NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

« Le nazisme safran »

Nous sommes allés voir le film de Barbet Schroeder « Le vénérable W ».

Le vénérable W, c’est Ashin Wirathu, avec son visage poupin, ce moine bouddhiste déchaîne la haine contre les musulmans en Birmanie afin de «protéger la race et la religion».

Il est convenu en Birmanie qu’un homme doit au moins passer un an comme moine bouddhiste, contre l’avis de son père Ashin Wirathu y est resté et devenu moine.

Il a fait sa place dans la hiérarchie religieuse, en s’opposant à cette même hiérarchie corrompue et inféodée aux militaires. Il devient responsable de monastère.

Le vénérable Ashin Wirathu a fait de la prison au début de sa carrière, mobilisant contre la dictature des militaires birmans. En 2007 le gouvernement birman a brusquement augmenté le prix de plusieurs sources d’énergies : 66 % pour l’essence, 100 % pour le diesel et plus de 500 % pour le gaz.

Les raisons de cette augmentation étaient officiellement de faire face à l’augmentation du prix des hydrocarbures. Mais selon certains chercheurs, elle aurait été rendue nécessaire par la mauvaise gestion de l’économie birmane par la junte au pouvoir.

Des manifestations éclatèrent dans l’ancienne capitale Rangoon à partir du 19 août 2007. Elles prirent de l’ampleur après le 5 septembre 2007, lorsque des bonzes furent frappés par des miliciens de la junte lors d’une manifestation à Pakokku, à 500 kilomètres au nord de Rangoon, suscitant l’indignation générale dans ce pays majoritairement bouddhiste. L’implication des bonzes valut au mouvement le surnom de « révolution de safran », en référence à la couleur de leurs robes.

Ces manifestations pacifiques atteignirent une ampleur sans précédent depuis 1988, où un mouvement démocratique avait déjà été réprimé dans le sang, environ 3 000 morts.

Dans un premier temps, les manifestations n’ont pas été réprimées par le gouvernement, qui s’est contenté de demander leur arrêt via la télévision d’État et de déplacer des troupes vers Rangoon.

Le 26 septembre 2007, les forces armées birmanes ont pris le contrôle des monastères, centres du mouvement pro-démocrate, et sont intervenues contre les manifestants à Rangoon. Le bilan étant d’au moins quatre morts, un civil et trois bonzes, ainsi que plusieurs centaines d’arrestations, notamment à l’est de Rangoon à Kyaikkasan.

L’armée écrase les démocrates, les fait espionner par des dénonciateurs, qui épient à chaque coin de rue et s’infiltrent partout. Aung San Suu Kyi, icône de l’opposition et prix Nobel de la paix, est en résidence surveillée déjà plus de douze ans.

Le vénérable Ashin Wirathu sorti de prison, reprend la direction de son monastère, qu’il organise comme son bras armé pour faire avancer ses idées nationalistes, religieuses et xénophobes. Des centaines de moines participent à ses séminaires, des milliers de birmans viennent écouter ses sermons. Il est loin d’être un exalté isolé.

Il joue sur les divisions de la hiérarchie bouddhiste. S’il s’attire des réprimandes officielles quand il y a des réactions à l’étranger, il bénéficie de soutiens financiers puissants, policiers et militaires laissent se dérouler les exactions de ses partisans.

Suite à un acte abominable, le viol et l’assassina d’une jeune birmane par trois Rohingyias, birmans musulmans ; Le vénérable Ashin Wirathu déchaine sa campagne antimusulmans : «protéger la race et la religion».

Il prend lui même la tête des actions, qu’il planifie et organise. Il lance ses partisans contre les quartiers musulmans qui sont incendiés, des personnes lynchées.

Des populations entières sont réduites au statut de réfugiées et regroupées dans des camps nombreux à la frontière de la Birmanie et du Bangladesh. Il remet en cause la nationalité birmane des Rohingyias (une fable pour lui) qui sont expulsés vers le Bangladesh.

Pourtant les Rohingyias ont tous une carte d’identité birmane, la légalité internationale demande à la Birmanie de reprendre ses nationaux, mais rien n’avance. Les Rohingyias risquent de devenir, comme tant d’autres peuples des apatrides.

Le vénérable Ashin Wirathu utilise tous les moyens pour faire avancer ses idées nauséabondes. Dans son monastère sont affichés en grand format des images de massacres commis par les musulmans de DASH en Syrie et en Irak. Il utilise les nouvelles technologies, distribue gratuitement des CD de ses sermons et de ses actions violentes contre les Rohingyas.

De plus, il a constitué un parti politique qui a pris des initiatives pour faire déboucher la déchéance de la nationalité birmane des Rohingyas, et proposer des lois discriminatoires contre tous les musulmans qui ont été votées. Il est à noter que Aung San Suu Kyi n’est pas intervenue contre ces décisions discriminatoires, mais que pèsent politiquement les musulmans du pays, 4% de la population birmane, dans un pays où 90% de la population est bouddhiste !

Un tel dispositif évoque irrésistiblement celui mis en place contre les juifs dans l’Allemagne hitlérienne.

Le film de Barbet Schroeder « Le vénérable W » c’est se retrouver au cœur du racisme quotidien, et observer comment l’islamophobie et le discours haineux se transforment en violence et en destruction.

Ce témoignage glaçant démystifie l’image unilatéralement positive du bouddhisme par rapport aux autres religions, fondé sur un mode de vie pacifique, tolérant et non-violent. D’ailleurs toutes les religions n’ont à la bouche qu’amour et paix ; pourtant c’est avec ces mots qu’elles perpétuent massacres, destructions.

Nous sortons de ce film en réaffirmant haut et clair que « La religion c’est l’opium du peuple » et « ni dieu, ni maitre » valent mieux qu’une  méditation au son de leurs moulins à prières.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 27 juin 2017 par dans anticapitalisme, ASIE, DEMOCRATIE, liberté d'expression, LIBERTE, RACISME.