NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

A L’HÔPITAL D’ORLEANS LA CASSE CONTINUE ! RIEN NE LES ARRÊTE, MÊME PAS UNE PANDÉMIE ! CHAROGNARDS !

Après la séquence des cardiologues « stakhanovistes » (sic !) qui a impacté sérieusement la cardiologie c’est avec une certaine sidération que nous avons pu lire dans La République du Centre datée du 23 octobre, un article commentant le rapport de la Cour Des Comptes Régionale sur le nouvel hôpital d’Orléans. Ce rapport qui traine sous le manteau depuis le début de l’année avait été étouffé, dans un premier temps, pour cause d’élections municipales. Pas question de le sortir en pleine campagne électorale. Puis la crise de la COVID l’aurait fait passer pour une mauvaise plaisanterie, enfin le second tour des municipales ayant été reporté en juin, nous pensions qu’il était définitivement jeté aux oubliettes tant son contenu est totalement aberrant, confronté à la crise sanitaire épouvantable que nous traversons.

Ce réquisitoire technocratique contre le NHO était aussi un joli renvoi d’ascenseur contre l’actuel maire d’Orléans qui s’était battu contre son camp politique et le ministère pour faire aboutir le projet. Curieusement toutes les listes en présence se sont bien gardées de l’utiliser pendant la campagne. Une patate chaude qu’on a laissé sous la cendre…

Petit rappel.

Les personnels n’oublient pas les manœuvres de l’actuel directeur, envoyé, semble-t-il, à Orléans avec une lettre de mission pour stopper la reconstruction de l’hôpital, puis l’opération devenant impossible, car le chantier était trop engagé, pour saboter au maximum l’opération :

– Redécoupage total et catastrophique des plans des services en pleine construction qui a aggravé les conditions de travail et qui a généré un surcoût pour la facture finale

– Tentative de construire un étage en moins

– Tentative d’y inclure une clinique privée

– Appel à la rescousse de l’ANAP (agence nationale d’aide à la performance), officine de technocrates “Cost-Killers” des ministères de la santé et du budget.

Malgré ces coups de couteau dans le dos, le projet s’est réalisé au grand dam des technocrates.

Et depuis ce temps, c’est à un véritable acharnement auquel se livrent direction locale, Agence Régionale de Santé, ministère et haute fonction publique contre l’hôpital d’Orléans. On imagine aisément que les cliniques commerciales d’Orléans ne sont pas mécontentes de ce genre de publicité autour du CHR.

Ce rapport de la Cour des Comptes ne tombe donc pas par hasard. C’est le même feuilleton qui continue.

Depuis son ouverture, la direction a fait faire des “efforts” à la schlague au personnel et aux patients, suppression de plusieurs centaines de postes de travail, développement de la précarité, privatisation du ménage, offre bienveillante de services ultra-coûteux (sur-tarification chambre seule, conciergerie…) au requin Happytal, pur produit de la Start-up Nation, rançonnant en toute légalité malades et personnel au sein même d’un hôpital public et une augmentation de la productivité qui fait du NHO un champion national de l’exploitation du personnel. Tous les services trinquent, soignants bien sûr mais aussi administratifs et ouvriers. Le seul poste de dépenses qui s’alourdit sans cesse est celui du train de vie de la direction. Cherchez l’erreur.

Parallèlement à ce travail permanent d’augmentation de la productivité, l’autre objectif obsessionnel a été de fermer des lits. Le prétexte du développement de l’ambulatoire a permis de restructurer l’activité des services et ce sont des dizaines de lits qui se sont évaporés, institutionnalisant l’attente aux urgences, faute de place, pour les patients, notamment les plus âgés. Là aussi l’épidémie de COVID tombe à pic. Les chambres à deux lits, ne générant pas de “sur-facturation chambre seule”, sont les premières visées pour cause d’isolement sanitaire.

Quel contenu et quel objectif

Ce rapport ne fait que répéter à l’antienne, le discours convenu de l’ANAP, de la direction et des technocrates du ministère. Aucun scoop : trop cher, trop grand, pas assez attractif pour les patients qui fuient en région parisienne ou vers le privé lucratif, mauvais ratio de l’offre de soins par m2, si, si c’est écrit, et la cerise sur le “couteau” : Il n’a pas été tenu compte d’Oréliance !!!

« Ils osent alors que le regroupement des cliniques commerciales s’est fait en catimini sous la direction de l’ARH de l’époque. Qui avait ces éléments en main ? Qui les a dissimulés précautionneusement pendant l’élaboration du projet NHO ? Qui a imposé le choix du site sur La Source, générant plusieurs dizaines de millions d’euros de surcoûts ? Qui a réservé le site de Saran, propriété du Conseil Général de l’époque, pour le privé commercial ? La réponse est simple, les services de l’Etat qui se sont bien gardés d’étaler ces problèmes publiquement ! »

Le seul passage honnête du « bilan » concerne la gestion du personnel. Ils reconnaissent, ça a dû faire mal à leurs hémorroïdes quand ils l’ont déféqué, que le personnel à une productivité satisfaisante. Et se félicitent du nombre d’agents important en CDD (particulièrement les patriciens-nes !) ! C’est sûr que ça mérite des félicitations pour la direction. La précarité et les agents Kleenex, belle méthode ! En cas de coup dur, à la porte !

Mais ils reviennent vite à leurs obsessions  et demandent à la direction de continuer les suppressions d’emplois. Chasser le naturel…

Et la direction leur répond gentiment pour continuer à engranger ses primes sans remous, oui, oui, c’est comme si c’était fait, 136 suppressions d’ici 2021. Quel beau monde !

Et le patron du CHR pleure à longueur de colonnes dans La Rep qu’il manque d’infirmières en réa pour accueillir les patient-es COVID. C’est qu’il nous ferait presque pleurer avec lui. On croit rêver.

Quand on veut noyer son chien, on l’accuse de la rage

La Cour des Comptes réécrit l’histoire et se garde bien de s’en prendre aux véritables responsables de l’époque. Ce sont les services de l’Etat qui ont imposé leurs conditions sans aucune négociation possible. A prendre ou à laisser. Et maintenant on accuse les hospitaliers de ne pas faire de “business plan” comme ils disent dans leur jargon de petits comptables. Plus faux culs, ça n’existe pas.

Au final, c’est aux malades et aux hospitaliers de payer la facture que la technostructure aura imposé. Moral et habituel dans ce monde pourri. Une raison du départ important de soignantEs qui fuient le CHRO et les hôpitaux publics. Conditions de travail, manque de considération, salaires…

Les 5 recommandations de la Cour régionale

1 : une étude de marché ! Encore une. “Pour agir sur les déperditions actuelles au profit des régions voisines !” Parlons clairement, il y a une région voisine : Paris. Et toutes les régions qui entourent la région parisienne connaissent les mêmes “fuites” de patients vers la capitale, vers l’APHP et les autres grands acteurs de santé. Y compris la banlieue parisienne qui connait le même phénomène de désertification médicale et de fuite vers Paris. Une ineptie, une !

2 et 3 : une analyse médico-économique “afin de bâtir des objectifs d’activités et d’évolution des besoins en m2, lits et places, économes en utilisation d’infrastructures”. Puis “on réorganise les espaces et on désaffecte des étages, des bâtiments et on externalise”. En clair on loue pour autre chose ou pire on vend. HÔPITAL À VENDRE ! Alors là, on passe de l’ineptie à la destruction pure et simple de l’hôpital public.

4 : déconstruire l’ancien hôpital de La Source : 32 millions d’euros

C’est une véritable obsession de ce rapport, le CHRO est déficitaire mais il ne faut rater, sous aucun prétexte, cette opération indispensable et urgentissime. La priorité des priorités. Elle revient sur chaque page. 32 millions d’euros à jeter par les fenêtres ! PARDON NON ! Dans les poches des grands du BTP qui, avec la crise n’ont jamais autant engrangé de grands chantiers (SNCF, infrastructures routières, etc.)

Après avoir bradé la vente du site de Porte Madeleine, après avoir reconstruit sur La Source avec des dizaines de millions de surcoûts : construction obligée des parkings silos, trop petits, reconstruction sur un site en exploitation, contraintes architecturales, pourquoi ne pas continuer dans la gabegie avec l’incitation forte de ceux-là mêmes qui veillent aux comptes ?

C’est comme-ci ils voulaient voir disparaitre à tout prix ce bâtiment de peur qu’un jour, en fonction de l’évolution des besoins, on soit tenté de le remettre en activité. Le CHRO est surdimensionné, puisque des comptables vous le disent.

Ohé les comptables, vous avez oublié la plantation des poiriers et des pommiers auxquels l’architecte tenait tant ! Un verger contre quelques lits de réa, ça mérite réflexion. Pour votre prochain rapport ?

5 : Il faut revenir à une trésorerie équilibrée !

Ben voyons, avec des tarifs de soins qui ont baissé pendant des années depuis la mise en place de la T2A et un déficit de la sécurité sociale abyssal depuis la décision d’arroser, avec l’argent de nos cotisations, le patronat et les actionnaires sous prétexte de sauver l’emploi dont personne, dans le monde de la finance, n’a rien à foutre. Joyeux « challenge ».

Et vous M’sieurs-Dames de la Cour des comptes, combien d’économies sont prévues pour diminuer votre train de vie, combien de suppressions de postes pour donner l’exemple ? Vous êtes vous-mêmes contrôlés par le parlement et le ministère du budget. Êtes-vous vraiment indépendants dans votre action ? Quand on lit ce rapport, calqué, quasi mot pour mot, sur l’avis du ministère, nous sommes en droit de nous poser la question.

De la crise du capitalisme à la crise sanitaire

Obsédé par l’appât du gain, les actionnaires de tous les pays ont mis en concurrence les salarié-es du monde entier pour imposer une baisse du coût du travail, l’exploitation forcenée de l’homme par l’homme et la baisse des dépenses sanitaires et sociales.

La disparition du bloc de l’Est et de la guerre froide leur aura permis de tomber les masques et de ne plus avoir à faire aucun effort pour vendre la réussite de la vie à l’Ouest face à la bureaucratie soviétique et ses dérives répressives. Ils s’accommodent même fort bien maintenant du régime chinois et de son absence totale de démocratie.

Alors ils se lâchent. Et pas qu’un peu. C’est à une casse mondiale des systèmes de protection sociale et sanitaire que nous assistons, et subissons.

La crise sanitaire que nous traversons n’est qu’un début de ce qui nous attend si nous ne réagissons pas. De couvre-feux en confinements, d’atteintes aux libertés de circuler comme aux libertés de manifester et de protester, tous les pays et leurs dirigeants répondent par la répression aux mobilisations sociales.

Car ce sont eux, et eux seuls, qui ont produit ce que nous vivons. La casse des hôpitaux publics, le développement de la santé marchande privent aujourd’hui les populations des prises en charge sanitaires de base et de l’accès aux soins pour toutes et tous. Couvre-feux et confinement ne sont justifiés que par la faiblesse en personnel qualifié et équipements des hôpitaux constamment harcelés et pénalisés sur le plan budgétaire. Et qui a été à la manœuvre pendant des dizaines d’années ? Droite, comme gauche, dite « de gouvernement », ont suivi exactement la même politique de détricotage du tissu hospitalier et de diminution de l’offre de soins.

Alors merde au surdimensionnement supposé de l’hôpital d’Orléans et des hôpitaux publics, merde au tout privé, solution illusoire mais sonnante et trébuchante pour la classe dirigeante, merde aux larmes de crocodile de ceux qui œuvrent chaque jour pour détruire cet accès aux soins pour toutes et tous qu’ils exècrent. C’est maintenant que nous en avons besoin pour survivre et non du rapport des « confinéEs en Cours des Comptes » !

On ne sortira pas de cette crise sanitaire, comme de celles qui viendront, sans une remise en cause profonde du système capitaliste qui se moque de notre santé comme de l’an quarante.

Nos vies valent plus que leurs profits.

NPA Loiret 26-10-2020.

*

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s