière de santé âprement  défendu par la ministre :
« Nous avons œuvré, depuis 2012, à la réduction du déficit du régime général de la Sécurité sociale qui avait atteint le record de 23 milliards d’euros en 2010 et était encore de plus de 17 milliards d’euros en 2011. Or, comme vous le savez, ce déficit sera ramené à 400 millions d’euros en 2017, soit tout près de l’équilibre pour la première fois depuis 2001 ».

 

  1. Cazeneuve a également défendu la réforme de santé de Marisol Touraine en prenant l’exemple des groupements hospitaliers de territoire, qui, selon lui, permettent « une amélioration de l’organisation des soins ». Sauf qu’ils laissent des zones désertes sans soins publics de proximité la maternité de Pithiviers en est un exemple et la « requalification » de du CHS Daumezon en sont les exemples locaux vécus ……pour le plus grand bénéfice d’Oréliance !

Une attaque contre le programme de François Fillon
Dans son discours, Bernard Cazeneuve a jugé que « la renonciation » au modèle français de protection sociale n’avait « rien d’un sacrifice inéluctable », allusion au programme de François Fillon. « Ce serait là un choix idéologique qui ne saurait s’abriter derrière aucun prétexte financier, puisque nous avons montré qu’il existe un autre chemin conciliant solidarité et équilibre financier », a poursuivi le ministre.

« La suppression des jours de RTT (à salaire égal) et de 500 000 postes, d’après le représentant en rillettes des Républicains, n’annoncent pas des lendemains qui chantent pour la santé publique, ni pour le reste de la fonction publique. Sus aux fonctionnaires, à mort !!! C’est le discours médiatique de service. Combien de victimes sacrifiées sur l’autel de la démagogie et combien d’autres en conséquence dans la population ? La loi de la jungle patronale initiée par ce gouvernement, avec la loi travail et la loi Macron, ouvre la porte en grand aux excès des fous du libéralisme. » (extrait du discours de SUD)

 

 

Lutter contre la désertification médicale

 

Bernard Cazeneuve a dit que l’hôpital d’Orléans jouera pleinement son rôle territorial en coopérant également avec le centre hospitalier universitaire de Tours, au bénéfice de toute la région Centre-Val de Loire. Une manière de lutter contre la diversification médicale venant de la part des acteurs principaux de la désertification il y aurait de quoi rire !

Cette thématique a aussi été reprise par les autres intervenants à la tribune. Olivier Carré, maire LR d’Orléans, espère que ce nouvel hôpital permettra de mener des formations pointues et d’accéder davantage aux travaux de recherche. Collaboration avec le centre hospitalier universitaire de Tours ou avec la médecine libérale… « C’est en créant de nouvelles alliances que nous pourront renforcer l’attractivité médicale de notre région », a-t-il précisé ; rien sur les patients, sur les personnels ni sur ses projets pour l’ancien hôpital Madeleine ! Olivier Boyer, directeur général du CHRO, est allé dans le même sens: « Avec le NHO, nous avons posé la refondation pour faire pleinement jouer le rôle du CHRO ». Et Serge Grouard, ancien maire d’Orléans et député, d’insister: « Ce n’est pas l’hôpital qui va résoudre le problème de la désertification  médicale, mais il contribue à la chaîne de soins ». Et pour un jour et pour la presse il contribue à l’attractivité d’Orléans. BLA BLA BLA BLA !

 

Une seule solution le sursaut des salarié-es. Ne comptons que sur nous mêmes.

 

Décidement tous ces mangeurs de petits fours sont identiques ! Ils l’ont prouvé qu’ils soient LR ou PS c’est l’application des consignes de L’Organisation Mondiale du Commerce  qui prévalent ! Rationaliser le secteur public de santé pour le plus grand profit des établissements privés qu’ils soient cliniques ou centre de soins. Faire payer les patients par l’intermédiaire de leurs mutuelles. Nous nous sommes laissé dire qu’une prothése de hanche, au nord d’Orléans c’était 500€ de « la main à la main » pour le chirurgien et 200€ pour l’anesthésiste ! Ca c’est de la santé !

Il faut réellement rompre avec de telles pratiques, sanctionner les sangsues, exproprier les industriels de la santé, et ouvrir, faciliter et élargir la formation de médecins en s’affranchissant des ordres professionnels/monastiques issus pour la plupart du régime de la France de Vichy

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 3 janvier 2017 par dans anticapitalisme.