NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Tlemcen : « Tous pour une république, non à un Etat militaire ! »

17 mai 2019.

Les vendredis se suivent, mais ne se ressemblent pas à Tlemcen. Si la mobilisation et la détermination populaires sont ancrées dans les mœurs depuis le 28 février dernier, la population a gagné en maturité politique.

Aujourd’hui,  ni le jeûne, ni la chaleur n’ont dissuadé les manifestants,  sortis avec des slogans clairs, principalement celui adressé à Gaïd Salah sans le nommer .

« Nous voulons un Etat civil, non à un Etat militaire ! » « Y a pas de Sissi, c‘est l’Algérie ! » et d’exprimer leur entêtement à occuper la rue tant qu’il faudra pour « virer » le régime et ses tentacules « On jure qu’on en aura pas marre, dégagez ! » « Il n’y aura pas d’élection avec la mafia ! »

Et comme tous les vendredis, on a eu droit à des innovations où le citoyen donne libre court à son imagination pour exprimer sa colère, son ras le bol d’un pouvoir qui s’obstine à se maintenir.  Une image émouvante et fortement expressive représenté par un vieil homme, enchaîné et criant, de l’intérieur d’une guérite de police, « Vous avec dilapidé le pays, espèce de voleurs ! Pilleurs, dégagez ! »

Suivant l’itinéraire habituel, adopté depuis la première manifestation, le 22 février, les manifestants, comme un pèlerinage, ne pouvaient ne pas marquer un ton d’arrête face au siège de la wilaya, antre de l’injustice, des affaires louches, le symbole du régime bouteflikiste maudit « Wali, dégage ! dégage ! dégage ! »

Maghnia, deuxième ville de la wilaya, avec ses 240 000 habitants, résiste à son tour et affiche clairement ses revendications contre le « remplacement d’un régime civil pourri, contre un régime militaire, synonyme de dictature » « On n’a pas besoin de véhicules de moins de 3 ans, on veut que vous partiez tous ! ».

Une population frontalière longtemps brimée qui a recouvré son droit à la parole sans peur de représailles du clan mafieux…

manifestations-poursuivent-algerie-fond-limogeages-symboles-regime-bouteflika-dechu-arrestations

 

Conférence nationale de la société civile… le travail avance

 

Le collectif de la société civile ambitionne et table sur son projet de conférence nationale de transition. Demain, samedi, une rencontre de préparation avec la Confédération des syndicats autonomes est programmée. Des rencontres entre les différentes dynamiques pour aller vers une rencontre unitaire et plus large. Une autre est aussi programmée par le forum civil. Une feuille de route pour la sortie de crise est en élaboration. Débrief d’un projet d’une conférence nationale de la société civile.

Il s’agit d’une initiative de la société civile qui a commencé à se réunir dès le 27 février, soit seulement cinq jours après la première marche de manifestation du 22 février 2019. Tout au début du hirak, les initiateurs étaient plutôt interpellés et surtout concernés par les revendications de changement. Une première proposition de sortie de crise pacifique a été faite et discutée le 18 mars, au nom du collectif qui regroupe des organisations des droits humains, des femmes, des jeunes, des associations de familles de disparus,de l’immigration et des syndicats (la LADDH, LADH, RAJ, SOS Disparus, Djazairouna), beaucoup d’autres collectifs ont vu leur création dans le mouvement populaire). Une proposition qui est soumis à débat.

Puis, deuxième étape : des consultations avec des partis politiques étaient lancées. La proposition de sortie de crise est très débattue mais reste ouverte à toute discussion. Le collectif de la société civile regroupe une trentaine d’associations qui se réunissent régulièrement à Alger pour affiner leur feuille de route et la proposer à l’ensemble de la classe politique et de la société civile.

L’objectif premier pour le collectif est de dégager un large consensus dans la société en rupture avec le système et pour une transition démocratique vers la nouvelle République. Face aux multiples propositions de feuilles de route, le collectif s’est dit qu’il est capital d’aller vers un moment où il faut trouver des convergences. C’est dans ce sens que ce collectif a lancé le 27 avril dernier l’idée de la Conférence nationale de la société civile pour le changement démocratique.

Au terme de nos concertations avec les autres dynamiques, au-delà de quelques divergences, on a estimé qu’on peut se retrouver, tous ensemble dans un même espace. Une idée qui a été favorablement accueillie par la société civile, et on a déjà commencé à travailler dessus avec deux autres dynamiques, à savoir la Confédération des syndicats autonomes (CSA) et le forum civil pour le changement (NADA, Sidra, Nass El khir).

D’ailleurs une rencontre est prévue demain à Alger par le forum civil à la salle des conférences de l’Association de sauvegarde de La Casbah à 14h. Quelque 150 participants sont attendus. Ils débattront du processus de la conférence nationale. Il est question aussi de discuter de l’élaboration d’une feuille de route politique pour le changement et la transition démocratique. L’objectif est d’aller vers un large consensus et une feuille de route consensuelle.

Le collectif ambitionne d’aller vers des jonctions avec toutes les dynamiques. Il s’agit d’une démarche inclusive et ouverte, pour faire émerger une opinion majoritaire autour de la transition et des valeurs fondamentales de la démocratie, les droits humains, la plénitude citoyenne, la diversité et le vivre-ensemble.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 22 mai 2019 par dans Actualités des luttes, ALGERIE, anticapitalisme, DEMOCRATIE.