NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

L’hôpital de Longué-Jumelles doit vivre et rester public !

L’hôpital public de Longué-Jumelles, surendetté, sera-t-il privatisé ? L’agence régionale de santé, en attente d’un feu vert de la ministre de la Santé, doit rendre sa décision sous peu. Hausse du prix des soins, perte de leur statut… Les fonctionnaires s’inquiètent et la CGT s’y oppose.
Un hôpital public qui pourrait être repris par le privé : une première qui augure le pire
L’histoire a débuté il y a trois ans par la construction d’un nouvel hôpital à la périphérie de la ville de Longué, entre Angers et Saumur, celui du centre-ville ayant été jugé hors norme. Depuis, le petit centre hospitalier (CHU) de Longué-Jumelles, 85 lits d’Ehpad, 30 lits de soins de suite et réadaptation (SSR) et 35 lits en unité de soins longue durée (USLD), est très lourdement endetté.

En 2018, il s’est fait épingler par la Cour des comptes, qui a pointé une durée de désendettement s’étalant sur 117 ans. À l’issue d’un « appel à repreneur » lancé en mars par le conseil départemental du Maine-et-Loire et l’agence régionale de santé (ARS) Pays de la Loire, un groupe privé qui gère déjà une soixantaine d’Ehpad s’est dit intéressé par le rachat.

L’hôpital public pourrait donc être privatisé, si le CHU d’Angers ne le reprend pas.
La réponse est entre les mains de l’ARS, qui devait trancher en juin mais se fait attendre, officiellement, en raison d’un « approfondissement de l’étude des deux offres déposées », officieusement, dans l’attente d’un feu vert de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, appelée à prendre une décision sur un dossier qui inquiète les syndicats et divise les élus locaux.

En attendant, l’inquiétude monte chez les 150 salariés, dont 80 sont des fonctionnaires. Ceux-ci craignent une hausse des tarifs, comme cela s’est déjà vu dans plusieurs Ehpad qui ont été privatisés ou sont en passe de l’être.

De quoi mettre en péril l’égalité d’accès aux soins. 40 % des usagers de Longué perçoivent en effet une aide du département pour payer leur séjour. Cela sera-t-il toujours le cas en cas de privatisation ?

Et qu’adviendra-t-il des 80 fonctionnaires hospitaliers ?

Le conseil départemental se veut rassurant : il n’y aura, dit-il, pas de licenciement, et ceux qui le souhaitent garderont leur statut de fonctionnaire, même en cas de privatisation. Cependant, aucune garantie n’est apportée.

Longué-Jumelles. L’hôpital qui coûte très cher et ne sert à rien…(sic !)

La Cour des comptes estime que l’hôpital de Longué-Jumelles n’est pas franchement utile. Elle préconise de ne garder qu’une maison de retraite. Et se montre très sévère sur la gestion .

 « Un établissement sous survie artificielle. » La Cour des comptes n’est pas tendre envers l’hôpital de Longué-Jumelles. Dans son rapport annuel, elle préconise sa fusion avec l’hôpital de Saumur, quite à ne garder qu’un Ehpad, un établissement d’hébergement de personnes âgées, à Longué-Jumelles.

Des lustres que la chambre régionale des comptes alerte sur la situation de Longué-Jumelles. Dont l’une des originalités est d’avoir commencé à construire un nouvel hôpital sans le moindre sou de financement…

En septembre, la chambre régionale est remontée au créneau. Pour constater que ses dernières recommandations n’avaient pas franchement été suivies d’effet, malgré une nouvelle direction.

Aujourd’hui, le dossier est remonté au niveau national. La Cour des comptes n’a pas plus d’indulgence que la chambre régionale.

Morceaux choisis. « Malgré les aides de l’agence régionale de santé, la situation de la trésorerie est critique et le déséquilibre économique est devenu structurellement irréversible. Les ratios d’endettement ont atteint un niveau insoutenable. »

Ou encore. « La facture finale de la reconstruction dépassera 26 millions d’euros, ce qui impactera nécessairement les prix de journée, lesquels seront plus élevés que les plafonds prévus pour cet établissement. »

Cerise sur le gâteau. « Les nouveaux locaux ne répondent pas de manière adéquate aux besoins et ne garantissent pas une meilleure prise en charge. En effet, leur coût d’entretien n’a pas été correctement anticipé, pas plus que l’impact de la nouvelle architecture sur les organisations de travail. »

Alors, pour éviter la fermeture totale, la Cour des comptes incite à ne conserver qu’une maison de retraite à Longué-Jumelles.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 12 novembre 2019 par dans anticapitalisme, FRANCE, GOUVERNEMENT, HÔPITAL, santé.