NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

La Honte : Polémique autour de l’allongement du congé suivant la perte d’un enfant !

Samedi, deux jours après le rejet par la majorité d’une proposition de loi visant à faire passer la durée de ce congé de 5 à 12 jours, Emmanuel Macron a « demandé au gouvernement de faire preuve d’humanité ». (sic !)

Les députés de la majorité prêts à  tout pour aider les patrons !

 « Douze jours, je pensais que ça passerait comme une lettre à la poste. » A l’image de François Ruffin, député de La France insoumise (LFI), de nombreux élus et personnalités publiques, issus de l’extrême gauche jusqu’au patronat, ont fait part de leur indignation à la suite du rejet par la majorité d’une proposition de loi UDI-Agir visant à porter de cinq à douze jours le congé donné aux parents après le décès d’un enfant.

Samedi 1er février, deux jours après le vote, Emmanuel Macron a « demandé au gouvernement de faire preuve d’humanité », a fait savoir l’Elysée. Muriel Pénicaud a reconnu le même jour que le gouvernement avait fait « une erreur » en s’opposant à cette proposition. « Face au deuil, il faut du soutien psychologique et nous allons le renforcer. Mais il faut aussi un temps de répit », a ajouté la ministre du travail, qui s’est engagée « à trouver dans les tout prochains jours les solutions » pour un allongement à 12 jours. Vendredi, une « concertation » avait été annoncée par Muriel Pénicaud et le secrétaire d’Etat chargé de la protection de l’enfance Adrien Taquet afin de « déterminer les mesures pertinentes de soutien aux parents en cas de perte d’un enfant, y compris une meilleure organisation des congés ».

« Pas à la hauteur pour reprendre pied » Car ça risque d’handicaper les entreprises !

Le vote sur la proposition de loi a eu lieu jeudi, son rapporteur, le député UDI-Agir Guy Bricout, jugeant que les cinq jours donnés actuellement ne sont « pas à la hauteur » pour « reprendre pied suite à la mort d’un enfant ». En réponse, Sereine Mauborgne (LRM) avait défendu la « possibilité pour l’employeur de créer un compte de don » de RTT par les collègues du salarié endeuillé. Comment donc, pas question d’augmenter encore le « coût du travail » (sic) ! De son côté, la ministre du travail avait aussi mis en avant que le texte tel qu’il était rédigé ne reposait pas sur la solidarité nationale, mais sur un congé « payé 100 % par l’entreprise ».

Ces propos ont soulevé l’indignation dans l’hémicycle. « On parle de la tragédie des tragédies », a lancé François Ruffin de La France insoumise, dénonçant une majorité « mesquine », tandis que le député de droite Pierre Cordier dénonçait une « honte ».

Vendredi matin, c’est le président du Medef lui-même, Geoffroy Roux de Bézieux, qui a demandé un nouveau vote en faveur des douze jours. « C’est une évidence et c’est lancé », a répondu dans un tweet M. Roux de Bézieux à l’ancienne présidente de l’organisation patronale Laurence Parisot, qui avait estimé un peu plus tôt que « le Medef s’honorerait à demander un nouveau vote de cette proposition ».

Chaque année en France, 4 500 enfants meurent avant d’avoir atteint la majorité.

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 2 février 2020 par dans Actualités des luttes, AFFAIRES, anticapitalisme, FRANCE, PARLEMENT, PATRONAT.