NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits!

Orléans : à l’appel de la seule CGT manifestation contre le projet de réforme du code du travail

Pour marquer le coût avec la nomination du nouveau gouvernement Philippe Edouard après les élections législatives et à l’appel de certains syndicats, une manifestation nationale a été organisée ce mardi 20 juin partout en France. A Orléans dans le Loiret, ils étaient environ 400 à protester contre le projet de réforme du code du travail. (80 à Montargis et 30 à Pithiviers)
« Pour nous, ce projet est un démantèlement du code du travail, des conventions collectives et du contrat de travail, » nous dit Aurélio Ramiro, délégué syndical CGT. C’est le dynamitage du droit social français, poursuit-il. »

L’utilisation de la méthode « ordonnance »

Pour Emmanuel Macron, la réforme du travail est un des éléments prioritaires de ce début de quinquénat. Début juin le chef du gouvernement Édouard Philippe avait annoncé que la réforme du code du travail se ferait par ordonnances avec un projet de loi d’habilitation examiné en conseil des ministres le 28 juin.

Qu’est-ce que « légiférer par ordonnance » ?

Cette méthode permet de diminuer le temps légistatif. Le recours est défini et encadré par la Constitution et l’article 38 stipule que le gouvernement peut « demander au Parlement l’autorisation de prendre lui-même, et pendant un temps limité, des mesures relevant normalement de la loi pour l’exécution de son programme ».
Le Parlement vote d’abord une loi d’habilitation, précisant les sujets à traiter et la période pendant laquelle le gouvernement peut prendre des ordonnances. Elles sont ensuite adoptées en conseil des ministres, après avis consultatif du Conseil d’État, et signées par le président de la République. Une ordonnance entre en vigueur dès sa publication au Journal officiel. Elle doit encore être ratifiée par le Parlement pour avoir valeur de loi, faute de quoi la loi devient caduque.

 

Continuer pour perdre ou faire tout pour gagner ?

 

Après la décision du Comité Confédéral National de faire de la semaine du 20 au 27 juin « une semaine de mobilisation pour les revendications et contre les menaces du nouveau pouvoir contre les salariéEs » les structures de la CGT se sont mises en route pour s’engager. A aucun moment le problème et de l’action unitaire et du type d’action n’a été envisagé pour donner plus de force à  la mobilisation ! C’est pourquoi l’UD CGT s’est trouvée seule ou avec quelques autres à appeler à la grève et à manifester le 20 juin. Et comme d’habitude les Fédérations ont réunis leurs instances pour décider, chacune dans son coin, l’action ou non ! La plupart du temps sans même contacter les autres Fédérations ! Pour les Cheminots ce sera un point fort le 27 avec préavis de grève dans une semaine d’action du 23 au 30 ! Les organisations syndicales CGT, FO, FSU, SOLIDAIRES, UNEF d’Île-de-France qui appellent à rassemblement et manifestation le 27juin  …..

Toutes ces initiatives dispersées plus celles du »Front Social » lundi 19 juin ne donnent pas la puissance qu’il faudrait à la classe ouvrière pour bousculer Macron et ses copains. Va-t-on attendre encore longtemps que les manœuvres cessent pour avoir une vraie riposte ?

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 22 juin 2017 par dans Actualités des luttes, anticapitalisme, SOCIAL ?, SOCIETE, syndicats.