NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

La journée des femmes dévoyée à Orléans par « les Macrons » !

Trois jours après la journée des femmes, le mouvement « En marche » organisait ce samedi un rassemblement à Orléans pour présenter le programme d’Emmanuel Macron sur l’égalité hommes-femmes. Des militants féministes sont venus perturber leur action.

« Quand j’ai commencé à la SNCF, j’ai réalisé que dans cette entreprise de service public, il n’y avait que 20 % de femmes, et que toute une partie de la population n’était pas bien prise en compte dans les services aux usagers. »

Bénédicte Tilloy, ancienne directrice du Transilien, était sur la place du Matroi, hier à Orléans, à l’invitation du mouvement En marche !, pour exposer ses raison de soutenir Emmanuel Macron. Comme le fait que le candidat défende le « renouvellement de la classe politique », qui doit permettre aux femmes d’accéder aux responsabilités. Cet angle réducteur  et « hierarchique » montre bien que Macron tout en s’adressant à toutes et tous donne en fait des gages au capital (plus de femmes « compétentes » aux postes de direction) ….la lutte des femmes pour TOUS leurs droits a encore de beaux jours devant elle !  

Elle a eu bien du mal à se faire entendre. Car derrière un mince cercle de passants intéressés, une quinzaine de militants féministes, et de gauche, avaient fait irruption pour crier leur colère vis-à-vis de cette « récupération de la cause des femmes ». « Vous n’êtes pas féministes, on ne vous a jamais vus dans aucun combat », clamait l’une d’elle d’une voix assez forte pour couvrir celle de Bénédicte Tilloy, tandis que d’autres brandissaient des pancartes anti-Macron.

Deux manifestations s’étaient en fait téléscopées : trois jours après la journée des femmes, le collectif « Orléans pour les droits des femmes » avaient appelé ce samedi après-midi à un rassemblement en centre-ville. Lorsque des manifestants ont réalisé qu’En marche ! se réunissait sur le même thème à 16 heures, ils sont venus pour mettre des bâtons dans les roues de ce « racolage » qui n’avait de féminisme que le nom

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 22 mars 2017 par dans Actualités des luttes, anticapitalisme, femmes.