NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Philippe Martinez : « Sur la réforme des retraites, rien n’est encore joué »

Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez assure dans La Croix que rien n’est encore joué dans le combat contre le projet de système universel des retraites. La CGT, qui peut faire preuve de « dogmatisme », doit mieux prendre en compte les nouvelles formes de travail.

  • Recueilli par Audrey Dufour,

La Croix : La CGT est clairement opposée au projet de réforme des retraites. Quelle serait votre alternative ?

Philippe Martinez : Notre projet est assez clair, contrairement à celui du gouvernement : améliorer le système actuel qui souffre de réformes qui ont affaibli les ressources dédiées à la Sécurité sociale. Il faut inverser cette tendance et rouvrir le robinet.

Pour financer un système de retraite plus solidaire, il faut d’abord être plus solidaire dans le travail. Régler le problème de l’inégalité salariale entre les femmes et hommes, par exemple, représenterait 6,5 milliards d’euros de cotisations supplémentaires. On pourrait aussi augmenter globalement les salaires, ce qui augmente naturellement les cotisations. Augmenter la masse salariale rien que de 1 % dans le privé, cela rapporte 3,6 milliards d’euros de cotisations sociales supplémentaires.

Peut-être faut-il aussi revoir les exonérations pour les employeurs sur les bas salaires. Les patrons ne payent pas de cotisations jusqu’à 1,6 fois le Smic, avec un double effet : pas de rentrée d’argent pour la Sécurité sociale et pas d’intérêt à vous augmenter pour rester sous le plafond. Il faut évaluer ce système, savoir s’il permet vraiment de créer de l’emploi.

Enfin, peut-être pourrait-on élargir l’assiette des cotisations, en intégrant les rémunérations aujourd’hui exonérées comme les primes d’intéressement et de performance, ou encore les transactions financières. Nous souhaitons aussi que tout le monde cotise de la même façon, quel que soit son revenu, et non pas dans la limite de plafonds comme le prévoit le projet de loi pour les hauts salaires.

Vous souhaitez aussi que les gens partent plus tôt à la retraite ?

  1. M. : L’âge légal doit être ramené à 60 ans. Attention cela ne veut pas dire un départ obligatoire à 60 ans ! La formule d’Ambroise Croizat (ministre du travail et de la sécurité sociale en 1945, NDLR) reste le meilleur symbole d’un système de retraite pour nous : « Je cotise selon mes moyens, je reçois selon mes besoins. »

La vraie question est celle de la répartition des richesses créées, et c’est un choix de société. Soit on considère que la protection sociale est un marqueur d’une société solidaire et fraternelle, soit on considère que c’est un coût. Ces deux conceptions s’opposent.

Siégerez-vous à la gouvernance du futur système s’il est mis en place ?

  1. M. : Le problème, c’est que le gouvernement veut une gouvernance où l’État a son mot à dire. Les cotisations, ce n’est pas l’argent de l’État. Elles sont liées au travail et appartiennent à ceux qui cotisent. Quand le gouvernement s’en mêle, c’est forcément pour réduire les dépenses, comme pour l’assurance-chômage. Cette future gouvernance aura toujours la pression de mesures économiques qui l’emporteront sur des mesures sociales.

Vous ne participerez donc pas ?

  1. M. : Vous avez une idée de comment se passera ce comité, vous ? Moi pas, et ce que j’en sais ne m’inspire pas confiance. Après, je ne décide pas tout seul et nous verrons le moment venu.

La mobilisation n’a pas vraiment pris dans le secteur privé. Quelles leçons en tirez-vous ?

  1. M. : Dire que le privé ne s’est pas mobilisé, c’est un point de vue… Dans l’agroalimentaire, 100 000 salariés font grève en moyenne à chaque journée d’action. Dans le commerce, certains font une heure de grève. Il y a des grèves. Pas au niveau où je le souhaiterais, mais il y en a. Après je comprends tous ceux qui n’arrivent pas à boucler leur fin de mois et pour qui une heure de grève, c’est un chariot moins rempli à la fin du mois.

La grève est-elle le bon outil pour combattre un projet ?

  1. M. : C’est l’un des meilleurs outils de mobilisation mais c’en est un parmi d’autres. Je suis agréablement surpris par ce qui se passe dans ce pays. J’étais à Perpignan récemment, 2 500 personnes ont défilé aux flambeaux dans les rues, c’était magnifique. Le lendemain à l’hôpital, des agents ont jeté leur blouse, tout cela est nouveau. Il y a une créativité et une originalité dans ce mouvement.

Ces dernières années, les mobilisations nationales ont rarement atteint leur but. Cela remet-il en question votre stratégie syndicale ?

  1. M. : Sur la réforme des retraites, rien n’est encore joué. Plus on avance, moins cette réforme est claire et les débats au Parlement sont loin d’être finis.

Sur la place du syndicalisme, il est vrai que le monde du travail change. Nous nous sommes intéressés à ceux qui avaient un contrat de travail, or de plus en plus de travailleurs n’en ont pas ! Nous avons pris du retard sur ce terrain. Nous sommes parfois un peu trop dogmatiques. Si nous sommes contre le travail du dimanche, cela ne doit pas nous empêcher de défendre ceux qui travaillent le dimanche. Je suis contre l’ubérisation mais elle existe et nous devons écouter ces travailleurs. Notre responsabilité en tant que syndicalistes est de nous occuper de toutes celles et tous ceux qui travaillent.

Il faut nous battre pour un syndicalisme de proximité. Dans la majorité des lieux où les syndicats sont présents, l’image des syndicalistes est meilleure et les droits des travailleurs, aussi. On ne peut pas passer notre vie avec des ministres, au risque de devenir soi-même une institution. L’essence de notre syndicalisme est d’être à côté des salariés et de les écouter pour connaître la réalité. Je dis souvent en interne : on a une bouche et deux oreilles, qu’est-ce qui doit servir deux fois plus ?

Le climat social vous semble-t-il plus tendu aujourd’hui ?

  1. M. : La situation se dégrade, à force de dénigrer les corps intermédiaires et de ne pas être à l’écoute. Le président de la République et la majorité ont une attitude méprisante. Je n’ai trouvé personne qui ait trouvé du boulot en traversant la rue ! Alors oui, une partie des salariés me disent : « T’es gentil, Martinez, avec tes grèves, mais il faut faire autre chose maintenant. » Certains en ont marre. Le respect et l’écoute sont dégradés. Mais ce n’est pas à moi de m’excuser, je ne suis pas à l’origine du mépris qui mène aux débordements.

Le « respect » et « l’écoute », cela vaut-il pour les militants de la CGT qui ont investi les locaux de la CFDT ?

  1. M. : Ce qui s’est passé à la CFDT est inacceptable. La condamnation a été claire. Ce genre d’actions ne correspond pas à ma vision de la démocratie. Je ne suis pas d’accord avec la CFDT ; ils ont le droit d’avoir un avis, même si je ne le partage pas.

————–

Le calendrier législatif

Mardi 11 février. Fin prévue de l’examen du projet de loi en commission spéciale à l’Assemblée nationale. Une journée supplémentaire pourrait toutefois être ajoutée.

Lundi 17 février. Début de l’examen du projet de loi en séance publique à l’Assemblée nationale. Faute de parvenir à passer en revue les quelque 21 000 amendements déposés en commission spéciale, c’est la version du texte du gouvernement qui devrait être débattue. Plusieurs syndicats appellent à une journée noire dans les transports.

Lundi 9 mars. L’Assemblée nationale suspend ses travaux pour deux semaines, autour des élections municipales.

Avant l’été. Le gouvernement espère un vote du projet de loi.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s