NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Compte rendu de l’Assemblée Générale de l’Education Ile de France du 19-03.

« Nos vies valent mieux que leurs profits ! »

 

L’Assemblée Générale Éducation Île-de-France du jeudi 19 mars s’est tenue pour la première fois en distanciel, par conférence téléphonique. Malgré cette nouveauté technique et le fait qu’elle ait été convoquée seulement deux heures avant par mail, une cinquantaine de collègues ont participé à l’AG, et ont exprimé leur enthousiasme de retrouver un cadre collectif d’organisation.

Elle a réuni des collègues de maternelle, d’élémentaire, de collège, de lycée GT et de lycée pro, des départements du 75, 77, 78, 92, 93, 94, 95, et notamment des communes de Torcy, Chelles, Conflans-Sainte-Honorine, Argenteuil, Garges, Saint-Denis, Montreuil, Pantin, Gennevilliers, Nanterre, Colombes, Paris, etc.

Dans beaucoup d’établissements, d’écoles ou circonscriptions, les collègues ont continué à discuter par différents biais (WhatsApp, téléphone…), mais dans la plupart des cas, cela n’a pas encore pris la forme de réunions ou d’AG organisées. Nous ne pouvons donc qu’inviter à organiser de telles réunions et AG à distance sur les établissements, écoles et circonscriptions (*).

La discussion a permis de faire le point sur les différentes situations concernant le télétravail, la « continuité pédagogique », et sur la garde des enfants de personnels soignants.

Dans le premier degré, des consignes totalement différentes sont données par circonscriptions.
Cependant, on note une tendance de plus en plus affichée à vouloir faire revenir les collègues sur les écoles pour faire distribuer des documents physiques aux élèves et aux parents, en totale contradiction avec toutes les mesures de précaution pour éviter la propagation de l’épidémie.
Sur la question de la garde des enfants de personnels soignants, le plus souvent, aucun matériel de protection n’est distribué aux collègues. Il est question maintenant de faire garder également les enfants de pompiers et de policiers, au risque de renforcer les effectifs d’élèves à garder et donc les risques de contamination.
De plus, il serait question maintenant de garder les enfants le week-end dans les écoles. Tous les collègues ont exprimé la nécessité de soutenir les personnels soignants et leurs revendications (moyens, lits, masques, gants, gel… : voir les communiqués des collectifs inter-urgences et inter-hôpitaux).

Dans le second degré, Blanquer et ses recteurs multiplient les déclarations tonitruantes, mais les collègues sont laissés dans l’abandon complet avec comme seul ultimatum d’assurer une « continuité pédagogique ».
Les pannes sur les ENT ont amené les collègues à se démultiplier sur de nombreuses plates-formes pour donner des documents aux élèves, sans connaître les risques liés au RGPD. Tout cela a mené à une surchauffe dans l’Éducation : surchauffe des collègues qui multiplient les heures de travail pour assurer des cours à distance, surchauffe des parents et des élèves qui ont l’impression d’être submergés de documents et de devoirs à tout instant… Alors que l’urgence et les préoccupations en ce moment son tout autres.

Par ailleurs, même l’intersyndicale interprofessionnelle d’Île-de-France (CGT – FO – FSU – Solidaires – UNEF – UNL) a pris position sur les questions de la « continuité pédagogique » prônée par le ministère, qui aggrave les inégalités (voir pièce jointe) :
« Les URIF constatent que le confinement des élèves et des étudiants décidé par le gouvernement aggrave la fracture numérique : en ouvrant de chaotiques plateformes d’éducation à distance, il accentue les inégalités sociales qui frappent en particulier les milieux défavorisés qui n’ont peu ou pas accès à Internet. »

L’AG a donc été un moment très important pour permettre aux collègues de sortir la tête de l’eau et de construire une première réaction collective face à toutes ces pressions.

Relevé de décisions de l’AG

Sur la « continuité pédagogique » :
Notre métier n’est pas d’envoyer des PDF ou des vidéos, ni de remettre des copies au péril de notre santé et de la santé publique. Actuellement, nous ne pouvons pas faire notre métier. La « continuité pédagogique » voulue par Blanquer est un leurre : la seule chose que nous pouvons faire, c’est garder un lien avec une partie des élèves.

Malgré les annonces de Blanquer, rien ne remplace le rôle de l’enseignant : c’est d’être devant des élèves, dans une classe : donc, non, nous n’assurons pas la continuité pédagogique : nous gardons un lien. Notre rôle avant tout humain et social ne peut être remplacé par  les outils numériques. L’école 2.0 n’est pas opérationnelle, pose des problème de confidentialité des données, de pression insidieuse sur les personnels, notamment par l’administration et n’est pas souhaitable de manière permanente,

L’AG Éducation 1er – 2nd degré Île-de-France appelle donc :

  • à ne pas organiser d’évaluation notée, et à ne pas aborder de nouvelles notions, comme cela a été fait en Wallonie (https://desir.cfwb.be/home/presse–publications/publications/continuite-des-apprentissages-durant-la-suspension-des-cours.publicationfull.html), et comme le rappellent certains IA-IPR dans certaines circonscriptions. Les seules évaluations dans ce contexte peuvent être des évaluations formatives (non notées) portant sur des notions étudiées avant la période de confinement.
  • à ne pas donner de documents physiques afin de respecter les consignes de sécurité sanitaire, contre les consignes de certaines hiérarchies qui mettent en danger la santé publique en poussant à contourner les consignes sanitaires nationales.
  • à ne pas mettre en place l’école numérique voulue par Blanquer, qui creuse les inégalités (notamment pour les élèves allophones) et ouvre la voie à la privatisation de l’éducation.

Elle rappelle que les outils à utiliser dans la situation doivent respecter le cadre du règlement général sur la protection générale des données (RGPD)

En ce qui concerne les permanence pour les enfants de personnels soignants, l’AG Éducation 1er – 2nd degré rappelle que :

  • la question de la garde des enfants des personnels soignants est une vraie question de solidarité, qui concerne l’ensemble de la société, et pas seulement les enseignants.
  • cette garde doit se baser uniquement sur le volontariat complet.
  • les personnels de l’éducation participant à ces gardes doivent disposer d’équipements de protection (gants, masques, gel hydroalcoolique, distances de protection).
  • le volontariat suppose la possibilité d’arrêter d’être volontaire : il ne s’agit pas d’un engagement à vie.

L’AG Éducation IDF appelle à refuser d’être volontaire (ou exercer son droit de retrait) si les personnels ne disposent pas de masque / gel / gants , qui sont aussi un gage de protection pour les personnels soignants dont nous prenons en charge les enfants.

Contre les pressions de tous types et de toutes origines organisée par le ministère et nos hiérarchies, l’AG Éducation 1er-2nd degré Île-de-France appelle prendre des positions collectives : positions d’établissements (collèges, lycées), de circonscriptions…

La tentative de Blanquer d’utiliser situation pour mettre en place économies sur le dos des élèves par dématérialisation des cours est une honte. Nous refusons de cautionner et de mettre en place cette politique. De même elle dénonce l’offensive menée par la Cours des Comptes contre les Lycées professionnels dans son récent rapport alors que ces derniers sont déjà gravement démantelés par la réforme de la voie professionnelle.

Les attaques contre l’Éducation et le monde du travail ne s’arrêtent pas pendant le confinement, voire profitent du contexte. Les résistances et l’auto-organisation ne doivent pas s’arrêter non plus.

Sur les examens et le calendrier scolaire :
L’AG Éducation IDF soutient la prise de position des collègues de Bordeaux : dans les conditions actuelles il est indispensable que soit envisagé un aménagement des examens de fin d’année (DNB, bac, bac pro en CCF ou en examen terminal) et une suppression des E3C. Nous appelons tous les collègues à organiser des AG virtuelles pour en discuter.

L’AG Éducation IDF se prononce totalement contre toute idée de repousser le calendrier scolaire et de rogner encore sur les périodes de congé des personnels et des élèves. Les élèves ne doivent pas se retrouver avec une triple peine à savoir un allongement du calendrier scolaire sur les vacances scolaires. Le ministre doit s’exprimer rapidement sur la question pour que les personnels et les familles puissent s’organiser.

Sur la répression :
L’AG Éducation 1er – 2nd degré Île-de-France appelle à ne pas traiter les cas de répression au cas par cas, mais à construire une réaction collective d’ensemble contre toute la politique répressive du ministère Blanquer et du gouvernement.

Elle appelle à lancer une grande campagne de soutien contre la répression, en s’appuyant notamment sur les trois cas de répression des collègues de Melle, qui ont cherché à construire, à partir de leurs cas isolés, une riposte nationale contre la répression. Nous enverrons dans un mail à part le « kit » avec deux visuels de soutien aux collègues victimes de répression. L’AG appelle à utiliser ces deux visuels pour prendre des photos (selfies) en soutien aux collègues.

Elle appelle à faire une veille sur les cas de répression contre les lycéens et lycéennes qui ont été victimes de plaintes et convocations au commissariat suite à leur mobilisation contre les E3C et la mise en place des réformes Blanquer.

L’AG Éducation 1er-2nd degré Île-de-France s’indigne du maintien du conseil de discipline contre nos camarades de la RATP, le 26 mars, et en demande l’annulation immédiate.

Solidarité avec le voisinage et les personnels soignants :
L’AG Éducation Île-de-France appelle à participer aux manifestations de soutien aux personnels soignants qui ont lieu tous les soirs à 20h. C’est également l’occasion d’y réaffirmer nos revendications de moyens réels pour l’hôpital public, pour lutter contre l’épidémie de COVID-19.

L’AG soutient la pétition concernant les personnes sans-logis (https://www.change.org/p/le-gouvernement-mais-pour-rester-chez-soi-il-faut-un-chez-soi).

Elle apporte son soutien aux travailleurs sociaux, qui accompagnent souvent des mineurs, grands oubliés des annonces de Macron.

Elle soutient la lutte des travailleurs et travailleuses qui exercent leur droit de retrait dans les secteurs où le télétravail n’est pas possible.

L’AG Éducation Île-de-France appelle à participer à la prochaine rencontre interprofessionnelle qui se tiendra en distanciel le samedi 21 mars.

Nous consultons les collègues des autres académies pour la date de la prochaine coordination nationale éducation qui aura lieu dans les prochains jours.

(*) Nous avons régulièrement utilisé des outils à distance pour tenir les coordinations. Pour utiliser ces outils, notamment freeconferencecall, n’hésitez pas à envoyer un mail à coordination.nationale.education@gmail.com 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 21 mars 2020 par dans Actualités des luttes, anticapitalisme, EDUCATION NATIONALE, FRANCE.