NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Libéralisation du transport : Macron va liquider la SNCF !

Ouverture à la concurrence des TGV et TER

Le 4eme paquet ferroviaire, adopté fin 2016 au parlement européen prévoit la libéralisation totale des services nationaux de transports de voyageurs. Macron et son gouvernement comptent bien en profiter pour accentuer la poursuite de la casse brutale du service public avec le concours actif de la direction de la SNCF.

La quatrième étape d’un long projet de démantèlement des services publics

Le 4ème paquet ferroviaire est un ensemble de projets de textes législatifs et techniques visant à ouvrir à la concurrence les services nationaux de transports de voyageurs, jusque-là relativement épargnés. En effet, ce paquet ferroviaire, 4ème du nom, suit les trois premiers qui ont permis respectivement l’ouverture à la concurrence des services de fret internationaux, puis de l’ensemble des services de fret, puis des transports internationaux de voyageurs, et prévoit donc de parachever l’offensive contre les services publics de transport par voie ferrée. Officiellement, ces paquets ferroviaires ont pour objectif de constituer un réseau européen de transport, notamment par l’uniformisation technique du réseau ferré. Sous couvert de ce projet d’uniformisation c’est en réalité la casse des services publics et leur vente par appels d’offre aux compagnies privées qui constitue le véritable objectif. Or ces ouvertures à la concurrence, déjà pleinement réalisées au niveau des transports nationaux de voyageurs en Allemagne et en Angleterre a un effet extrêmement néfaste sur les conditions de travail ainsi que sur la qualité des services et les prix des billets.

L’enfumage systématique sur les bienfaits de la privatisation et de la concurrence

Les défenseurs de ces projets d’ouverture à la concurrence arguent à chaque fois que la qualité des services s’en trouverait améliorée et que les prix baisseraient, sans jamais évoquer les conditions de travail des cheminots et de tous les personnels qui travaillent en lien avec cette activité. Les « paquets » de Bruxelles qui organisent la dérégulation et la concurrence sont les premières pierres des vastes attaques que subissent partout en Europe les cheminots, car la concurrence pèse sur les salaires comme sur les conditions de travail.

De plus, l’ouverture à la concurrence se trouve avoir un effet très néfaste sur la couverture du réseau comme en Finlande où 28 gares locales sur 200 ont fermé leurs portes en septembre 2015, ou comme en Angleterre où la gare d’Ashington, ville qui compte pourtant 28 000 habitants, ne voit à présent plus que passer les trains, sans arrêts. La qualité moyenne des transports se dégrade aussi, malgré l’aspect reluisant des grandes lignes rentables auxquelles tout est sacrifié, y compris la sécurité. L’Angleterre, pionnière en matière de privatisation a été également pionnière en matière d’accidents, en témoignent ceux de Hatfied et de Potters Bar respectivement en 2000 et 2002 responsables à eux deux de 11 Morts et de 146 blessés, catastrophes très similaires à celle de Brétigny qui a eu lieu en France en 2013. La privatisation est en effet toujours synonyme de dégradation rapide et importante du réseau et d’augmentation des accidents d’exploitation coutant la vie à de nombreux usagers et salariés. La logique est partout la même : privatiser les profits et socialiser les pertes et les seuls coûts, exploiter davantage les salariés et abaisser au maximum les salaires. Les sénateurs qui entendent porter le projet de loi, affirment que par un système de franchise (associant des lignes rentables avec des lignes de moindre fréquentation) permettra aux exigences de couverture d’être maintenues). Il faut rappeler que la SNCF qui détient pour l’instant le monopole n’a aucun mal a organiser le pourrissement des lignes jugées trop peu rentables, que ce système de franchise ne saurait constituer un barrage efficace contre la désertification du réseau.

Se battre bec et ongles contre l’exploitation et pour la qualité du service public

La privatisation du service de transport des voyageurs ne tient pas que du scénario d’anticipation. En effet, les lignes internationales de transports de voyageurs, bien qu’encadrées pour le moment, ont déjà commencé à grignoter des parts aux lignes nationales. De plus, partout la direction de la SNCF prépare le terrain à la privatisation en organisant elle-même la concurrence contre ses propres lignes, via ses filiales de transports routiers. Le déclin des investissements pour entretenir le réseau, les exigences de rentabilité et de maximisation des profits, l’exploitation sans cesse croissante des salariés, tout cela participe d’une préparation progressive à la privatisation complète de tout le service public du transport. En pratiquant des prix indécents, la SNCF prépare également le terrain au fiasco programmé de la privatisation en matière de tarif dont l’exemple le plus frappant nous vient de l’Angleterre où les prix s’envolent d’années et années. C’est pourquoi le combat peut et doit se mener dès à présent contre la direction de la SNCF et le gouvernement pour résister aux méthodes managériales de harcèlement systématique qui ont couté déjà de nombreuses vies et contre les offensives libérales à venir qui mettront davantage encore en danger salariés et usagers et dégraderont les conditions d’accès aux transports pour des millions de personnes. Il faut rappeler que l’accès à la mobilité doit être un droit fondamental et que notre tâche est de démontrer activement notre solidarité avec les travailleurs de la SNCF qui en se défendant, nous défendent tous.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 3 juillet 2017 par dans anticapitalisme, économie, GOUVERNEMENT, REACTION, SOCIETE, transports.