NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Le blé du Loiret : un tas de fric pour les capitalistes de la filière mais toujours plus de pesticides et de glyphosate !

Chaque année le Loiret produit plus d’un million de tonnes de céréales, dont une bonne partie voyage à travers la France ou le monde. Cette culture intensive a des conséquences environnementales non-négligeables.

 

Des boulangeries de la rue Didouche Mourad à Alger, aux buns de McDonald’s, les céréales – en particulier le blé – made in Loiret se vendent hors du département et de France comme des petits pains.

En 2017, la production totale de céréales a dépassé les 1,6 million de tonnes, dont la moitié en blé (tendre et dur confondus). Si elle est une source de revenus pour le département, l’empreinte carbone que génère la culture intensive reste préoccupante.

Ainsi, en 2017, le Loiret a importé plus de 721 tonnes de pesticides, dont 110 tonnes de glyphosate, selon un rapport de l’association « Générations futures ». Un chiffre encore plus éloquent : la seule production de blé tendre a engendré 296 tonnes de CO2 la même année.

Et dans 20 ans ?

« Neutralité carbone d’ici 2050 » : si cet objectif ambitieux n’a pas abouti à un accord européen, jeudi 20 juin à Bruxelles, il reste l’une des priorités du gouvernement français. Le Loiret et ses exploitants agricoles, notamment ceux du secteur céréalier qui pratiquent la culture intensive, ne peuvent l’ignorer.

Comment y parvenir ? Plusieurs pistes peuvent être envisagées, les agriculteurs attendant « des solutions, pas des interdictions », rappelait jeudi 20 juin dans les colonnes de La République du Centre Cédric Benoist, président de la Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles (FDSEA) dans le Loiret.

De l’agriculture biologique à la permaculture, en passant par différentes chartes et filières dites « écoresponsables », le champ du possible reste large. En attendant, l’agriculture intensive continue de faire son blé et nous à « pisser » du glyphosate !

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 23 juin 2019 par dans AFFAIRES, AGRICULTURE, anticapitalisme, FRANCE, GLYPHOSATE.