NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

À Montargis, un nouvel impôt institué pour créer des postes de policiers municipaux !

UNE NOUVELLE ATTAQUE CONTRE LES PLUS PAUVRES DES SALARIES, DES JEUNES, DES PARENTS ISOLEES ET DES RETRAITEES !

Les habitants de Montargis devront s’acquitter de la Taxe communale sur la consommation finale d’électricité (TCCFE), calculée en fonction de la consommation d’électricité.

Une nouvelle taxe communale, destinée à compenser la baisse des recettes, des dotations de l’Etat et des produits des contributions directes. Ainsi en ont décidé les élus du conseil municipal de Montargis, à l’exception des membres des deux groupes d’opposition Montargis pour tou-te-s et les Citoyens du Montargois (Manuel Ribeiro était absent), qui ont voté contre.

Les habitants de Montargis devront donc, à partir de 2021, s’acquitter de la taxe communale sur la consommation finale d’électricité (TCCFE), calculée en fonction de la consommation d’électricité. Selon les projections des services municipaux, celle-ci coûtera à chaque foyer entre 10 et 150€ par an et devrait rapporter quelque 300.000€ à la collectivité.

« Je sais que ce n’est pas une chose agréable d’être obligé d’augmenter la fiscalité », a reconnu Benoit Digeon, qui a mis en avant une augmentation de la masse salariale de 1,5% par an, soit 165.000€ de hausse des salaires pour la mairie chaque année. « Une hausse que nous ne pouvons pas éviter ; nous n’avons en face aucune recette nouvelle. »

Cette nouvelle taxe communale est vouée à renforcer les effectifs de la police municipale. Le commissariat de Montargis étant en sous-effectif (il manquerait une trentaine de fonctionnaires de la police nationale), Benoit Digeon et sa majorité ont décidé d’embaucher trois nouveaux agents pour la fin d’année et trois autres sur le budget 2021.

« Il est urgent qu’on puisse continuer à assurer la sécurité des Montargois et cette décision, nous la prenons, je la prends, avec une certaine responsabilité. J’en suis navré mais cette fois, on est obligé d’y passer. » ; BENOIT DIGEON, MAIRE DE MONTARGIS

Inutile de dire que cette décision est mal passée dans les rangs de l’opposition.

« Voici donc votre cadeau de rentrée aux Montargois, un cadeau que vous vous êtes bien gardé de soumettre à leurs suffrages lors des élections de juin dernier. Les cadavres sortent des placards après les élections« , a lancé Bruno Nottin (PCF), qui dénonce un coup porté au pouvoir d’achat des plus modestes. Cette taxe est beaucoup trop élevée selon lui: « On comprend vite que la majorité des Montargois paiera environ 100€ par an, soit facilement 10 ou 12€ par mois. De plus, cette taxe est la plus injuste qui soit : elle est calculée en fonction de la consommation d’électricité. Ainsi ce sont clairement les foyers qui sont les plus mal logés, dans des passoires énergétiques, ceux qui se chauffent à l’électrique parce qu’ils n’ont pas le choix, qui vont subir de plein fouet votre nouvelle taxe ! »

Un coefficient de 8,5 voté

Les Citoyens, par la voix d’Edouard Weber, ont dénoncé une « décision unilatérale », n’ayant donné lieu à aucune présentation ni aucun débat en commission. « Chiffres à l’appui, vous auriez pu nous expliquer les perspectives financières. Cela aurait peut-être fini par une décision collective. Et en plus, le mode de calcul n’est pas présenté clairement aux élus : c’était incompréhensible ! Et même si cette taxe est présente dans les communes voisines d’Amilly, Châlette et Villemandeur, cet impôt n’est ni juste ni équitable. La période de crise sanitaire et sociale n’est pas du tout propice à un nouvel impôt. Et qui va payer le plus, comme l’a souligné M. Nottin ? Les locataires des passoires thermiques, chauffés par des grille-pains qui consomment énormément ! Je propose que seuls les conseillers qui habitent à Montargis votent cette délibération, parce que voter une taxe que l’on ne paie pas, ça donne vraiment à réfléchir ! »

Il a été décidé par le conseil d’appliquer un coefficient MAXIMUM de 8,5 sur le tarif en vigueur (celui-ci peut-être compris entre 0 et 8,5). 

La politique néfaste menée par la droite macronienne, LR ou RN est la même : la sécurité c’est plus de flics, moins d’aides publiques ce qui se traduit par moins de services publics et plus de pauvreté !

Bien sûr que le maire n’allait pas annoncer durant la campagne électorale qu’il allait taper sur les plus pauvres ! C’est un vrai politicien qui doit se dire « républicain » de quoi faire gerber les plus pauvres et dégouter un peu plus les citoyens pour aller voter !

Pascale Auditeau La République du Centre ; Commentaires NPA 45

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 10 octobre 2020 par dans AUSTERITE, CRISE SOCIALE, DEMOCRATIE, DROITS DEMOCRATIQUES, DROITS HUMAINS, FRANCE, MONTARGIS.