NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits!

La société Isochem placée en redressement judiciaire, 96 emplois en jeu à Pithiviers

Le tribunal de commerce d’Evry (Essonne) vient de placer la société Isochem en redressement judiciaire. Pour mémoire, le fabricant de chimie fine déposait le bilan, fin juin. Il compte 285 salariés, dont 96 à Pithiviers. Elle s’est retrouvée en difficulté après l’arrêt des commandes de son premier client, le groupe pharmaceutique américain Gilead.

Dans la foulée de cette décision, deux administrateurs (et un mandataire) étaient nommés, afin de veiller sur le bon déroulement du dossier. Ils se voient confier une mission d’observation de six mois. Période qui se caractérise, selon la loi, par la poursuite de l’activité d’une entreprise dans un cadre protecteur prévu pour favoriser son rétablissement.

Ce mardi matin, une intersyndicale (CGT, CFDT, FO, CFE-CGC) avait appelé les employés à un rassemblement devant le tribunal. Parmi eux figurait une bonne partie de ceux du site de Pithiviers.

Tous demandaient à l’actionnaire Aurelius AG d’aider financièrement le groupe à « maintenir tous les sites, emplois et acquis », le temps de trouver un repreneur. Au moins six industriels se montreraient intéressés. Selon les élus du personnel « neuf industriels se seraient montrés intéressés », dont « l’Américain PMC et une entreprise italienne ».

Il y a « plusieurs marques d’intérêt », émanant de fonds d’investissements et « surtout d’industriels de plusieurs nationalités européennes », a simplement indiqué le porte-parole d’Isochem.

Ancienne filiale de la Société nationale des poudres et explosifs (SNPE), Isochem a été cédée en 2010 au holding industriel allemand Aurelius AG.

Après des années dans le rouge, des suppressions d’emplois et des cessions de filiales à l’étranger, la société venait d’atteindre l’équilibre financier l’an dernier, avec un chiffre d’affaires de 57 millions d’euros.

Outre Vert-le-Petit, le groupe possède trois autres sites en France : Gennevilliers (Hauts-de-Seine), Pithiviers (Loiret) et un petit site d’une quinzaine de salariés à Pont-de-Claix (Isère), dédié à l’agrochimie, qui pourrait être vendu à part. Un repreneur pour ce dernier site avait été recherché l’an dernier, en vain.

AFP

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s