NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Pourquoi les tensions se multiplient au pôle gare d’Orléans, sous le centre commercial Place d’Arc !

La situation s’est dégradée depuis le début de l’année au centre-bus situé sous Place d’Arc, à Orléans. Des rassemblements, presque quotidiens, d’une cinquantaine de jeunes en seraient à l’origine. Les patrouilles de police tentent de les disperser.

Les promesses d’un centre-bus apaisé n’ont pas résisté au temps. En 2014, une enveloppe de 4,8 millions d’euros avait été consacrée à sa rénovation. Quatre ans plus tard, les tensions n’ont pas quitté cet espace situé sous Place d’Arc.

Elles se sont même amplifiées depuis deux mois. Une trentaine, parfois même une cinquantaine de jeunes s’y retrouvent au cœur de l’après-midi. Presque tous les jours. « Ils viennent aux horaires de sortie de lycée. Ils zonent, ils provoquent, raconte un témoin. Il s’agirait de bandes avec des adolescents de Fleury et de Saran. »  Il va certainement y avoir des mesures anti-jeunes ! Ces derniers vont être chasséEs  de la place d’Arc qui doit rester propre pour nos bourgeois !

« Place d’Arc est l’une de nos priorités »

Que font-ils ? Que recherchent-ils ? « Nous ne le savons pas, admet Olivier Geffroy, maire-adjoint à la sécurité. En tout cas, nous ne sommes pas sur la thématique d’une conquête de territoire liée à la drogue. »

Il n’empêche que ces regroupements perturbent la sérénité du centre-bus ; ils inquiètent. « Les jeunes se mettent à hurler, on ne sait pas pourquoi, renchérit un témoin. La police arrive, ensuite, pour les disperser. » La peur du jeune est à son comble !

D’ailleurs, elle a déjà mené douze opérations au pôle gare depuis le 1er janvier. « Il n’y a jamais eu de dégradations, ni d’agressions mais la situation se tend lorsque nous intervenons. Nous sommes obligés de sortir les chiens », raconte Olivier Geffroy. Six interpellations ont été enregistrées. Les conséquences de la peur de la jeunesse : faîtes donner la Police !!!!

Et ce n’est pas terminé. « Place d’Arc est l’une de nos priorités. On va continuer nos opérations coup de poing et multiplier les patrouilles en fin de journée. » Ici, la situation est extrêmement compliquée. Parfois, explosive. « On voit des gars avec des vélos volés qui viennent nous narguer », racontent les employés de l’atelier Vélo’+.

Problèmes d’hygiène avec les SDF

Mais le pôle gare, ce n’est pas, aujourd’hui, qu’un sentiment d’insécurité. « Un problème d’hygiène, aussi », constate Alexandrine Leclerc, adjointe aux solidarités (sic !). Précisément, à proximité de l’abri vélo sécurisé.

Là, une demi-douzaine de personnes en situation de grande précarité s’y sont installées sous des couvertures et des duvets. Quatre mois que leur vie est organisée dans un véritable capharnaüm. Des canettes, des emballages jonchent le sol. Les sacs-poubelle ne suffisent pas à tout engloutir.

« Ils urinent sur les murs, ils interpellent sans arrêt les passants qui n’osent plus accrocher leur vélo aux arceaux », témoigne un riverain. « Ces regroupements commencent à durer et cela engendre un souci d’hygiène sur la voie publique », convient l’élue.

« Cette situation peut susciter l’émoi »

Ces hommes, le plus souvent jeunes, refusent de rejoindre les centres d’hébergement d’urgence. « Certains sont accompagnés d’un chien. Or, aucun de ces établissements n’accueille les personnes avec un animal », explique Alexandrine Leclerc. D’autres repoussent, simplement, l’idée de s’y rendre par crainte des agressions et des vols.

« Cette situation peut susciter l’émoi. Le CCAS (centre communal d’action social) rencontrera prochainement l’État pour évoquer la situation des SDF avec les chiens, annonce-t-elle. On va travailler pour trouver des solutions. » « La police municipale les informe aussi sur leurs droits », précise Olivier Geffroy.

Le pôle gare traverse, donc, une zone de turbulences. Les secousses interviennent à intervalles réguliers. Pour combien de temps encore ? « Il faudra anticiper la question de la sécurité dans le futur projet d’aménagement de Place d’Arc. Ça fera partie des enjeux », projette Olivier Geffroy. Les ambitions pour ce carrefour des transports en commun étaient déjà identiques en 2014. Il ne faut pas pour les bourgeois qu’il y ait un tel spectacle en centre ville

En attendant les Maraudeurs du Jeudi signalent que régulièrement la police intervient violement pour disperser les SDF en jettant leurs pauvres affaires à tout vent. Il y a cette réalité et l’hypothèse des autorités qui déclarent sans rire que « cette situation peut susciter l’émoi »  S’il y a émoi c’est de voir au 21éme siècle des SDF !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s