NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Le Raincy : la policière risque la révocation pour des posts Facebook anti-Israël

Une fonctionnaire du Raincy pourrait être exclue de la police. Le conseil de discipline lui reproche ses propos hostiles à Israël et à la politique française au Moyen-Orient tenus sur Facebook.

 

Le couperet est tombé mercredi. La commission disciplinaire de la préfecture de police de Paris a demandé la révocation d’une fonctionnaire de police du commissariat du Raincy. « Elle est ressortie brisée », confie l’un de ses collègues qui attendait lui aussi son tour.

Cette femme de 44 ans au grade de brigadier fait partie d es 106 policiers soupçonnés de radicalisation. Parmi eux soixante-seize officient en Ile-de-France.

Entre mars et août 2014, elle écrit sur Facebook un post hostile à Israël et critique sur la politique française au Proche-Orient. Dans un autre message, elle exprime sa sympathie envers les Palestiniens « La Palestine vivra, Palestine vaincra, inchallah ». Suite à une dénonciation, ses saillies lui valent en 2015, un rappel à la loi.

« Elle a reconnu les faits et s’en est excusée »

« Elle a reconnu sans ambiguïtés les faits et elle s’en est excusée, mais elle n’a jamais fait de prosélytisme et n’a jamais fait l’apologie de Daesh ou d’Al-Qaïda », souligne Me Achour, son avocat. D’ailleurs, elle continuera d’exercer dans les rangs de la police, au commissariat du Raincy.

Jusqu’à novembre 2019 où elle est frappée d’une mesure de suspension. « C’est une situation post Harpon », analyse l’avocat. Un mois plus tôt le 3 octobre, Michaël Harpon avait poignardé mortellement quatre fonctionnaires dans l’enceinte de la préfecture de police de Paris. Cet employé au bureau de la direction du renseignement et titulaire d’une habilitation secret-défense, était passé entre les mailles du filet. Le quadruple assassinat de policiers par l’un des leurs avait provoqué un profond traumatisme et questionné sur les failles de l’institution.

Le préfet de police Didier Lallement s’était fendu d’une note dans laquelle il invitait les policiers à signaler automatiquement les comportements suspects chez leurs collègues tels que « les changements physiques vestimentaires ou alimentaires, le refus de serrer la main du personnel féminin, un repli sur soi, le rejet de l’autorité, de la vie en collectivité ».

Dans ce contexte tendu, les « posts » de la fonctionnaire du Raincy ne tardent pas à remonter à la surface. La suspension est prononcée, suivra le conseil de discipline du 5 février pour « atteinte portée au crédit de la police nationale sur les réseaux sociaux ». Il sera question lors des débats d’un manquement à l’obligation de réserve et de sa loyauté envers l’Etat français.

« Du laxisme à la chasse aux sorcières »

« Pendant cinq ans on ne s’est pas posé cette question. Elle était toujours en poste et armée », s’émeut Me Achour. Il s’étonne aussi de l’antériorité des faits : « C’est un dossier qui dormait depuis 2015 à la préfecture de police et qui a été déterré », estime-t-il. Lors de cette audition à huis-clos « à aucun moment le mot de radicalisation n’a été prononcé ».

 

Et pour cause. « On ne peut pas révoquer pour radicalisation. Ce délit n’existe pas. Sinon le conseil constitutionnel opposerait la liberté de conscience ou religieuse. On utilise alors un motif disciplinaire comme une faute professionnelle », décrypte explique Eric Diard, député LR. Rapporteur d’une mission parlementaire sur la radicalisation dans les services publics en 2019, il déplore que l’on soit passé « du laxisme à la chasse aux sorcières ».

La policière du Raincy sera fixée sur son sort dans 4 à 6 mois, lorsque le ministre de l’Intérieur aura tranché. Me Daoud anticipe déjà un procès devant le tribunal administratif avec des questions à la clé : « Jusqu’où vont l’obligation de réserve et la liberté d’expression dans la sphère privée ? Même si ces propos sont outrageants, est-ce que cela justifie une révocation ? ».

Contactée, la préfecture de police n’a pas souhaité s’exprimer sur l’affaire.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s