NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Le SNES-FSU appelle au 9 octobre … sans mobiliser : pas assez de colère chez les profs ?

CAP 2022, moins 1 800 postes dans l’Education, Parcoursup

Le SNES-FSU appelle au 9 octobre … sans mobiliser : pas assez de colère chez les profs ?

Déjà inefficace et sans perspective sur la mobilisation contre Parcoursup, la stratégie du SNES-FSU, syndicat majoritaire chez les enseignants, est en passe de faire capituler le mouvement avant même qu’il n’ait été lancé. En effet, l’appel de la fédération à la mobilisation dans le cadre de la journée interprofessionnelle public-privé du 9 octobre n’est pas à la hauteur des faillites et des annonces du gouvernement dans l’éducation.

L’attaque est d’ampleur : échec patent de Parcoursup, réforme du lycée et du bac, suppression de 1800 postes pour 2019 (et combien dans les années à venir ?), gel du point d’indice et recours aux heures supplémentaires, rétablissement de la journée de carence… les raisons de la colère et de la mobilisation ne manquent pas pour dénoncer « l’école de le confiance » que Blanquer tente, tant bien que mal, de mettre sur pied. Pourquoi, malgré tout ce terreau, d’autant plus mobilisable que le gouvernement sort d’une séquence qui l’a profondément discrédité avec l’affaire Benalla et le départ de Hulot, le syndicat majoritaire chez les enseignants, le SNES-FSU, reste peu revendicatif.

Mis à part plusieurs initiatives locales dans les académies, l’ensemble des fédérations n’appellent pas à la grève. Le bureau national du SNES, quant à lui, n’appelle à la grève interprofessionnelle du 9 octobre que d’une manière timide sans mobiliser sur cette date autour d’une perspective de grève dure contre les réformes du gouvernement. Malgré la réussite en terme de mobilisation du 10 octobre 2017, il est pourtant aisé de savoir qu’une journée isolée de mobilisation reste sans écho face au gouvernement Macron.

Il faut dire que la stratégie de la Confédération FSU n’avait déjà pas été au beau fixe au printemps dernier. Qu’on se souvienne de la date du 22 mars où Bernadette Groison, secrétaire de la FSU, soutenait que « le statut des cheminots n’est pas le statut de la fonction publique » et appelait à un cortège séparé à Paris pour ne pas dissoudre les revendications de la fonction publique dans celles des cheminots. Aujourd’hui, force est de constater qu’après avoir mis à nu la SNCF, c’est au statut de la fonction publique que Macron veut s’attaquer. Le Comité d’action publique 2022 avait pourtant clairement annoncé la couleur avec ses 120 000 postes de fonctionnaires en moins et son recours accru aux contractuels…

Mais la date du 19 avril n’avait pas d’avantage fait recette : un timide soutient à la journée d’action mais pas d’appel clair alors même que l’entrée dans l’arène des cheminots le 22 mars lançait un mouvement d’AG sans équivalent depuis des années sur les facs. Que dire de la [date du 22 mai ?6>http://www.revolutionpermanente.fr/Journee-de-mobilisation-le-22-mai-dans-la-Fonction-Publique-Mais-a-quoi-jouent-les-syndicats]. Deux mois après celle de mars et quasiment à la veille des vacances, elle ne pouvait pas convaincre d’autant plus qu’elle ne coïncidait pas avec une mobilisation cheminote. Cette stratégie de l’isolement corporatiste allant à l’encontre de la convergence contre la casse du service publique a déjà amplement fait ses preuves : parcoursup est passé sans encombre et la réforme du lycée commence doucement mais sûrement à s’imposer dans les établissements et les esprits.

Aussi, contre tout défaitisme et suite à la saignée dans les postes annoncée par Blanquer , il est plus que jamais nécessaire qu’un appel unitaire voit le jour pour construire un mouvement contre Macron et son monde. Le manque d’unité dans l’appel à la grève du 9 octobre qui ne regroupe pas l’ensemble des fédérations mais également le manque de perspective dans les modalités de poursuite de la grève ont tout d’un manque de résolution à porter une grève d’ampleur contre la casse du service publique d’éducation par le gouvernement.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 20 septembre 2018 par dans Actualités des luttes, anticapitalisme, ENSEIGNEMENT, syndicats.