NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Un rapport parlementaire dresse un bilan alarmant de l’état des ponts en France

Au moins 10 % des ouvrages d’art du pays « posent des problèmes de sécurité », selon ces sénateurs.

Quel est l’état des ponts en France ? Des sénateurs se sont penchés sur cette question aussitôt après la catastrophe de Gênes du 14 août dernier, qui avait Europe 1 ont dévoilé des extraits, est alarmant.

Premier constat, le nombre total d’ouvrages d’art en France n’est pas précisément connu, variant entre 200 000 et 250 000. « On pense tous aux grands ponts mais il y a en France environ 200 000 ponts pour 1 million de kilomètres de route. Donc tous les 5 km vous en avez un », nous indiquait en août dernier Christian Tridon, président du Syndicat des entrepreneurs spécialistes de travaux de réparation et renforcement de structures (Strres).

Au moins 25 000 ponts concernés

Sur ce total, les sénateurs estiment qu’« au moins 25 000 ponts sont en mauvais état structurel et posent des problèmes de sécurité et de disponibilité pour les usagers », soit au minimum 10 % du total. « C’est un chiffre surprenant, et tout à fait inquiétant. Le pire étant dans les communes où parfois on ne connaît même pas le nombre de ponts et a fortiori leur état », a indiqué ce jeudi sur Europe 1 le sénateur Hervé Maurey, président de cette mission d’information dédiée à la sécurité des ponts.

En France, 25.000 ponts seraient « en mauvais état structurel » et poseraient des problèmes de sécurité, alerte @HMaurey.@nikosaliagas#europe1pic.twitter.com/0phFVBEtWd

— Europe 1 (@Europe1) 27 juin 2019

Dans un autre rapport commandé par le gouvernement et rendu l’an dernier, deux cabinets d’infrastructures suisses avaient estimé de leur côté que 7 % des 12 000 ponts que compte le réseau national présentaient « à terme un risque d’effondrement ».

Quel est l’état des ponts en France ? Des sénateurs se sont penchés sur cette question aussitôt après la catastrophe de Gênes du 14 août dernier, qui avait causé la mort de 43 personnes. Leur rapport, qui sera rendu public ce jeudi et dont l’AFP et Europe 1 ont dévoilé des extraits, est alarmant.

Premier constat, le nombre total d’ouvrages d’art en France n’est pas précisément connu, variant entre 200 000 et 250 000. « On pense tous aux grands ponts mais il y a en France environ 200 000 ponts pour 1 million de kilomètres de route. Donc tous les 5 km vous en avez un », nous indiquait en août dernier Christian Tridon, président du Syndicat des entrepreneurs spécialistes de travaux de réparation et renforcement de structures (Strres).

Au moins 25 000 ponts concernés

Sur ce total, les sénateurs estiment qu’« au moins 25 000 ponts sont en mauvais état structurel et posent des problèmes de sécurité et de disponibilité pour les usagers », soit au minimum 10 % du total. « C’est un chiffre surprenant, et tout à fait inquiétant. Le pire étant dans les communes où parfois on ne connaît même pas le nombre de ponts et a fortiori leur état », a indiqué ce jeudi sur Europe 1 le sénateur Hervé Maurey, président de cette mission d’information dédiée à la sécurité des ponts.

Dans un autre rapport commandé par le gouvernement et rendu l’an dernier, deux cabinets d’infrastructures suisses avaient estimé de leur côté que 7 % des 12 000 ponts que compte le réseau national présentaient « à terme un risque d’effondrement ».

Les sénateurs appellent donc à l’équivalent d’un « plan Marshall » pour rénover les ponts. Ils appellent l’Etat à consacrer 120 millions d’euros chaque année pour l’entretien de ses ouvrages d’art, soit presque trois fois plus que la moyenne sur les dernières années.

Les deux cabinets d’études suisses avaient chiffré eux à un milliard d’euros en moyenne chaque année jusqu’en 2037 les investissements nécessaires pour éviter des « risques inacceptables » de ruptures de ponts.

ponts à travaux

Soutenir les collectivités locales

Autre proposition des sénateurs : la création d’un fonds d’aide aux collectivités locales, qui serait doté de 130 millions d’euros par an pendant dix ans, soit 1,3 milliard d’euros au total. Car ce sont bien ces collectivités qui ont en charge la grande majorité des ouvrages (environ 170 000), situés sur des routes départementales ou de campagne. Ils sont gérés directement par les Directions interrégionales de l’équipement (DDE) et non par l’Etat.

« Avant, il y avait partout une DDE avec un ingénieur en chef des ponts et chaussées et toute une équipe. Mais aujourd’hui ces directions interrégionales ont beaucoup moins de moyens et beaucoup de collectivités doivent passer par des sociétés privées, ce qui coûte plus cher qu’avant », s’alarmait il y a quelques mois auprès du Parisien Michel Virlogeux, ingénieur des ponts et chaussées qui a notamment conçu le Viaduc de Millau.

Les sénateurs, qui ont auditionné notamment plusieurs centaines d’élus locaux, souhaitent également que les collectivités les plus grandes aident les plus petites. Ce qui pourrait passer, par exemple, par la mutualisation de la gestion des ponts à un niveau départemental.

« Si par malheur le gouvernement ne fait rien… »

Le gouvernement assure être conscient de l’état de certains ponts, et avoir déjà augmenté ses investissements à travers la loi Mobilité récemment votée. Les ouvrages considérés comme dangereux « sont sous surveillance renforcée, avec des capteurs et des tournées d’inspection beaucoup plus fréquentes. Et si jamais on estime qu’il y a un danger pour la sécurité, on impose une restriction de vitesse ou de poids sans attendre », nous assurait en août le cabinet de la ministre des Transports, Elisabeth Borne.

Qu’adviendra-t-il de ce nouveau rapport ? Selon Hervé Maurey, « le gouvernement serait bien inspiré de suivre nos préconisations. Dès lors qu’on a montré qu’il y avait ce risque, si par malheur le gouvernement ne fait rien et qu’il devait arriver une catastrophe, il expose les Françaises et les Français. »

Et demain on enterre ce rapport !

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 29 juin 2019 par dans AFFAIRES, anticapitalisme, AUSTERITE, économie, BUDGET, DEPUTES, FRANCE.