NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Quelles sont les entreprises qui ferment ou qui rouvrent dans le Loiret ?

De très nombreuses entreprises ont fermé, la semaine dernière, pour diverses raisons. Mais le chômage partiel ne devrait pas s’appliquer partout. Le gouvernement demande le retour au travail. Tour d’horizon, non exhaustif, dans le Loiret. (23-03-2020 La République du Centre)

Alors que l’Italie a exhorté, ce week-end, les activités non-essentielles à s’arrêter, en France, le gouvernement demande aux entreprises de continuer à travailler, en mettant en place des mesures de sécurité, afin que l’économie française ne sombre pas corps et biens. « Quand il n’y a pas de danger, on peut travailler », a déclaré la ministre du Travail, dimanche. Le chômage partiel ne serait alors pas possible, dans ce cas (lire, plus bas, le point de vue de Valentin Doligé, expert-comptable et président de l’Udel-Medef 45).

La semaine dernière, les entreprises ne savaient plus à quel saint se vouer. « Des policiers ont demandé à des salariés, sur le chemin de l’usine, de rentrer chez eux », témoigne ainsi Stéphan Chaligné, secrétaire général de la fédération métallurgique (UIMM), dans le Loiret. Dans ce secteur, la moitié des entreprises loirétaines avait fermé.

Celles où les salariés demandent un arrêt

A elles de juger si elles peuvent rouvrir, alors, qu’un peu partout, l’inquiétude des salariés monte. C’est le cas chez Amazon à Saran (qui s’est recentré sur ses commandes les plus importantes), chez Deret Logistique (qui a décidé la reprise de l’ensemble de ses activités à partir de mardi 24 mars), chez Hutchinson qui doit rouvrir demain mardi.

Ou encore chez Maury Imprimeur, qui est revenu sur ses mesures de chômage partiel en volontariat. Jean-Paul Maury, le PDG, explique : « L’entreprise imprime des magazines et quotidiens d’information nationaux, tels Le Point, L’Express, Le Monde, Le Courrier International, Paris Match, etc… Tous nos sites sont ouverts car c’est une obligation et cela tant que nous aurons de la charge. Nous avons mis tout un protocole de sécurité pour protéger nos salariés et avons 60% de l’effectif en production comme dans beaucoup d’usines. Je remercie vivement tous les salariés de notre groupe (…) Je comprends parfaitement l’anxiété de mes salariés et nous faisons en sorte de penser au futur aussi avec eux, car d’ici un ou deux mois l’activité repartira hélas très très doucement. »

Des entreprises qui avaient fermé vont rouvrir

John Deere, producteur de moteurs diesel pour les tracteurs (entre autres), emploie plus de mille salariés, à Fleury-Saran et à Ormes. « Nous avons fermé au milieu de la semaine dernière », explique le président de John Deere France, Bruno Rodique. « Nous avons mis des gens au télétravail et conservé l’activité pièces de rechange, expéditions, magasin, mais les lignes de production se sont arrêtées. »

« Nous sommes en train d’étudier un plan de redemérrage pour la semaine prochaine, en réorganisant le travail, avec des postes très distants et une très longue liste de mesures à prendre. Car notre activité est nécessaire à la chaîne alimentaire. Si les agriculteurs ne peuvent pas planter ni semer, cela sera catastrophique dans quelques mois… »

L’UIMM (en accord avec CFDT, CFE-CGC, FO) préconise aussi, avec des recommandations de précaution (priorité aux activités vitales, division du travail en équipes qui ne se croisent pas…), que : « L’industrie doit, dès que les conditions sanitaires le permettront à nouveau, retrouver un niveau d’activité satisfaisant dans l’intérêt de l’ensemble de nos concitoyens ».

D’autres continuent avec des moyens réduits

C’est le cas chez JSM-Perrin, qui produit des pièces mécaniques pour l’aéronautique, entre autres, à Châlette-sur-Loing : « Disons que nous sommes entrouverts ! Ceux qui peuvent télétravailler le font. Nous avons pris des mesures de chômage partiel. La production continue. Les commandes aéronautiques reprennent. Airbus est resté fermé deux jours le temps de s’organiser puis a repris », explique Patrick Bourrelier, le PDG.

Ils resteront fermés, pour la sécurité…

Malgré l’accord signé par les fédérations professionnelles et le gouvernement, Aline Meriau, la présidente loirétaine de la fédération française du bâtiment (FFB) estime que « 98% de ses adhérents resteront fermés, car on ne peut pas appliquer les consignes de sécurité sur les chantiers ». « Certes il est possible d’aller, seul, dépanner un chauffe-eau, terminer une terrasse, se rendre à la centrale nucléaire, mais on ne peut pas aller à plusieurs sur les gros chantiers… D’ailleurs, les architectes, qui peuvent mettre fin, temporairement, aux chantiers, estiment que les conditions ne sont pas remplies pour une reprise rapide. »

Rappelons que Thales LAS, à La Ferté-Saint-Aubin, a été obligé de fermer en fin de semaine dernière, pour garantir la sécurité du personnel, après le diagnostic d’un cas de coronavirus, selon la CGT.

D’autres restent fermés par manque de fournitures ou de débouchés

MSL Circuits, qui fabrique des cartes électroniques pour l’automobile, est fermé depuis mardi midi jusqu’au moins le 29 mars. Seule une petite partie des équipes continue à fabriquer des cartes pour des accessoires médicaux (goutte à goutte et pousse-seringue). L’entreprise, qui compte 400 CDI et 150 intérimaires, a été l’une de premières à faire une demande de chômage partiel. Elle avait du mal à se procurer ses composants en provenance de Chine. C’est maintenant au tour, comme l’explique le PDG Bruno Racault, des fournitures américaines et européennes. Et, de plus, de nombreuses usines automobiles, ses clients, ont fermé. L’entreprise a, également, fait don de ses masques.

Même l’industrie agroalimentaire est touchée. Ainsi Moy Park, qui produit des steaks hachés pour McDonald’s (à l’arrêt), a cessé son activité, à Fleury-les-Aubrais.

Ils tournent plus que jamais

Selon Edouard Clément, délégué régional de Plasti Ouest, la situation est très disparate dans la plasturgie. Mais certaines usines, telle celle de PDG Plastiques, dans le Malesherbois, tourne « à plein régime, car elle fabrique des flacons pour le gel hydroalcoolique. » Plasti Ouest est, d’ailleurs, en train d’organiser cette filière, entre nouveaux fabricants de gel (tels que LVMH ou Tereos) et de flacons.

Valembal, spécialiste de sacs isothermes pour l’industrie pharmaceutique, n’a pas, non plus, cessé sa production. Certaines usines ont cependant fermé, faute de pouvoir appliquer les mesures de sécurité. Commencent aussi à se poser « des problèmes d’approvisionnement en provenance de l’Italie ».

Le secteur de la chimie continue aussi de tourner, pour alimenter l’industrie pharmaceutique (notamment en gel hydroalcoolique). Même des entreprises telles que Chryso, qui produit des adjuvants pour les matériaux de construction (alors que le secteur du bâtiment est en panne), fonctionnent toujours.

Et la situation devrait encore évoluer, au fur et mesure que le discours gouvernemental se durcit, dans un sens… ou dans un autre !

Le point de vue de Valentin Doligé (Medef)
« Le message a été tout sauf clair. Quand le gouvernement dit : restez chez vous, des entreprises, par prudence, incertitude ou facilité, se sont dit qu’elles allaient fermer et que l’Etat paierait. Mais l’Etat ne pourra pas payer tous les salaires ! Des décisions trop hâtives ont été prises. Des dirigeants ont peur de leurs responsabilités en cas de salarié malade…
En tant qu’expert-comptable, je dis à mes clients d’étayer leur baisse d’activité, de la justifier : c’est ainsi que le chômage partiel sera accordé.
Le message du Medef, c’est de maintenir une activité minimum, si l’on peut le faire. Il y a des secteurs qui fonctionnent et heureusement !

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s