NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

UN SCANDALE « NORMAL » : Le rachat d’Inteva Products par sa maison mère, à Sully-sur-Loire, 42 emplois supprimés, avec l’aval de Macron !

La reprise de l’entreprise Inteva Products par la société elle-même laisse en colère les salariéEs. D’autant plus que ce rachat va s’accompagner de la fermeture d’une usine dans les Vosges et de la suppression de 42 emplois à Sully-sur-Loire.

Longtemps restés dans l’expectative, les salariés d’Inteva Products ont été fixés sur leur sort, vendredi 9 octobre. Placé en redressement judiciaire depuis le mois de juin, l’équipementier automobile basé à Sully-sur-Loire va pouvoir être repris par sa propre maison mère américaine.

La transaction a pu se faire moyennant une somme de 1.250.000 euros, rendue possible par les ordonnances Macron, mises en place dans le cadre de la pandémie liée au Covid-19 pour venir en aide aux entreprises en difficulté. Cette manœuvre permet d’abandonner 169 millions d’euros de créances, dont les sommes dues à la Sécu, et lui permet de se dédouaner de tout engagement à l’égard des collectivités territoriales. 

Le plan présenté par Inteva Products LLC a été retenu par le tribunal de commerce d’Orléans, au détriment de la proposition faite par le couple d’industriels Emmanuelle Gautier et François Huon.

265 emplois supprimés : Merci Macron !

Dans les faits, ce rachat va entraîner la fermeture de l’usine de Saint-Dié-des-Vosges (Vosges), qui employait jusque-là 223 salariés, la poursuite de l’activité à Esson (Calvados) et le maintien de ses 238 emplois, mais aussi plus localement, 42 licenciements sur les 160 postes que compte le siège, à Sully-sur-Loire.

Quoi qu’il en soit, la reprise d’Inteva par Inteva elle-même est loin de satisfaire les salariés du site. Avec des suppressions de postes à la clef, donc, et un constat douloureux qui n’est pas sans rappeler les deux plans sociaux précédents, mis en place par l’entreprise en 2018 et en 2019.

« Comment se réjouir quand on sait que des collègues vont trinquer et se retrouver sans emploi, après s’être investis et avoir été exemplaires toutes ces années ? », conteste, sans vouloir en dire plus, l’un des salariés de l’entreprise, à la fin de son service.

« Ce sont encore les salariés qui payent le prix fort »

« On est dans l’incertitude et on subit les choses depuis des années.. Après vingt-huit ans d’ancienneté, être remerciée de cette manière est regrettable et difficile à accepter », déplore une collègue âgée de 51 ans, qui se dit « prête à partir ».

Au sein du service production dans lequel elle travaille, « neuf des dix-huit salariés vont prendre la porte et attendent la fin du mois d’octobre ou début novembre pour être fixés« , précise-t-elle.

Des reconversions envisagées pour les licencièEs ?  IL FAUT INTERDIRE CES LICENCIEMENTS, MAINTENIR L’ACTIVITE DE St DIE, EXPROPRIER INTEVA, SANS INDEMNITE NI RACHAT !            

« Pour Inteva, c’est une aubaine. Avec les ordonnances Macron, l’entreprise a le bon rôle et se rachète en effaçant par la même occasion ses dettes. Elle se sépare du personnel à moindre coût, puisque les licenciés seront indemnisés au minimum, sans aucun complément. Là encore, ce sont les salariés qui payent le prix fort

Dans un communiqué, Inteva Products France a « pris acte du délibéré rendu par le tribunal de commerce d’Orléans, et désignant son repreneur, à savoir Inteva Products LLC ». 
À l’énoncé du jugement, l’entreprise a eu « une pensée émue pour l’ensemble des salariés non repris, de Sully-sur-Loire et de Saint-Dié-des-Vosges. Elle tient à les remercier chaleureusement pour l’engagement et l’exemplarité dont ils ont fait preuve durant toutes ces années ».
À ce titre, pour les accompagner, « un accord majoritaire portant le Plan de sauvegarde de l’emploi a été signé par quatre organisations syndicales au sein de l’entreprise et la direction d’Inteva Products France, le 18 septembre. Il s’appliquera dès validation par la Direccte, en vue de permettre le meilleur accompagnement possible des salariés dont les postes ne sont pas repris« .

Voilà, tout semble dit, les mensonges sur les « relocalisations », « pour l’emploi », etc. ne sont que de la pure propagande du pouvoir au service du capital !  

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s