NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Grève des facteurs de Tulle : la direction a fermé le centre courrier. 27 ième jour de grève à La Poste de Tulle !

Le 25 juillet, la direction de la Poste promettait la réouverture des négociations sous réserve de la levée du blocage du centre de tri.  Les grévistes et le collectif des usagers ont joué le jeu. C’était une chance inespérée offerte à la direction de restaurer un minimum de dialogue, après plusieurs promesses verbales non tenue ces derniers jours. La direction n’a pas saisi sa chance.

 

Rappelons que plus de 50% des 45 facteurs et factrices titulaires sont en grève depuis 24 jours, soutenus de plus par plusieurs de leurs collègues qui ont abondé la caisse de grève. Par ailleurs, la pétition de soutien des usagers approche les 2000 signatures et la caisse de grève se remplit régulièrement.

 

Dès l’aube du 26 juillet, les camionnettes conduites en majorité par les cadres, les saisonniers et les CDD sont sorties bourrées de courrier, pendant que les tullistes se pressaient pour retirer directement le leur, signant en grand nombre la pétition de soutien.

 

Nous avons laissé faire. Une nouvelle réunion de négociation se tenait dans le même temps avec 3 cadres locaux de l’entreprise. A midi, peu d’avancées, une direction parlant de 3 voix discordantes, mais la promesse de se revoir à 13H30.

 

Et là, fin immédiate de non recevoir, sans aucun motif. Réunis en AG, les factrices et facteurs ont immédiatement décidé d’appeler leurs soutiens à re bloquer le centre de tri dès le lendemain.

 

Nous ne cèderons pas. La direction porte l’entière responsabilité du chaos qui va se prolonger. Nous dénonçons ces petits chefs arrogants aux ordres d’une direction qui cherche à faire un exemple. La « plaque » de Tulle est une des dernières en France à refuser certaines formes particulièrement régressives d’organisation du travail. S’il était besoin d’une nouvelle preuve, après la formidable grève de 15 mois menées dans le 92, nous sommes face à un patronat de combat, face à l’Etat actionnaire encore majoritaire de l’entreprise.

 

Que les indifférents et celles et ceux qui se rendent au travail le comprennent bien: les grévistes soutenus par la CGT et SUD se battent pour toutes et tous. Bien entendu pour des conditions de travail décentes, mais aussi pour l’emploi et un service public de qualité.

 

Les pratiques de la direction pendant cette grève annoncent le futur de La Poste et du monde de Macron si nous les laissons faire: proposition aux communes de livrer le courrier en bloc à la mairie, menaces aux grévistes par huissier, atteinte au droit de grève par jugement en référé du tribunal, pression sur les précaires pour en faire des briseurs de grève, menaces de sanctions pour les grévistes.

 

Cette grève est emblématique et quelle que soit son issue, mais nous allons gagner, elle va marquer l’histoire du mouvement ouvrier, ici, en Corrèze. Chaque matin, des dizaines de personnes se relaient, passent sur le piquet, apportent les croissants, boivent le café ensemble, s’embrassent. Des travailleurs de la santé, du centre d’appel de Tellis, notre bagne industriel local; des commerçants nous accueillent, nous soutiennent sur les marchés (on les connait maintenant et on saura renvoyer l’ascenseur). Il se passe quelque chose. Cela s’appelle la solidarité. Cette solidarité est la clé de notre victoire.

 

C’est tout l’opposé de ce que veulent nous imposer les mangeurs de homard; un monde du chacun pour soi, des retraites « par points » et « capitalisation » . Il suffisait de voir ce matin la tête de responsables du RN-FN venus chercher leur courrier. Nos ennemis sont là. Ceux qui veulent nous imposer leur monde caniculaire, pollué, violent, répressif. Ce monde qu’un Castaner salue en décorant les policiers responsables des violence intolérables contre le gilets jaunes, les jeunes des banlieues. Ces policiers certainement responsables entre autres de la mort de Steve à Nantes ou de celle d’ADAMA TROAORE dans le 95, des centaines de blessés, d’éborgnés et d’amputés ces derniers mois.

 

Non, ce tableau n’est pas catastrophiste, c’est la réalité d’aujourd’hui dans ce pays. Une réalité qui n’a rien de fatale, ni de définitive, si nous nous donnons la peine d’en prendre conscience et de la combattre.

 

Alors, salariés, retraités, chômeurs, militants, syndiqués ou non, gilets jaunes non contaminés par l’extrême droite, c’est à nous de prendre notre destin en main. Dès maintenant, soutenons massivement la grève courageuse des facteurs et factrices de Tulle.

 

 

NPA19

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s