NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

La moitié du personnel de la clinique Jeanne-d’Arc de Gien sur le départ ! Buzyn et l’ARS continuent la casse de la santé !

À la clinique Jeanne-d’Arc de Gien, sur 104 personnes en contrat à durée indéterminée, quarante-neuf choisissent de partir. Elles n’acceptent pas les conditions de reprise de l’établissement par le centre hospitalier régional d’Orléans. Quelles en seront les conséquences ?

Quarante-huit salariés ont signé le contrat proposé par le centre hospitalier régional d’Orléans (CHRO), quarante-neuf l’ont refusé, six n’ont pas donné leur réponse. Plus de la moitié des 104 salariés (*) en contrat à durée indéterminée de la clinique Jeanne-d’Arc de Gien, tous services confondus, souhaite partir, n’acceptant pas les conditions du protocole de reprise de l’activité de l’établissement par l’hôpital orléanais.

La situation est plus que tendue depuis le 9 juillet dernier, date à laquelle les employés ont entamé une grève illimitée, constatant qu’ils perdaient des avantages dont ils bénéficiaient dans le privé, notamment en terme de salaire, sans accéder à ceux de la fonction publique.

« Depuis le début, nous avons été clairs : il est difficile, pour nous, de rester dans de telles conditions. Nous ne pouvons pas tout accepter. Nous sommes prêts à faire des efforts, mais pas à n’importe quel prix. »

GUILLAUME MARIEN-FELDT (membre du comité social et économique et délégué syndical Force ouvrière)
Guillaume Marien-Feldt, membre du comité social et économique et délégué syndical Force ouvrière, qui travaille au service technique, a choisi de quitter la structure. Il évoque son cas personnel : « Je perdrais entre 300 € et 400 € par mois, sans compter les astreintes, soit un tiers de mon salaire annuel. »

Pour lui, qui comprend que le CHRO soit obligé de suivre la loi, « ce sont les salariés les plus lésés. Nous n’avons jamais demandé à être transférés du privé au public. »

Service public, à partir du 1er octobre, mais dans quelles conditions pour les patientEs et les personnels ! ?

Malgré cette hémorragie, la clinique Jeanne-d’Arc passera bien dans le giron de l’hôpital orléanais, à partir du mardi 1er octobre.

« La reprise aura lieu. L’Agence régionale de santé vient de signer la décision de transfert des autorisations d’activités de soins« , assure Olivier Boyer, directeur du centre hospitalier régional d’Orléans. Il précise avoir demandé à ses équipes de « regarder comment nous allons pouvoir faire ».

Les banderoles signalant le mécontentement du personnel de la clinique Jeanne-d’Arc sont toujours visibles à l’entrée de l’établissement.

Les salariés qui décident de s’en aller sont tenus d’exécuter un préavis d’un délai de deux mois. « La continuité des soins est donc assurée jusqu’au 1er décembre », souligne Olivier Boyer, qui espère toujours trouver un accord avec le personnel durant ce laps de temps. Si tel n’est pas le cas, alors, « nous devrons ajuster notre organisation, en fermant des lits provisoirement, par exemple », le temps de recruter de nouveaux employés.

Le bloc opératoire va-t-il être sacrifié ?

Une des problématiques reste le fonctionnement du bloc opératoire, mis à disposition du centre hospitalier giennois Pierre-Dézarnaulds. D’après les syndicats, la majorité des infirmières de ce service quitterait la clinique.

Le directeur de l’hôpital d’Orléans conçoit qu’il s’agit d’ »un sujet important car nous devons le faire fonctionner et assurer un système pérenne ».

Or, selon Ali Besli, délégué syndical CGT, « il sera difficile pour le CHRO de recruter rapidement autant de personnel soignant, qui doit avoir une formation spécifique ».

S’il se réjouit que la reprise de la clinique permette de « maintenir les urgences et la maternité », il affirme que « le but, à terme, est de ne faire que de l’ambulatoire. Toutes les grosses opérations se dérouleront à Orléans. La population locale sera donc pénalisée ».

(*) Un dernier contrat est en cours de négociation. Il devrait être signé.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 16 septembre 2019 par dans Actualités des luttes, anticapitalisme, HÔPITAL, LOIRET, santé.