NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

LE RACISME TUE Un Noir américain grièvement blessé par la police, une ville du Midwest s’enflamme !

25 AOÛT 2020 PAR FRANÇOIS BOUGON

Un Afro-Américain de 29 ans, Jacob Blake, a été grièvement blessé dimanche à Kenosha, devant ses enfants, par des policiers qui lui ont tiré dans le dos à plusieurs reprises – au moins sept fois. Pour la deuxième nuit consécutive, des émeutes ont éclaté.

Pour la deuxième nuit consécutive, la colère a éclaté lundi soir à Kenosha, dans l’État du Wisconsin, où un Afro-Américain a été grièvement blessé par la police dimanche après-midi.

Près de trois mois après le meurtre de George Floyd qui avait déclenché une vague de protestations, un Afro-Américain de 29 ans, Jacob Blake, a été grièvement blessé, devant ses enfants, par des policiers qui lui ont tiré dans le dos à plusieurs reprises – au moins sept fois, selon la scène filmée par des témoins puis diffusée sur les réseaux sociaux –, alors qu’il tentait d’entrer dans une voiture.

Une manifestante à Minneapolis le 24 août 2020. © Kerem Yucel/AFP

Ben Crump, l’avocat de la famille de Jacob Blake – mais aussi de celle de George Floyd –, a affirmé que les trois fils de la victime se trouvaient dans la voiture, et que l’homme avait tenté de s’interposer dans une dispute entre deux femmes. « Alors qu’il s’éloignait pour aller voir ses enfants, la police a tiré à plusieurs reprises dans son dos à bout portant. Les trois fils de M. Blake étaient juste à côté et ont vu la police tirer sur leur père, a assuré l’avocat. Ils seront traumatisés à vie. »

Lundi soir, des milliers de personnes ont défilé dans la ville pour dénoncer les violences policières et le racisme des forces de l’ordre, et achevé leur marche devant le tribunal. De nombreux bâtiments ont été incendiés, dont celui de l’administration pénitentiaire, des commerces ont été saccagés et des voitures vandalisées.

Deux policiers ont été suspendus de leurs fonctions et une enquête a été ouverte.

Plus tôt dans la journée, le gouverneur démocrate du Wisconsin, Tony Evers, avait annoncé la convocation lundi 31 août d’une session extraordinaire du parlement local afin d’adopter une série de mesures sur « la responsabilité et la transparence » des forces de police. « Alors que Jacob Blake se bat pour sa vie, on nous rappelle une fois de plus que le racisme est une crise de santé publique. Il n’y a pas de temps à perdre », a-t-il dit.

Son adjoint, Mandela Barnes, a estimé que si on ne peut « pas remédier au racisme systémique intégré dans tous nos systèmes avec seulement cet ensemble de lois, cela ne signifie pas que nous devons rester immobiles ».

« Depuis plus de deux mois, a-t-il poursuivi, nos dirigeants législatifs ont ignoré les appels au changement en provenance de gens de tout l’État, et maintenant un autre homme noir lutte pour sa survie en raison des actions des forces de l’ordre. Les habitants de notre État n’en peuvent plus d’attendre que l’assemblée agisse, et nous aussi. »

Le meurtre de George Floyd avait relancé les demandes soit pour réduire les fonds accordés à la police, soit pour abolir les forces de l’ordre. Certains États ou villes ont déjà pris des mesures en ce sens. « L’institution policière américaine est pourrie jusqu’à la moelle », a estimé lundi la puissante organisation de défense des droits civiques ACLU.

Ce nouveau cas de violence policière intervient en pleine convention républicaine à Charlotte, en Caroline du Nord, où Donald Trump a été investi comme candidat pour l’élection présidentielle du 3 novembre. Lundi soir, un couple blanc qui avait menacé en juin avec des fusils depuis leur maison des manifestants pacifiques est intervenu, dans un discours enregistré, pour attaquer le rival démocrate de Trump, Joe Biden : « Votre famille ne sera pas en sécurité dans l’Amérique des radicaux démocrates. »

Ensuite, Kimberly Guilfoyle, une ancienne animatrice de la chaîne Fox News, a renchéri sur cette tonalité sécuritaire en affirmant que les « émeutiers ne doivent pas être autorisés à détruire nos villes ».  

Pour sa part, Joe Biden a déclaré que les « tirs [des policiers de Kenosha – ndlr] percent l’âme de notre nation »« L’égalité de justice n’a pas été réelle pour les Noirs américains et tant d’autres. Nous sommes à un point d’inflexion. Nous devons démanteler le racisme systémique. C’est la tâche urgente qui nous attend. Nous devons lutter pour honorer les idéaux inscrits dans la promesse américaine originale que nous n’avons pas encore atteinte : que tous les hommes et les femmes sont égaux, mais surtout qu’ils doivent être traités de manière égale. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 25 août 2020 par dans APARTHEID, ASSASSINAT, POLICE, RACISME, USA.