NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Solidarité y compris financière à l’égard de nos camarades et amies Nathalie et Brigitte !

Escota- Vinci – Notre Dame de Landes : Grand projet inutile

La société autoroutière Escota, société anonyme au capital de 131 millions d’Euros persévère dans ses poursuites judiciaires contre nos deux camarades et amies Brigitte Picard et Nathalie Quintane. Il s’agissait de sanctionner leur participation à une distribution de tracts au péage de la Saulce, le 26 juin 2016, date de la journée nationale de manifestations contre la construction de l’aéroport de Notre Dame des Landes.

Le Tribunal de Police leur avait infligé à chacune, une amende de 200 Euros dont 150 avec sursis, plus un droit fixe de procédure de 31 Euros. Depuis, cette filiale de la multinationale Vinci les assigne à comparaître le 13/03/2018 devant le Tribunal d’Instance de Digne et réclame la somme extravagante de 5743,68 Euros à titre de réparations pour les mêmes faits.

  • 2243,68 Euros au titre de son préjudice économique
  • 2000 Euros au titre de dommage et intérêts
  • 1500 Euros au titre de l’article 475-1 du Code de procédure pénal, les frais dits irrépétibles

L’annulation de ce grand projet inutile dont la réalisation et l’exploitation étaient attribuées au groupe Vinci par le biais d’un partenariat public/privé particulièrement indécent donne une toute autre lecture de cette affaire, telle qu’elle qui a été jugée par le tribunal de police le 03/01/2017 avant son annulation officielle un an après, le 17/01/2018.

En effet, c’est la mobilisation de tous les opposants – en particulier celle des occupantEs de la ZAD, la zone à défendre – à la construction de ce grand projet inutile aux conséquences écologiques désastreuses qui a conduit le gouvernement à prendre la bonne décision de son abandon définitif. Les manifestants ont démontré que leurs actions étaient justifiées et utiles puisqu’elles ont contribué ainsi, à la défense du bien commun et de l’intérêt général.

L’examen de cette procédure injuste nous conduit à formuler plusieurs remarques :

Liberté d’opinion, liberté de la presse et de manifestation

Brigitte Picard et Nathalie Quintane n’ont fait que distribuer un tract, titré « Nous garderons Notre Dame des Landes ! Vinci dégage ! » Qui se concluait « Ni expulsion ni travaux ! Abandon définitif du projet! ».

Cette action s’assimile à la liberté d’exprimer son opinion et bénéficie des dispositions relatives à la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse. 

Elles ne peuvent être tenues comptables du préjudice évoqué par la société Escota consécutif à la levée des barrières de péage, action distincte, à laquelle elles n’ont pas participé comme elles l’ont constamment affirmé, sans que le contraire ait pu être démontré. Cette manifestation appelée via les réseaux sociaux, au nom d’un collectif « Vinci dégage 04 » a réuni dans son déroulé des gens qui ne se connaissaient pas touTEs et encore moins les identités des unEs et des autres. CertainEs sont intervenuEs à différents moments de cette manifestation pacifique, pour des actions différentes, autogérées, sans qu’un responsable ait été désigné et sans concertation préalable, comme c’est d’usage dans ces regroupements informels.

La liberté d’expression et la liberté de la presse face à des médias muselés

La mainmise sur la presse et sur les grands moyens d’information en France par une poignée de milliardaires ont des conséquences néfastes au débat national. L’absence de ce contre pouvoir essentiel à toute vie démocratique a permis des décennies durant, aux représentants des oligarchies qui se sont succédés au service des mêmes intérêts,

d’évacuer du débat public de grandes questions qui concernent la vie des citoyens. Au-delà du problème des grands projets inutiles décidés sous la pression des lobbys du béton, on peut évoquer la question du nucléaire civil et militaire, des pesticides, de la politique d’armement et des interventions militaires extérieures et bien d’autres sujets essentiels, mais jamais débattues. La contestation légitime arrive parfois à se frayer un chemin hors des canaux traditionnels qui fabriquent l’opinion, comme ce fut le cas avec Notre Dame des Landes. Ces actions qualifiées de citoyennes sont donc parfaitement légitimes, respectables et justes.

Des manifestations pacifiques contre toutes violences

Quand celles-ci sont empêchées à leur tour, c’est comme si le pouvoir en place, de plus en plus mal élu et conscient de son illégitimité avait besoin d’autres formes de contestation plus radicalisés, afin d’afficher des images de violence à la télévision pour conforter sa domination par la peur. Ceux qui ont besoin de cette mise en scène veulent construire un Etat autoritaire, fort d’un appareil de répression pléthorique. Cette politique produit un effet pervers en accentuant encore les fractures sociales et le rejet de toutes les institutions liées à l’Etat.

La justice n’est pas la même pour tous

L’application des lois doit être la même pour tous, l’usage du droit ne doit pas être discriminatoire sinon c’est la Justice qui est déconsidérée. Il est sidérant de constater que dans le même temps où Escota s’acharne contre Brigitte Picard au chômage et Nathalie Quintane enseignate, la même société est confrontée à des dégâts d’une toute autre importance, 7 millions d’Euros, provoqués par des manifestations d’agriculteurs en février dernier, sans que Vinci n’exerce de poursuites à leur encontre. Pourtant ces manifestations sont organisées et souvent financées par la FNESA ou des organisations satellites, les protestataires agissent à visages découverts avec leurs coûteux engins parfaitement identifiables avec lesquels ils détruisent volontairement les équipements d’Escota.

Face à ce « deux poids, deux mesures » reproché à la justice depuis Lafontaine, il est difficile de conserver cette idée que l’on nomme le respect et la confiance à l’égard de la « justice de mon pays » comme on dit face aux caméras.

http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/manifestation-d-agriculteurs-vinci-estime-a-7-millions-les-degats-sur-les-autoroutes-1383664.html

De quoi Vinci est-il le nom

La société Escota appartient au groupe Vinci, indigne héritier de la « Compagnie Générale des Eaux » au centre de réseaux de pouvoir puissants dont la réputation, entachée par les affaires politico-financières était si calamiteuse que ses dirigeants ont préféré en changer le nom. Le cœur du métier de la CGE, puis de Vivendi et de Vinci a toujours été l’établissement de « bonnes relations » avec les responsables politiques afin de leur vendre tous les services aux collectivités, obtenir des « concessions » ou des contrat de partenariat public/privé ultra avantageux pour Vinci – et les 1200 sociétés que ce groupe contrôle – et extrêmement néfastes aux intérêts des populations.

L’histoire de Vinci et de son monde est une succession de prise de positions dominantes, de rentes de situation et d’avantages indus (autoroutes, la moitié des parkings français, aéroports, etc.) quand elle n’est pas émaillée de faits de corruption et de malversations diverses. Encore cette semaine, c’est une filiale de Vinci « Streeteo » ex Vinci Park – en charge de la gestion d’une grand partie du stationnement à Paris – qui vient d’être convaincue de fraude.

Sur ses chantiers et ceux qu’il contrôle, le groupe Vinci est accusé d’utiliser des méthodes brutales, voire criminelles, pour intimider les opposants à ces grands projets pilotés par des mafias et leurs nervis, avec lesquelles les cadres de Vinci traitent pour obtenir de grands travaux. Le journaliste russe Mikhaïl Beketov l’a payé de sa vie dans d’atroces circonstances; ces pratiques ont bien été documentées en Russie, au Cambodge, en Lybie, au Qatar et ailleurs, il suffit de lire l’article ci-dessous…

https://www.monde-diplomatique.fr/2016/03/DE_LA_CASINIERE/54958

 

Nous avons besoin de financement pour payer les frais d’avocat.

Merci pour elles.

Collectif « Vinci dégage 04 »

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 4 juin 2018 par dans Actualités des luttes, anticapitalisme, SOCIETE, SOLIDARITES.