NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

5 au 6 août 1965 Alain Madelin et Patrick Devedjian, voleurs détenteurs d’arme quand ils émargeaient à Occident !

Nous savons que ces 2 libéraux étaient des anciens d’Occident, mouvement d’extrême droite. N’hésitant pas à faire le coup de barres de fer contre des étudiants de gauche, sous prétexte de se prémunir du communisme.

Nous connaissons aussi leur « carrière », celle de Madelin se terminant dans des parts (actions) chez ce naze qui fait du buzz autour d’un site en promettant des distributions de fric et surtout (voir le Canard de la semaine dernière) dans des sites pornos payants (aux côtés de Messier et d’autres adeptes de la « liberté »).

Mais savez-vous que ces 2 personnages d’états ont aussi été des « jeunes dévoyés » ? Des vrais.

LU dans Le petit Varois, édition du 11 novembre 1965 :

« En correctionnelle : Deux jeunes dévoyés en vacances à la Croix Valmer avaient essoufflé la police… Un an de prison avec sursis et trois de mise à l’épreuve pour chacun d’eux

Draguignan (C.P.). — Audience peu chargée hier au tribunal de correctionnelle, une dizaine d’émetteurs de chèques sans provisions ont comparu à la barre ainsi qu’une bonne demi-douzaine d’inculpés pour outrage à la pudeur.

[…] Deux jeunes gens ont tenu la vedette à cette audience. Il s’agit des nommés Devedjian Patrick et Madelin Alain, étudiants à la Faculté de Droit de Paris, à qui le soleil a quelque peu tourné la tête alors qu’ils se trouvaient en vacances sur notre belle Côte d’Azur.

Dans la nuit du 5 au 6 août dernier, M. Voli, maire de la Croix-Valmer, surprenait deux individus qui tentaient de lui dérober de l’essence dans son véhicule. À sa vue, les deux voleurs prenaient la fuite abandonnant un véhicule Simca 1000 immatriculé 73 QT 83. Une embuscade était tendue par la police qui avait été alertée. 45 minutes plus tard, on tombait sur les deux hommes qui tentaient de mettre un véhicule en marche.

Si Madelin parvenait à être appréhendé, Devedjian par contre échappait aux poursuites malgré une tentative désespérée de M. Voli.

Mais comme tout a une fin, il était récupéré le lendemain matin dans un état lamentable, les pieds ensanglantés, les vêtements déchirés. ll demanda aux policiers de le ramener sur son bateau ancré à Cavalaire. Ceux-ci ne se firent pas prier pour le raccompagner d’autant plus que la perquisition effectuée sur le bateau devait s’avérer des plus fructueuses. On y trouva des pièces de voitures, un pistolet 6.35 garni de 5 cartouches, et des pièces d’identité appartenant à Mlle Castells Eliane.

Devant le magistrat instructeur, Devedjian niera toute participation aux vols d’essence, Madelin lui, reconnaît les faits qui lui sont reprochés et fait entrer dans la danse, à la place de Devedjian, un dénommé Gérard.

L’enquête déterminera bien vite tous les vols commis par les deux tristes sires :

* Vol d’une Simca 1000 à St-Cyr le 2 août 65,

* à Laréol le 19 juillet, vol d’un moteur de bateau,

* le 23 juillet vol à Villefranche-Laranguais de pièces d’identité,

* à la Croix-Valmer le 6 août d’avoir fait usage de fausses plaques d’immatriculation * et enfin à Cavalaire également le 6 août de détenir illégalement un pistolet 6.35. […] ».

C’était à une époque où la comparution immédiate n’existait pas… Quand nos deux « jeunes dévoyés » étudiaient à Assas et émargeaient à Occident…

Bien avant que Devedjian, devenu « Ministre chargé de la mise en œuvre du plan de relance », ne revienne dans le Var, plus précisément à la Seyne-sur-Mer, pour faire avec Nicolas Sarkozy le point sur la crise économique.

Tous ces flics autour du chef de l’État et de ses petits camarades… On pensait que c’était pour les protéger… Mais non : c’est pour établir un cordon sanitaire autour de Patrick et l’empêcher de faire des conneries.

Edmond K.

« Vol d’une Simca 1000, d’un moteur de bateau… »

Madelin est interpellé le soir même, Devedjian lui, parvient à s’enfuir Le lendemain, il est retrouvé « dans un état lamentable, les pieds ensanglantés, les vêtements déchirés ». Les policiers le ramènent sur son bateau, dans lequel ils retrouvent d’autres objets volés. Et font l’inventaire :
« Vol d’une Simca 1000 à St-Cyr le 2 août 65, à Laréol le 19 juillet, vol d’un moteur de bateau, le 23 juillet vol à Villefranche-Laranguais de pièces d’identité, à La Croix-Valmer le 6 août d’avoir fait usage de fausses plaques d’immatriculation et enfin à Cavalaire également le 6 août de détenir illégalement un pistolet 6.35. »

En 1965, Devedjian et Madelin ont 21 et 19 ans. Pas de quoi être fier, pas de quoi ruiner leur carrière politique non plus.

D’autant que des élements plus importants de leur passé sont largement connus. Patrick Devedjian, Alain Madelin et d’autres étaient membres d’Occident, mouvement d’extrême droite aux débordements de violence bien connus dans les années 60. A Rouen, en 1967, après une bagarre sur le campus de Rouen, plusieurs membres ont été interpellés, dont Gérard Longuet, Alain Madelin et Patrick Devedjian.

Mariani : « Qui n’a jamais volé un paquet de bonbons ? »

Alors pourquoi Vincent Peillon pointe-t-il soudainement les bêtises de jeunesse de ces deux anciens ? Il s’agit bien sûr d’une réponse aux attaques de l’UMP contre Ali Soumaré, la tête de liste PS dans le Val-d’Oise.

Cette riposte, mal orchestrée, semble avoir été inspirée par la mise en ligne par plusieurs blogs de l’article du Petit Varois. Au mois de décembre, Nice Matin y consacre un papier et publie une autre coupure de presse de l’époque pour prouver les faits. Thierry Mariani, candidat UMP aux régionales en PACA, sourit alors :

« C’est une connerie de jeune voilà tout. Qui n’a jamais volé un paquet de bonbons ? »

Paradoxalement, c’est sans doute la même idée qu’a voulu mettre en valeur Vincent Peillon en attaquant Madelin et Devedjian. Un exemple de ce que pourrait être le débat politique si l’on fouillait les passés judiciaires des uns et des autres, plutôt qu’une réelle mise en cause, puisqu’il n’ignore pas qu’Alain Madelin ne fait plus de politique.

Pour son avocat, Jean-Marc Fedida (qui tient un blog sur Rue89), la démarche est scandaleuse :

« D’abord, tout est faux. Ensuite, sur le plan des principes, c’est inacceptable ! Alain Madelin ne fait plus de politique, il n’est pas candidat aux régionales et le voilà adjoint à une polémique de campagne ! On est dans de la diffamation pure et simple. »

On peut rappeler les faits, pas les condamnations

Vincent Peillon peut-il être condamné ? Pour cela, il faudrait que la diffamation soit prouvée. Or, deux articles de la presse régionale datant de 1965 évoquent cette affaire. Un jugement a été prononcé. Les faits sont avérés.

Si leur condamnation a bien été amnistiée, Vincent Peillon est dans une position délicate. Faire référence à une condamnation amnistiée est assimilé à de la calomnie (article 133-11 du code pénal).

Alain Madelin a nié sa condamnation et nous a déclaré n’avoir « rien à dire » sur l’amnistie. Selon un spécialiste d’Occident, les deux jeunes hommes ont été amnistiés dans les années 60.

Basile Ader, avocat (de Rue89, notamment) spécialisé dans le droit des médias, rappelle que dans le cas d’une amnistie, le rappel des faits, et non de la condamnation, n’est pas passible de poursuites :

« Ils ont tort de poursuivre pour diffamation si les faits sont avérés et qu’un jugement peut être produit. En revanche, on ne peut pas évoquer une condamnation amnistiée. C’est un délit. On peut seulement évoquer les faits. »

Sur le plan politique, les condamnations viennent de toute part. Droite comme gauche protestent. Le PS pouvait faire bonne figure après les attaques injustes de l’UMP contre Soumaré, le voilà désormais accusé d’être sur le même terrain que la droite et de faire dans le débat de « caniveau », selon les termes de Laurent Fabius.

Autres articles de notre site sur les passerelles et complicités entre droite et extrême droite :

Michèle Alliot-Marie : le porte-parole du ministère de l’intérieur est un ancien militant d’extrême droite

Sarkozysme : « L’extrême-droite comme si vous y étiez » (par Serge Portelli, Nouvel Obs)

Patrick Buisson conseiller de Nicolas Sarkozy, ex d’extrême droite, porte plainte contre « Un petit prof de fac » ( Alain Garrigou)

Gérard Longuet, ex-Occident, devient président du groupe UMP au Sénat !

Sarkozy n’a aucune réaction à l’annonce de la mort de Pinochet

François Fillon définit l’identité nationale en se référant à l’Action Française, organisation fasciste !!!

Patrick Buisson, Maurras et Sarkozy

Aquitaine : l’extrême-droite avec Xavier Darcos

Vendôme sécurité : Comment Sarkozy finance les fachos (reconvertis ?)

Mario « Churrasco » Sandoval, membre du « Conseil sur la Défense » du président Sarkozy et ex-tortionnaire argentin (3 articles)

Patrick Buisson, conseiller très à droite du président Sarkozy (article de Télérama)

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 19 août 2019 par dans anticapitalisme, EXTREME DROITE, FRANCE, POLITICIENS/NES Capitalistes !.