NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Les élus régionaux votent contre le projet de santé 2018-2022 du Gouvernement ….Il est temps !!!!

Non, quatre fois non. Les élus étaient au diapason, ce jeudi au conseil régional, pour dénoncer le plan de santé 2018-2022.

L’issue du vote était annoncée, voilà qui est confirmé. Le conseil régional a voté ce jeudi un avis – consultatif – défavorable contre le plan régional de santé 2018-2022. A l’unanimité… sauf le vote des élus FN, qui ont quitté l’hémicycle en protestation contre la « mascarade » de leur présenter un texte déjà adopté.

En cause :

  • Les contraintes auxquelles sont soumises les Maisons de santé, un des meilleurs outils LIBERAL actuels de lutte contre la désertification médicale et contre l’Hôpital public !
  • Le refus d’augmenter le numerus clausus(nombre d’étudiants de médecine autorisés à passer en deuxiè-me année)
  • La perspective de voir des unités de soin ou des établissements (chirurgie, maternités…) fermer : Le Loiret ne serait pour l’instant pas concerné.

Et la visite à Orléans, la veille, de la ministre de la Santé Agnès Buzyn ne les a pas calmé, bien qu’elle ait tenté de les rassurer sur les contraintes des maisons de santé……Que du baratin !

Comme l’a dit François Bonneau (PS) en pensant aux acteurs économiques et aux citoyens désireux de venir habiter en région: “savoir qu’on ne peut pas accéder aux soins, c’est une question qui se pose pour venir ou non sur notre territoire”.  Guillaume Peltier le patron du groupe UDC (opposition) s’est dit “estomaqué”par “l’attitude du gouvernement”. “C’est illustration du mépris qu’il a pour notre territoire”. S’agissant des propos de la ministre prononcés à Orléans mercredi sur la réforme du système de santé, le député du Loir-et-Cher a parlé de “carabistouilles et fadaises“. Le maire de Neung-sur-Beuvron qui s’est vu refuser les financements d’Etat de sa MSP (Maison de santé pluridisciplinaire), faute d’avoir le quota de deux médecins, est allé jusqu’à regretter qu’il n’y ait pas “de modulation du conventionnement“, ni ” d’encadrement de la liberté d’installation en début de carrière pour les médecin”. Le fondateur de la droite forte serait-il devenu castriste?

Tout le monde se mobilise

En terme plus choisis, Anne Leclercq (PS) vice-présidente en charge du dossier avait souligné l’état critique du système, médecine de ville et hospitalière: “Aujourd’hui plus personne ne conteste que la situation n’est plus tenable dans les territoires ruraux, comme dans certaines agglomérations, et tout le monde se mobilise.”

Elle a rappelé quelques suggestions essentielles demandées tant par les socio-professionnels du CESER que par le Conseil régional: .”..une hausse importante du numerus clausus, nous avons demandé aussi l’alignement du nombre d’internes, nous avons demandé la fin de la liberté d’installation, nous avons demandé la mise en place d’un conventionnement sélectif, nous avons demandé la mise en place d’un zonage conventionnel plus adapté à notre situation.”

Avant le premier PRS (2012), la région avait commencé à financer les MSP qui sont aujourd’hui 125 sur le territoire des six départements. A propos du seuil de médecins qui a donné lieu en  milieu de semaine à un couac entre la ministre et sa directrice de l’ARS, François Bonneau a lancé à l’Etat, “il faut réparer et non pas augmenter les difficultés”. Or pour la vice-présidente, “la situation est critique, il y a besoin d’investissements notamment dans les plateaux techniques des hôpitaux, d’internes, de chefs de clinique…”.

Autre grief des élus régionaux contre le plan du ministère un manque de lisibilité voire de transparence, sur la fermeture des services hospitaliers, voire d’établissements comme à Gien et Pithiviers qui seraient menacés. Selon la vice-présidente, Certaines spécialités emblématiques sont  concernées : la chirurgie (fourchette basse passant de 30 à 25 implantations avec des fermetures possibles dans le Cher et dans l’Indre) et la gynéco-obstétrique avec la menace de fermeture de 4 unités (Cher, Eure-et-Loir, Indre, Loir-et-Cher).

Hormis le FN, qui a donc refusé ostensiblement de prendre part au vote, à l’unanimité le conseil régional a rejeté à son tour la Plan Régional de Santé de l’Etat estimant comme la souligné Anne Leclercq qu’il “n’est pas à la hauteur des besoins de la population”. Tout bonnement.  Ah les doctes plaignantEs ! A croire que la casse du système de santé n’a commencé qu’avec Macron !! Les Socialistes avec Hollande et la droite avec Sarkozy  ont largement débuté la casse des hôpitaux et autres ! Hypocrites !!!!

« Les urgences de Pithiviers ne fermeront pas »… Le personnel a « envie de croire » à l’annonce de l’ARS

La manifestation nationale de ce jeudi 19 avril avait une forte connotation « santé » à Pithiviers. Une petite cinquantaine de grévistes se sont rassemblés devant le centre hospitalier, à 10 h 30. Puis un cortège s’est élancé, à 11 heures, en direction de l’ancienne gare.

Il y avait autant de blouses blanches que de gilets jaunes, ce jeudi matin 19 avril, lors de la manifestation qui a eu lieu à Pithiviers. Organisée dans le cadre d’un mouvement national, elle a regroupé une petite cinquantaine de personnes : cheminots, étudiants, retraités, enseignants, postiers, gaziers… Et donc surtout des personnels de l’hôpital, point de rendez-vous du rassemblement.

 

« On attend du concret, des actes »

Outre les slogans ou sifflets, tous avaient les mêmes mots à la bouche. Ceux prononcés mercredi 18 avril par Anne Bouygard, directrice de l’Agence régionale de santé (ARS), à propos du service des urgences pithivérien : « Sa fermeture n’est pas à l’ordre du jour. D’autant plus que nous avons absolument besoin d’un service d’urgence à Pithiviers ! » avait ainsi martelé Anne Bouygard.

Interrogés ce jeudi, sur ce qu’ils pensaient de cette annonce, les soignants ont répondu qu’ils avaient « envie d’y croire ». Mais tous se sont montrés également « méfiants et inquiets ». « À ce jour, je ne crois plus aux paroles, j’attend du concret, des actes », confiait un gréviste. Et un second d’appuyer : « En tout cas, si la directrice de l’ARS a dit ça et que les urgences ferment ensuite, j’irai la chercher ! ».

D’autres revendications

Enfin, la santé mise à part, les manifestants avaient d’autres revendications :

  • L’ouverture de la ligne ferroviaireOrléans – Pithiviers – Malesherbes (d’où une arrivée du cortège prévue à l’ancienne gare)
  • Le maintien et développement des services publicsdans le Pithiverais
  • La ré-industrialisationdu bassin d’emploi du Pithiverais en respect avec l’environnement et l’écologie
  • L’amélioration de nos conditions de travail
  • L’augmentation des salaires et des pensions

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 20 avril 2018 par dans anticapitalisme, santé, SOCIETE.