NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Une quarantaine de salariés en grève devant l’usine Magri à Thignonville

Une quarantaine de salariés de l’usine Magri à Thignonville ont répondu ce vendredi 3 mai à l’appel à la grève lancé par la CGT. Parmi leurs revendications, le manque d’effectifs et de reconnaissance salariale.

Ce vendredi 3 mai au matin, à Thignonville, dans le Pithiverais, une quarantaine de salariés de production se sont rassemblés devant les grilles de l’usine Magri. À l’appel de la CGT, une grève a été lancée. Les employés comptent tenir un piquet de grève toute la journée, mais n’ont pas bloqué l’entrée du site.

L’entreprise de menuiserie, qui fabrique des portes stratifiées pour les bureaux, les hôpitaux aussi bien que pour les prisons et les écoles, emploie environ 130 salariés. Elle appartient au groupe Keyor. Déjà, l’an dernier, un débrayage avait eu lieu dans cette usine.

« On a une forte charge de travail et en parallèle une baisse de personnel. On a nous a enlevé vingt intérimaires », indiquent plusieurs représentants du personnel. « Les cadences ne sont plus les mêmes depuis la rentrée de septembre. »

Les revendications

Au-delà des conditions de travail, ils pointent du doigt l’augmentation générale de 0,5% proposée par la direction, dans le cadre des NAO, les négociations annuelles obligatoires. « On a eu une première réunion le 9 avril, puis une seconde le 29. On a demandé une augmentation générale de 2,5%. Mais la porte est fermée du côté de la direction », souligne Driss Bellahrache, de la CGT. « Il y a vraiment un ras-le-bol chez les salariés. Aussi bien en raison du manque d’effectifs que du manque de respect envers les salariés. »

« On ne peut pas continuer à travailler aussi fort, les jours fériés, le samedi, près de 39 heures dans la semaine, et n’avoir aucune reconnaissance », ajoute Gaetan Laroye. Les syndicalistes dénoncent aussi une prime de participation en baisse. « On ne peut pas nous dire qu’il n’y a pas d’argent quand on voit qu’un nouveau bâtiment, Magri 3, est en train d’être construit », s’insurgent des membres de la CGT.

Dans son tract, le syndicat réclame aussi une augmentation des tickets restaurant et de la prime de transport.

La République du Centre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s