NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Trois jours de pagaille pour une panne électrique…. A quand la prochaine ?

La panne qui a bloqué la gare de Paris-Montparnasse a révélé l’urgence des besoins de modernisation d’un réseau ferroviaire vieillissant.

Trois jours de pagaille à la gare Montparnasse et une panne difficilement résolue: le défaut d’isolement dans l’alimentation électrique d’un poste d’aiguillage à Vanves a fait réagir le gouvernement qui a demandé un rapport à l’opérateur ferroviaire sur l’origine de la panne, mais surtout le temps mis à réparer l’incident et les énormes lacunes de communication.

Ce rapport sera publié « jeudi ou vendredi », a répondu, mercredi matin sur RTL Guillaume Pepy, le patron de la SNCF.
Le poste d’aiguillage incriminé a une trentaine d’années. Mais de récents travaux, effectués pour le faire monter en puissance dans le cadre du chantier des nouvelles lignes à grande vitesse vers Rennes et Bordeaux, ont probablement provoqué une faille technique. Que dire de locomotives qui tirent encore des trains à prés de 40 ans, des voitures et rames vétustes, hors d’âge, cent fois réparées, aux infrastructures qui rouillent et se fragilisent comme les poteaux des caténaires, etc.
Élisabeth Borne, ministre des Transports, a rappelé que trois milliards d’euros par an allaient être investis pour rénover le réseau, estimant que « la priorité aux lignes à grande vitesse s’est faite au détriment du réseau existant. 5.300 km de voies en France (sur un total de 30.000 km environ) font l’objet de ralentissements. »

Le Président de la SNCF, Guillaume Pepy doit être remercié et licencié !!!
Guillaume Pepy juge pour le moment impossible d’évaluer le coût pour la SNCF de ces 72 heures de trafic fortement perturbé. Les voyageurs « ont deux mois pour faire valoir leurs droits ».Et d’ajouter que la SNCF avait « décidé des mesures exceptionnelles », notamment un remboursement intégral en cas de retard de plus de quatre heures. Par ailleurs, si les passagers ont engagé des frais liés à cet incident, ils ont également deux mois pour se faire rembourser ou indemniser.

Pépy, comme après l’accident de Brétigny, verse une larme sur les pauvres victimes qui voyagent ! Ca suffit c’est lui qui est responsable directement de l’état de la SNCF en bon laquais des gouvernements successifs !
Côté syndical, on s’émeut toutefois des contraintes en matière de personnel, qui pèsent sur le fonctionnement du service. Selon Didier Aubert de la CFDT-Cheminots, le gouvernement est dans « une forme de schizophrénie » en voulant investir davantage dans l’entretien des voies ferrées, alors que, dans le même temps, « Bercy ne nous autorise pas à embaucher ».Voilà le problème posé par la CFDT qui ne veut surtout pas taper sur Pépy qui les as bien dans sa main ces syndicalistes aux ordres ! Certes les gouvernements continuent de jouer à fond l’ouverture à la concurrence et le dépeçage de la SNCF le Chef d’Orchestre principal reste le patron de la SNCF et non le Cheminot lambda ! 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 7 août 2017 par dans anticapitalisme, services publics, SNCF, SOCIETE, TRAVAIL.