NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits!

Macron s’amuse des réfugiés comoriens morts au large de Mayotte !

En déplacement dans le Morbihan au centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage atlantique, le nouveau président de la République s’est moqué d’un type d’embarcation mahorais régulièrement à la une pour les morts des migrants comoriens morts au large de Mayotte.

« Le kwassa-kwassa pêche peu ! Il amène du Comorien ! » #Quotidien pic.twitter.com/hXKRC2vWx9

— Quotidien (@Qofficiel) 2 juin 2017

Sur la vidéo repérée par le journal télévisé Quotidien, on voit le président et le « chef des armées », comme il aime le rappeler autour de lui, se moquer tout simplement des Kwassa-kwassa, de petites embarcations mahoraises utilisées pour la pêche… mais aussi par les migrants en provenance des Comores, située à 175 kilomètres de là, qui tentent de rejoindre le territoire français, à l’instar des milliers de migrants qui tentent de traverser la Méditerranée. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le sujet semble amuser Emmanuel Macron, qui, à l’évocation du nom de l’embarcation remarque que « le kwassa kwassa pêche peu ! Il amène du Comorien ». Embarrassés de la remarque, certains journaux ont dénoncé une « blague douteuse » du président, là où il a tout simplement une remarque raciste et méprisante envers toutes les personnes qui meurent en mer en espérant de rejoindre un territoire plus accueillant.

En effet, chaque année, ce sont près de 10 000 comoriens qui meurent dans l’Océan Indien, tentant de fuir leur pays. Comme le remarque Nass_One sur Twitter, sur un million de Comoriens, le nombre de décès n’a rien pour faire rire.

C’est pas maladroit… il se marre c’est tellement drôle 10000 morts en mer … 10000 morts pr un pays qui compte – d’un million d’habitants https://t.co/92j9S8Ii9B

— Générale N. (@Nass_One) 2 juin 2017

La remarque est horrible à deux niveaux : tout d’abord l’usage du mot « du », comme si les Comoriens n’étaient rien d’autre que du bétail qu’on déplacerait dans de frêles embarcations. Tout comme les milliers de migrants qui meurent chaque années aux frontières de l’Europe-forteresse, ce n’est pas du bétail qui meurt englouti par les flots, mais bien des êtres humains qui cherchent à fuir des situations de misère, de guerre et pour lesquels les horreurs des pays qu’ils fuient valent le coup de risquer sa vie durant une traversée.

Ensuite, cette phrase, qui a même choqué l’audience du président, est choquante car le président rit visiblement du sujet avec une désinvolture déconcertante : alors que la France est un des pays les plus impliqués dans les guerres qui ont déstabilisé des régions entières du monde et qui sont les mêmes régions que les migrants fuient, le président se permet de rire de morts indirects de ses propres guerres… A quand les blagues sur les victimes du terrorisme au Mali ou en Lybie ? A quand les blagues sur ce petit garçon échoué sur les plages turques ? De toute évidence, pour l’ex-banquier de Rothschild isolé dans son palais de l’Elysée, les souffrances inouïes des réfugiés ne sont pas des sujets très importants, comme l’ont montré très récemment les entraves policières aux associations d’aides au réfugiés aux alentours de Calais.
Crédits photos : DAMIEN MEYER / AFP

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 6 juin 2017 par dans anticapitalisme, Immigrés.