NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Algérie: Sidi Saïd quitte la direction de l’UGTA

Le secrétaire général de l’union général des travailleurs algériens (UGTA), Abdelmadjid Sidi Saïd a annoncé ce 21 juin qu’il n’était pas candidat pour un nouveau bail à la tête de la centrale syndicale. Cette annonce intervient, alors que l’UGTA tient son Congrès extraordinaire pour l’élection d’un nouveau SG.

  1. Sidi Saïd, qui dirige le premier syndicat du pays depuis 1997, fait face depuis la démission de l’ancien président Bouteflika à un vaste mouvement de contestation interne réclamant son départ. De nombreuses manifestations ont lieu hebdomadairement devant le siège de la centrale syndicale pour demander son limogeage.

Le SG de l’UGTA a été l’un des plus fervent soutien au président Bouteflika durant vingt ans. Il était avant le déclenchement du mouvement populaire du 22 février, un ardent défenseur pour un 5ème mandat du président Bouteflika.

Le mandat actuel prendra fin le 10 janvier 2020, toutefois le secrétariat national a décidé d’avancer la date de l’organisation du 13e congrès de l’UGTA”, en marge d’une précédente réunion de coordination regroupant les membres du comité exécutif national de l’UGTA.

Ce 13 ème congrès se tient, en effet, ce  21 juin à la salle Abdelatif Rahal du palais des congrès vibrera au rythme des travaux du 13e congrès de l’UGTA dont l’ordre du jour prévoit l’élection de la nouvelle direction de la Centrale syndicale.

Quelque 800 délégués, venant des 48 wilayas prennent part, deux jours durant, aux assises organisées sous le slogan “justice sociale-paix-solidarité”, et qui sera sanctionné par une série de recommandations et de résolutions qui feront office de feuille de route pour l’activité de l’union pour le prochain mandat, a-t-on annoncé.

Il y a à noter le boycott de quatre wilayas en protestation à la tenue, en marge des préparatifs, de conclaves par le SG sortant afin, dit-on, de court-circuiter un congrès qui se préparait déjà à l’ombre du soulèvement populaire du 22 février et au rythme des manifestations anti Sidi Said.

Les congressistes s’attèleront sur “l’étude des principales questions enregistrées entre les 12e et 13e mandats pour  “relever les points forts et faibles des activités de l’union”.

Les préparatifs du 13 congrès de l’union ont débuté en avril dernier à travers la tenue de congrès régionaux des wilayas de l’Est, du sud, de l’ouest et du centre pour examiner le projet préliminaire relatif aux textes juridiques, notamment les statuts et le règlement intérieur de l’union pour le soumettre au congrès pour débat, enrichissement et adoption.

Abdelmadjid Sidi-Saïd a annoncé officiellement son départ de son poste de secrétaire général de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), ce vendredi 21 juin, lors de son discours inaugural du 13e congrès de la centrale syndicale. 

Le désormais ex-secrétaire général de l’UGTA a annoncé dans son discours inaugural de 13e congrès de l’ex-syndicat unique, devant quelque 800 délégués dont les responsables de près de 30 fédérations de différents secteurs professionnels, qu’il « ne briguera pas un nouveau mandat ». Cette décision, il faut le rappeler a été annoncée, en avril dernier, suite au grand mouvement de contestation interne auquel Sid Said faisait face.

Le retrait de l’homme fort qui a régné sans partage sur l’UGTA  22 ans durant, ouvrira la voie à l’élection d’un nouveau SG et d’une nouvelle direction au terme des travaux de ce congres ordinaire, prévu le samedi 22 juin. Selon certaines sources, c’est le responsable de l’Antenne d’Alger Amar Taghzout qui est pressenti pour succéder à Sidi Saïd à la tête de l’UGTA.

Un secrétaire général fortement contesté

Abdelmadjid Sidi Saïd qui dirige l’UGTA depuis 1997, est fortement contesté par les travailleurs salariés, pour sa proximité avérée avec le cercle de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika.

Depuis le début de mouvement populaire, la contestation s’est intensifié contre Sid Said et la direction actuelle. Les protestataires ont lancé depuis quelques mois, le mouvement de réappropriation de la Centrale syndicale par les travailleurs, à travers plusieurs wilayas de l’Algérie. Les frondeurs ont organisé également, une campagne de recueil d’un million de signatures auprès des syndicalistes et par Internet pour « exiger le départ de Sidi-Saïd” et la “restitution de l’UGTA aux travailleurs ».

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 22 juin 2019 par dans ALGERIE, anticapitalisme, syndicats.