NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Coronavirus : les praticiens étrangers « font le boulot dont les médecins français ne veulent pas »

Ils sont entre 4 000 et 5 000 à faire tourner les services des urgences ou de réanimation des hôpitaux publics, mais avec des salaires très inférieurs à ceux de leurs homologues diplômés en France. 

Par Stéphane Mandard

 « Sans ces médecins-là, non seulement nous ne pourrions pas faire face à la vague de Covid-19, mais mon service serait fermé. » Mathias Wargon dirige les urgences de l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Ces « médecins-là » sont tunisiens, algériens, syriens, libanais, congolais… Sur les dix-huit praticiens du service du docteur Wargon, quinze sont ce que l’administration française appelle des praticiens hospitaliers à diplôme étranger hors Union européenne (Padhue).

Ils sont entre 4 000 et 5 000 en France, majoritairement originaires du Maghreb, et surtout répartis dans les établissements publics. Ce sont ces internes ou praticiens dits associés, qui enchaînent les gardes la nuit et le week-end, font tourner les urgences mais aussi les services de réanimation, de radiologie ou de psychiatrie. Bref, des rouages essentiels dans le système de soins français.

 « Ils sont en première ligne dans tous les services où il y a une énorme pénibilité du travail », résume Hocine Saal, vice-président du syndicat (Snpadhue) qui les représente. « En gros, ils font le boulot que les médecins français ne veulent pas faire, mais sans la reconnaissance ni la rémunération, dit plus crûment Mathias Wargon. Tous les soirs, on donne la claque pour remercier les soignants, on parle de revaloriser leurs salaires, de primes [jusqu’à 1 500 euros, a annoncé le gouvernement mercredi 15 avril], de Légion d’honneur, mais, ces gens-là, on les oublie. » 

Pas certain, en effet, que le chef de l’Etat pensait à ce bataillon de médecins étrangers, lorsqu’il assurait, lundi 13 avril, lors de son intervention télévisée : « il nous faudra nous rappeler aussi que notre pays, aujourd’hui, tient tout entier sur des femmes et des hommes que nos économies reconnaissent et rémunèrent si mal ».

Parcours du combattant

Un interne Padhue touche 1 300 euros net par mois et 100 euros la garde, rappelle le chef des urgences de l’hôpital de Saint-Denis, quand un jeune médecin diplômé en France commence sa carrière à 3 900 euros (et 200 euros la garde). « Il y a un vrai prolétariat organisé dans les hôpitaux, résultat d’une gestion malthusienne à l’œuvre depuis trente ans », dénonce Amine Benyamina. Chef du service psychiatrie-addictologie de l’hôpital Paul-Brousse, à Villejuif (Val-de-Marne), ce Franco-Algérien est à l’initiative d’une pétition (qui avait reçu plus de 25 000 signatures jeudi matin) et d’une lettre ouverte adressée à Edouard Philippe le 5 avril visant à obtenir « l’intégration des médecins étrangers engagés dans la lutte contre la pandémie ».

« Il y a un vrai prolétariat organisé dans les hôpitaux, résultat d’une gestion malthusienne à l’œuvre depuis trente ans »

« Ces médecins à diplôme étranger qui luttent au quotidien méritent la reconnaissance de la République pour leur engagement en première ligne, alors que leur salaire est souvent dérisoire par rapport à ceux de leurs collègues, et qu’ils risquent de retourner à la précarité et à l’incertitude sur leur avenir en France une fois la crise surmontée », indique le texte, signé par une douzaine de médecins, dont l’ancien ministre de la santé Bernard Kouchner, le généticien Axel Kahn, ou l’ancien directeur de Santé publique France, François Bourdillon.

Ces derniers exhortent le premier ministre, « par souci de justice, d’engager immédiatement l’intégration pleine et entière dans le système de santé (égalité de statut, de déroulement de carrière et de rémunération, avec une reconnaissance immédiate fondée sur les attestations de services effectués pendant la crise) de tous ces praticiens afin que leur dévouement ne soit pas occulté, comme cela a pu être le cas dans certaines périodes de l’histoire de notre pays ».

Car la carrière d’un médecin à diplôme étranger ressemble à un parcours du combattant. Première embûche de la longue et incertaine procédure dite d’autorisation d’exercice : les épreuves de vérification des connaissances. Cette année, elles ont été reportées à cause de la pandémie. « Le niveau exigé est très élevé, note M. Wargon. Un cardiologue tunisien a eu 16,75 mais a été recalé. Pourtant, depuis vingt ans que je travaille avec des médecins étrangers, je peux vous assurer que leur niveau s’est nettement amélioré et n’a souvent plus rien à envier à celui des jeunes médecins français. »

Pour ceux qui réussissent le concours viennent ensuite les trois ans de pratique dans un service avant de passer devant une commission. « Cette période de “mise à niveau” est souvent vécue comme une humiliation par des professionnels qui travaillent sous tension », commente M. Benyamina, « ulcéré » que cette situation perdure vingt-cinq ans après l’avoir lui-même connue lorsqu’il débarquait en France, ses diplômes algériens en poche.

Pour son confrère M. Wargon, également signataire de la lettre ouverte, la crise sanitaire actuelle doit être l’occasion d’« en finir avec cette hypocrisie » : « Ils doivent passer sous les fourches Caudines des examens pour espérer être payés un jour comme leurs confrères français. Mais, pour s’occuper des malades, là, ils n’en ont pas besoin ! »

« C’est du foutage de gueule »

Pour l’heure, le premier ministre n’a pas répondu à leur lettre. « Les conditions d’obtention de l’autorisation d’exercice sont devenues de plus en plus drastiques. Aujourd’hui, il faut attendre un an à un an et demi pour avoir les résultats de la commission. Comme si cette précarisation arrangeait tout le monde », s’offusque Hocine Saalchef des urgences au centre hospitalier André-Grégoire, à Montreuil (Seine-Saint-Denis).

La nouvelle loi santé prévoit, pour les médecins déjà dans le système de soins français, de remplacer le concours par une étude de dossier au niveau régional, puis national. Cette évolution est saluée par le Snpadhue, qui n’est « pas opposé au principe d’une évaluation ». Mais le décret d’application se fait attendre : « Il devait être publié en septembre, puis en octobre, puis en décembre et, maintenant, avec la pandémie, il est tombé aux oubliettes », déplore M. Saal.

Le ministère de la santé a cependant publié une note, lundi 13 avril, afin de permettre aux établissements de santé de recruter plus facilement des médecins à diplôme étranger pour faire face à la crise sanitaire… mais pour occuper « des fonctions non médicales (aides-soignants, accueil et orientation…) » « C’est du foutage de gueule », s’emporte Mathias Wargon. « C’est complètement à côté de la plaque. C’est la pire réponse qu’on puisse apporter à des médecins », s’indigne Amine Benyamina. Contactés par Le Monde, ni le ministère de la santé ni le conseil national de l’ordre des médecins n’ont répondu

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s