NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Gilets jaunes : 4.300 personnes mobilisées dans le Loiret, six interpellations

En place depuis le matin, les gilets jaunes du Loiret mènent plus d’une dizaine d’actions dans le département. La situation en direct.

Ce samedi 17 novembre 2018, les « gilets jaunes » protestent contre la hausse du prix du carburant en bloquant les principaux axes routiers. Le point sur la situation dans le Loiret.

L’essentiel

  • 300 personnes sont mobilisées dans le Loiret.
  • À Villemandeur, un conducteur excédé par les ralentissements a renversé un manifestant, vers 10 heures. Le conducteur a été interpellé par la police, le « gilet jaune » a lui été transporté pour examen à l’hôpital. Il n’est que légèrement blessé. Cinq autres interpellations ont eu lieu.
  • 36 actions ont été repertoriées dans le département. Elles prennent des formes différentes : blocage, barrage filtrant, péage gratuit, opération escargot.

Région: 20 000 manifestants jaunes de colère

samedi, 17 novembre 2018

Ce samedi 17 novembre, des centaines de milliers de manifestants sont descendus dans les rues, dont plus de 20 000 en région Centre-Val de Loire, pour protester contre la hausse des taxes sur les prix des carburants. En arborant des gilets jaunes et en bloquant des accès importants, et sans donner d’échéance à leur mouvement.

 

A Châteauroux (Indre).

Ils étaient plus de 20 000 manifestants ce samedi 17 avril, en région Centre Val de Loire, selon les chiffres officiels, à porter le gilet jaune pour protester contre l’augmentation des taxes sur le carburant, parmi les plus de 250 000 comptabilisés au niveau national.

Dans le Loiret, pour 36 lieux notés en fin de journée, le point de rendez-vous principal était l’entrée nord de la métropole orléanaise, à Cap Saran, où les quelques dizaines du matin se retrouvèrent à plus d’un millier en fin de journée. Pas de « barbecue solidaire » place du Martroi où devant la Cathédrale, comme initialement annoncé, mais un blocage des 4 ponts permettant l’accès à la capitale régionale, principalement au Pont Thinat et au pont de l’Europe.

Dans l’Indre, une quinzaine de points d’actions étaient notés, le principal étant Déols, au nord de Châteauroux, où on comptait plusieurs milliers de participants pour bloquer l’autoroute. A 15 h, la préfecture mettait en place un numéro à destination du grand public : ” une cellule d’information du public est ouverte à la préfecture à destination du public concerné par le mouvement social de ce jour. Le numéro est le 0254295034. “

Dans le Cher, 27 points d’action étaient recensés, dont 9 barrages bloquants. A Vierzon, un manifestant a été blessé par un automobiliste excédé, blessé à la hanche, et transporté à l’hôpital.

Dans le Loir et Cher, la préfecture en recensait plus de 3000 sur 16 points de blocages différents. Divers comportements des plus dangereux (demi la circulation, barrages forcés, etc) sont constatés. « Trois blessés sont malheureusement d’ores et déjà à déplorer en fin de journée »,indiquait-on en préfecture, en précisant que « Les consignes données aux forces de l’ordre pour constater toutes les infractions commises par des conducteurs ou des manifestants ont été renforcées. Le Parquet sera saisi ».

En Indre et Loire,  40 points de blocage étaient répertoriés à travers le département, mobilisant ainsi 1500 véhicules de manifestants… et 3 chevaux, leurs cavaliers ayant décidé de bloquer un rond-point entre Tours et Loches. A l’issue de la journée, les forces de police ont procédé à 17 interpellations, principalement des personnes étrangères aux gilets jaunes, au visage dissimulé, et parfois armés. En fin de journée, il ne restait plus que 15 points de blocages dans le département.

La mobilisation ne semblait pas faiblir sur certains points à 20h ce samedi 17 novembre, notamment à Déols, ou sur Orléans, à Cap Saran et au Pont de l’Europe. Certains manifestant expliquant même qu’ils voulaient tenir au moins jusqu’à lundi, pour faire jonction avec le mouvement enclenché par les chauffeurs routiers, pour une durée illimitée.

Affichant en signe de solidarité (ironique) sur les réseaux web une photo de la reine Elisabeth d’Angleterre, habillée tout en jaune, certains notaient avec le sourire que ce samedi 17 novembre était le jour de la Ste Elisabeth, « patronne des femmes enceintes », selon le calendrier chrétien. Il semble que c’était aussi le jour de l’accouchement d’une colère populaire latente depuis longtemps, comme l’affirmaient quelques slogans arborés à certains points de blocages. Et nul de semblait être capable de dire comment cela continuerait.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 18 novembre 2018 par dans Actualités des luttes, anticapitalisme, POUVOIR D'ACHAT.