NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Ah ! Si seulement Karl Marx avait connu Laurent Joffrin…

par Henri Maler, Julien Salingue, jeudi 26 janvier 2017

À quoi reconnait-on un éditocrate ?

Les signes extérieurs d’appartenance au cénacle sont nombreux. Mais l’un d’entre eux doit retenir l’attention : l’éditocrate a non seulement un avis sur tout, mais dispose du pouvoir de le faire connaître et, fort de son immense vanité et de son inaltérable condescendance, d’arbitrer les débats théoriques, scientifiques et philosophiques les plus pointus. Mieux encore : il peut arriver qu’il réécrive les œuvres majeures de la culture. Laurent Joffrin vient d’en administrer la preuve.

Le dimanche 22 janvier, lors de l’émission « Le Club des idées » sur France Inter, Alexis Brézet (du Figaro) et Laurent Joffrin (de Libération) étaient invités à donner leur avis à propos du dernier livre de Jean-Claude Michéa, Notre ennemi, le capital [1], fort discutable, n’en doutons pas. Et pour en discuter, il fallait au moins deux savants.

Laurent Joffrin a saisi l’occasion qui lui était ainsi fournie de soumettre aux auditeurs l’une des révolutions scientifiques majeures dont seuls les éditocrates ont le secret.

En même temps il y a des erreurs graves [dans le livre de Michéa], il fait référence constamment à Marx, mais Marx aurait changé d’avis probablement sur le capitalisme en constatant que la condition ouvrière a radicalement changé après la guerre.

Passons sur le « radical changement » : ça se discute ! Passons même sur l’œuvre de Karl Marx : elle se discute. Mais savourons la finesse éditocratique de la critique de Laurent Joffrin : imputer à un livre de « graves erreurs » en prenant pour preuve un « avis » attribué à titre posthume à Karl Marx !

L’éditocrate ose tout, c’est même à cela qu’on le reconnaît. Et si un prix Nobel de l’éditocratie devait être attribué, nul doute que le directeur de Libération, fort de cette nouvelle fulgurance, serait un postulant sérieux.

La « réflexion » de Laurent Joffrin fait immanquablement penser à cet aphorisme attribué au même Karl Marx qui, en dépit de l’invitation du directeur de Libération, n’aurait « probablement » pas changé d’avis :

Ce qui distingue principalement l’ère nouvelle de l’ère ancienne, c’est que le fouet commence à se croire génial.
Julien Salingue et Henri Maler

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 1 février 2017 par dans anticapitalisme, édito, idées, liberté d'expression, SOCIETE.